Privilèges discriminatoires

La Une

On l’a vu récemment avec le PDG arrogant de la Caisse de dépôt et placement du Québec, que les primes axées sur la performance sont octroyés largement. C’est très différent au niveau des salariés et des citoyens. Si tu paies déjà 3,5 millions à un PDG, c’est pour sa valeur, sa compétence. Pourquoi ajouter des bonis ? Parce que ne l’oublions pas, ils sont versés même si l’entreprise ou l’organisation est déficitaire et moins performante.

Par exemple, le 500 $ versé à ceux qui ont gagné moins de 100 000 $ l’année précédente… Point ! Ça s’arrête là, pour compenser l’Inflation. Pendant ce temps-là, Réjean Parent nous apprend l’existence d’exemptions d’impôts pour des professeurs ou chercheurs étrangers pour les 5 premières années d’embauche pour supposément combler une pénurie de main d’œuvre. Choquant de discrimination !

Je veux vous partager son article, parue dans le Journal de Montréal d’hier.

TOUT S’ACHÈTE ! EST-CE ÉQUITABLE ?

La pandémie a mis en évidence le recours aux primes monétaires par le gouvernement pour attirer ou retenir du personnel dans le réseau de la santé.

Le comportement gouvernemental a même inspiré un sketch hilarant dans l’émission À l’année prochaine, où on imitait monsieur Legault distribuant des primes à tout vent. Les auteurs en illustraient l’absurdité.

Cette abondance de primes s’est matérialisée dans d’autres secteurs. Ce n’est pas tous les travailleurs qui ont eu droits à la générosité patronale malgré les risques liés à leur travail.

Le phénomène n’est pas nouveau. Des primes d’attraction ou de rétention, des congés fiscaux et des bourses étudiantes dans certains domaines existent depuis longtemps.

Tous ces procédés ont des effets pernicieux. Ils créent une distorsion dans le traitement des individus qui exécutent un même travail ou qui étudient. Ils entraînent une dévalorisation de certains domaines d’activité et avantagent même certaines institutions.

CONGÉ FISCAL POUR ÉTRANGERS

C,est le professeur Jean-Claude Bernatchez, de l’UQTR, qui a attiré mon attention sur un programme accordant des exemptions d’impôt à des professeurs ou chercheurs universitaires venant de l’étranger, supposément pour combler une pénurie de main-d’œuvre.

La mesure prévoit une exemption complète pour les deux premières années d’embauche dans ces secteurs : sciences, génie, finance, santé et nouvelles technologies de l’information. L’exemption est ensuite régressive pour les trois années suivantes : 75 %, 50 % et 25 %.

Comme dit le professeur Bernatchez, c’est un joli pactole non accessible aux Québécois débutant un travail dans les secteurs mentionnés. L’État discrimine ainsi ses propres citoyens.

Les cibles visées par ces programmes manifestent un parti pris pour certains domaines sans qu’il soit évident qu’il y ait rareté de main-d’œuvre. L’économie prime sur l’humain !

On observe la même attitude dans le programme de bourses Perspective Québec à des étudiants qui s’inscrivent dans des secteurs stratégiques pour l’économie.

Au-delà de la dévalorisation de secteurs d’étude ou de travail, les congés fiscaux accordés aux étrangers tendent à bénéficier aux universités anglophones, car le bassin de recrutement s’avère indéniablement plus large que dans le monde francophone.

Malgré tout, on se targue d’avoir un gouvernement nationaliste. Ce serait quoi, s’il ne l’était pas ?

TRAITEMENT ÉQUITABLE

Si on ne veut pas chosifier l’humain en l’astreignant aux simples règles économiques, il faudrait que les gouvernements décloisonnent leurs programmes et les étendent aux sciences humaines.

D’autre part, une réflexion et un débat majeur s’imposent sur les primes et les avantages financiers pour tenter d’attirer ou de maintenir du personnel dans certains emplois.

Les primes au rendement sont critiquables quant à leur véritable effet sur la performance de l’organisation.

Les primes de tout acabit pour des tâches particulières reflètent rarement la valeur du travail.

Donner des congés fiscaux aux étrangers – inaccessibles aux Québécois qui font le même travail – est inacceptable. Ces congés devraient être pour toutes les personnes des secteurs visées dans leurs cinq premières années de travail, sinon disparaître.

On devrait aussi s’assurer que ces programmes renforcent l’identité québécoise.


129e jour de l’année

Lundi, 9 mai 2022

À la douce mémoire de…

RICHARD WAYNE PENNIMAN alias LITTLE RICHARD 1932-2020, Pianiste, auteur-compositeur-interprète et acteur américain. Un des pionniers du rock and roll des années 1950-60.


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Danièle PinardLine Peltier

Bon anniversaire !


On jase là…

Samedi soir dernier, alors que le mercure indiquait 7°C, j’étais en ligne avec mon garçon, sa conjointe et les enfants, pour bouffer mon premier cornet de crème glacée molle de la saison, à Varennes. Louise, en personne sage, attendait dans l’auto… au chaud. Après une bonne demi-heure d’attente, à grelotter, la file de personnes en attente n’a jamais dérougie. Même que certains étaient en culotte courte et gougounes. Ayoye !!! En montant dans l’auto, j’ai mis le chauffage. Non mais faut-y être malade !


Pensée et citation du jour

Il est préférable d’apprendre à être ce que l’on est plutôt que d’essayer de paraître ce que l’on n’est pas.

Carly


Ça s’est passé un 9 mai…

(1914) Woodrow Wilson, le président américain, proclame le deuxième dimanche de mai jour de la Fête des mères. Cette date sera choisie par un très grand nombre de pays dont le Canada alors qu’en France la fête des Mères est fixée au dernier dimanche de mai. Si cette date coïncide avec celle de la Pentecôte, la fête des Mères a lieu le premier dimanche de juin.

(1950) Le 9 mai 1950, le village de Cabano a été la proie des flammes. Trois jours plus tôt, la ville de Rimouski avait subi le même sort. Le feu débuta le matin par une étincelle provenant du moulin exploité par M. Ernest Pelletier et situé en plein cœur du village. Cette étincelle est tombée sur le hangar de M. Oduna Lizotte et l’a enflammé. Le feu s’est ensuite communiqué à l’hôtel de M. Paul Dubé. Plus de 150 habitations et bâtisses diverses sont la proie de l’élément destructeur.

(2014) les Canadiens et les Canadiennes d’un bout à l’autre du pays ont observé un moment de silence dans le cadre de la Journée nationale de commémoration, en hommage à la force et aux sacrifices des hommes et des femmes qui ont servi au cours de la mission du Canada en Afghanistan.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :