L’état de nos routes : la désolation !

La Une

L’arrivée du printemps est toujours un beau moment. La nature revit et tout le monde est de bonne humeur. Enfin, presque tout le monde, sauf les automobilistes.

C’est le temps de vérifier si notre bagnole y résistera. Parce que le printemps et même l’été sont des saisons très dures pour la voiture. C’est là qu’on prend connaissance de l’atrocité de nos routes.

Il faut prévoir un budget pour les amortisseurs, l’équilibrage des roues et de leur alignement.

LA RIVE-SUD DE MONTRÉAL

Demeurant sur la rive-sud de Montréal, je crois comprendre que personne, je dis bien personne, du ministère des Transports qui se promène dans notre patelin. Les endroits où le bitume ressemble à l’Ukraine en guerre sont tellement nombreux, que je ne pense pas vivre assez vieux pour voir la lumière au bout du tunnel, pour prendre une expression populaire.

Et je ne vous parle pas des nids de poule, parce que c’est commun au printemps. Je parle des endroits où on a réparé les nombreux trous avec des plaques d’asphalte.

Même ces plaques, ne sont même pas nivelées. On roule constamment sur des bosses et des trous. Je vais vous faire part de quelques endroits où c’est pathétique. Des routes qui nécessites des réparations majeures depuis des années et qui sont restées dans cet état.

DES RISQUES POUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE

Des routes fortement endommagées avec des trous, des dos d’âne et des dénivellations où on doit zigzaguer avec les risques d’accidents que ça peut causer.

Des exemples :

– La route 132, entre La Prairie et le métro de Longueuil. Une si belle voie rapide, jadis, qui se dégrade rapidement.

– À Longueuil, la bretelle d’accès du Boulevard Jacques-Cartier, pour prendre le boulevard Taschereau, vers l’ouest. La chaussé est tellement cahoteuse, qu’on est déportée vers l’extérieur si on ne ralenti pas. Ça fait trois ans qu’elle est dans cet état lamentable.

– Tout le boulevard Taschereau sur toute sa longueur, du pont Jacques-Cartier jusqu’à Candiac et des deux directions. Trous, bosses, dénivellations, complètement lézardé.

– La voie de service de l’autoroute 30 qui mène aux Promenades St-Bruno. Atroce ! On a l’impression d’y laisser sa bagnole.

– La route 116, près de l’aéroport de St-Hubert, dans les deux directions, entre le Chemin de Chambly et l’autoroute 30.

– La majorité des rues des villes du Grand-Montréal sont complètement démolies depuis des lunes.

Si vous en connaissez d’autres, je vous invite à les nommer et nous en informer en laissant vos commentaires ici-même.

– On n’a pas déjà à payer des taxes pour le réseau routier, qu’il faut en plus payer les réparations sur nos véhicules; crevaisons, jantes brisées et déformées, alignements, éléments de suspensions. Tout y passe.

LE TIERS-MONDE

En terminant, je me pose toujours la même question, à chaque année; le marquage des voies de circulation, on ne peut pas trouver une peinture plus résistante ? C’est à recommencer à chaque année. Tellement que les dernières lignes sont tracées en septembre. Avez-vous imaginé, le soir, sous la pluie ? Dangereux !

Personne ne s’est penchée sur la question de trouver une peinture qui devrait durer quelques années ?

L’excuse du climat, quant à moi, ne tient absolument pas. Si on est capable de s’équiper convenablement pour nettoyer et déneiger nos routes rapidement, on devrait mettre les mêmes efforts pour avoir des routes dignes d’un pays riche et industrialisé.

À beaucoup d’endroits, on a l’impression de rouler dans un pays du tiers-monde.


126e jour de l’année

Vendredi, 6 mai 2022

On jase là…

En fait… Si les seins sont des « glandes mammaires », alors pourquoi les testicules ne seraient pas des « glandes mon père » ??? Juste une question, c’est tout !


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Jean Guay

Bon anniversaire !


Pensée et citation du jour

Pourquoi ne partagerais-tu pas la gaieté des oiseaux qui, eux, n’ont pas de raison déterminée d’être gais ?

Henry Bouveroux


Ça s’est passé un 6 mai…

(1937) Le « Hindenburg », dirigeable Zeppelin, explose à New York à 7h30 du matin : 34 passagers et membres de l’équipage, ainsi qu’un membre du service terrestre, ont péri dans l’incendie. Cet accident mettra fin à l’ère des dirigeables commerciaux.

(1950) Un incendie, attribué à la rupture de fils électriques à haute tension, se propage sous la poussée d’un vent violent et rase le tiers de la ville de Rimouski; ce grand feu a jeté sur le pavé 2750 personnes, sans faire de victime, détruisant complètement 230 immeubles, soit l’équivalent de près de 400 logements. Les dommages ont atteint les 20 millions de dollars, un montant considérable à l’époque.

(1999) Le Québec devient la première province canadienne à accorder les mêmes droits civils et avantages aux conjoints de même sexe.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :