Et qui va payer tout ça ?

La Une

La pandémie aura provoqué le début d’une récession.

Partout, le prix des denrées augmente substantiellement pour ne jamais redescendre. On a l’impression que les commerçants se reprennent pour tous ces mois néfastes côté monétaire.

Et tous en ont profité.

C’est un cercle vicieux. Les fournisseurs augmentent leur prix de gros, et la chaîne suit. En restauration, plusieurs ont quand même tenu le fort en offrant des repas à emporter. L’augmentation s’est quand même soldée par une hausse semblable à ceux qui ont dû fermer leur porte.

Prenons un exemple concret : en banlieue de Montréal, un restaurateur de poulet a augmenté ses repas de 33 %. Ici, en Floride, le prix du panier d’épicerie est le même prix que chez nous au Québec… avant le taux de change, qui est présentement autour de 30 %.

LES TRAVAILLEURS

On l’a vu, dès que le gouvernement offre des augmentations de salaires de plus de 10 %, peu importe la raison de ces hausses salariales, chacun veut être traité de la même façon. Seulement au niveau des employés de l’État, tous les syndicats demandent tour à tour les mêmes avantages.

Pourtant, depuis plusieurs années, on parlait d’augmentations moyennes de 5 % sur 3-4 ans.

La pandémie a le dos large.

Faites la grève, vous en avez les moyens parce que vous vivez au-dessus de vos propres moyens. Pendant ce temps-là, l’employeur profite des salaires qu’il n’a plus à payer pour quelque temps, pour vous les remettre en augmentation, une fois votre conflit réglé. Parce que ce sera le cas un jour.

Pensez-y, perdre du salaire pour se le faire remettre. C’est passé de mode. L’employeur se garde cette réserve. C’est vieux comme le monde.

Les syndicats sont 45 ans en arrière à ce chapitre. Il serait temps que la stratégie soit revue.

Alors quand on fait le tour de l’après pandémie qui n’est toujours pas enrayée, et de cette volonté d’en profiter, pour saigner à blanc une population mondiale, une seule question se pose ou qu’il faudra bien poser un jour ou l’autre :

Qui va payer pour tout ça ? Toujours le CONtribuable !


328e jour de l’année

24 novembre 2021

Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Mario Poirier

Bon anniversaire !


Pensée et citation du jour

Ce n’est pas ce qui nous arrive, mais notre réponse à ce qui nous arrive qui nous blesse.

Stephen Covey


Ça s’est passé un 24 novembre…

(1944) Les bombardiers américains qui survolent l’île japonaise de Honshu à une altitude de 10 000 m sont soudainement poussés vers l’avant par un vent de 250 km/h. Cet incident fortuit leur fait découvrir le jet-stream, ou courant-jet.

(1972) Ginette Reno, déjà connue au Québec, remporte le premier prix du festival de la chanson de Tokyo avec I Can’t Let You Walk Out Of My Life, en représentant… l’Angleterre !

(1984) Guy Lafleur dispute son dernier match dans l’uniforme des Canadiens de Montréal contre les Red Wings de Détroit.


Merci de votre assiduité – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :