Si ce n’était que la pluie

 

Pluie1 On arrive de notre première fin de semaine de camping, passée au Domaine de Rouville avec les parents et la parenté. Si elle a bien débuté sous le soleil, on ne peut en dire autant pour la deuxième moitié. Un froid glacial avec le vent et la pluie pour couronner le tout. Subitement, ça nous rappelait notre hiver au sud.

Par contre c’était pas cher. 40$ pour toute la fin de semaine, taxes incluses et avec tous les services. Même si l’eau est impropre à la consommation pour une troisième saison, elle est tout de même disponible pour la vidange des eaux usées. C’est le tarif hors saison qui se terminait cette fin de semaine à ce camping.

La section des voyageurs était déserte et même les saisonniers avaient déserté le camping, devant l’annonce d’une vraie météo d’automne. Nous y sommes allés quand même. Les parents voulaient que je lave leur caravane avec le pulvérisateur à pression. Tant qu’à y être, j’en ai profité pour faire de même sur la caravane de Diane et Gaston. La besogne a meublée tout l’après-midi de vendredi, sous un chaud soleil. Après le souper, on s’est retrouvé autour du feu… le seul qu’on a pu allumer de toute cette fin de semaine.

Samedi, en première moitié de journée, c’était tout de même agréable. Le soleil s’amusait à jouer à saute-mouton avec les nuages, jusqu’au moment des averses. C’est à partir de là que le mercure a drastiquement chuté. Après le souper pris à l’extérieur et devant le ciel menaçant, je n’ai eu d’autre choix que de rouler l’auvent, et de s’engouffrer dans la roulotte des parents pour se réchauffer. Nous sommes retournés chez-nous tôt, bien au chaud pour écouter Rambo III. Sylvester Stallone bourré aux stéroïdes… Il n’y avait rien d’autre d’intéressant à la télé. Puis dodo bien au chaud dans le condo !

Pluie2 Ce matin au réveil, il pleuvait à boire debout. Les nuages gris roulaient dans le ciel, comme pour une pluie de trois jours. Du vent et des rues désertes, le camping avait perdu cette fébrilité des jours d’été. Une vraie matinée pour rester au lit et hiberner. Sur l’invitation des parents, on a pris le déjeuner à leur roulotte. Heureusement en basse saison, l’heure de départ était reportée à 18 heures donc, de ce côté, on avait tout notre temps pour tout ranger et quitter. Vers midi, profitant d’une accalmie de Dame nature, c’était le bon temps. En moins d’une heure, armé de mes bottes à vache, nous étions sur le chemin du retour, avec la pluie qui reprenait de plus belle.

Je n’ai rien contre la pluie, si ce n’était que ça. Mais avec ce vent et ce mercure exécrable, on avait mieux à faire. Ça fait cependant partie des escapades en camping et on n’y peut rien. Autant en profiter alors. Il reste 15 jours avant l’arrivée officielle de l’été, on pourra se reprendre. Mince consolation, ma pelouse avait retrouvé sa vigueur, elle qui en arrachait depuis deux semaines. Comme quoi le malheur des uns fait le bonheur des autres. 

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s