Automobilistes vs cyclistes et piétons : pas de taille.

C’est connu, automobilistes, cyclistes et surtout les piétons sont rarement de taille entre eux. Les agissements de ces deux derniers exaspèrent les premiers; pas d’arrêts obligatoires, circulation sur les trottoirs, passer sur les feux rouges, marcher avec écouteurs et téléphone en main, bref, le non-respect du Code de sécurité routière. Forcément les contacts avec les automobilistes font des victimes. De triste décès évitables par de simples gestes responsables.

Le 23 novembre dernier, Joseph Facal en a fait le sujet de son article dans les pages du Journal de Montréal, que j’approuve sans réserve. Ce n’est pas toujours la faute du plus imposant, en l’occurrence l’automobiliste. Les plus vulnérables doivent également se discipliner, quitte à se voir remettre des constats d’infraction.

LES AUTOMOBILISTES N’ONT PAS TOUS LES TORTS Joseph Facal

Ce n’est pas d’hier que les relations entre automobilistes, piétons et cyclistes sont difficiles chez nous.

La Ville de Montréal va donc ajouter des feux pour piétons : un petit bonhomme lumineux leur dira quand traverser, et on rallongera le temps disponible de quelques secondes.

Dur d’être contre quand on sait que 19 piétons sont morts depuis le début de l’année à Montréal, heurtés par des autos.

La Ville de Québec veut lancer une campagne pour contrer ce qu’elle appelle les « mentalités préconçues » des automobilistes à l’endroit des cyclistes.

Dur d’être contre quand on voit les attitudes de certains conducteurs.

GÉNÉRALISÉ

Suis-je seul à ressentir pourtant un malaise ?

D’abord, les « mentalités préconçues » et l’arrogance ne sont pas le monopole de l’automobiliste.

Ensuite, le non-respect des lois me semble aussi répandu, peut-être même plus, chez les piétons et les cyclistes.

Quand la Ville de Québec nous donne un exemple de préjugé à combattre que « les piétons traversent n’importe où, n’importe comment », désolé, mais c’est un « préjugé » qui se rapproche dangereusement de la réalité.

Certes, comme le chauffeur d’une automobile peut faire infiniment plus de dégâts, il est normal qu’on le surveille de plus près.

Mais combien de fois voit-on un piéton traverser au milieu de la rue, et non à l’intersection ?

Combien de fois voit-on un piéton traverser la rue avec les oreilles bouchées par ses écouteurs, ou le nez dans son cellulaire, ou les deux ?

La nature nous a donné cinq sens pour nous orienter : la vue, l’ouïe, le goût, le toucher et l’odorat.

Théoriquement, deux de ceux-là ont mobilisés sur la route.

Le piéton aux oreilles bouchées et aux yeux baissés n’en utilise aucun.

Vous pensez que celui-là va respecter le petit bonhomme lumineux qui lui dira d’attendre ?

Si vous froncez les sourcils ou le klaxonnez, il gueulera et donnera un coup de poing sur votre capot.

Et combien de fois voit-on un vélo rouler en sens inverse ou sur le trottoir ?

Combien de fois voit-on un vélo faire comme si les panneaux d’arrêt ne le concernaient pas ?

Combien de fois un cycliste hurle parce qu’il est frôlé, alors que la rue est étroite et qu’il n’y a pas de piste cyclable ?

Pire, avec nos accumulations de neige qui réduisent la largeur de la chaussée, l’usage du vélo est forcément plus dangereux entre novembre et avril.

Ah, mais c’est qu’ils ont le « droit » ! C’est justement l’un des problèmes de notre époque : le droit justifie de congédier prudence et bon sens.

POLICE

C’est comme si leur vulnérabilité mettait forcément cyclistes et piétons dans le bon camp. La présomption de culpabilité pèse sur l’automobiliste.

Je serais curieux de savoir combien de constats d’infraction la police distribue aux piétons et aux cyclistes.

Être le plus vulnérable ne donne pas tous les droits et ne signifie pas forcément que vous avez raison.

Salmigondis

LES NOUVEAUX TARIFS DES STATIONNEMENTS EN SANTÉ

Enfin la ministre de la santé, Danielle McCann, a annoncé les nouveaux tarifs de stationnement pour tous les hôpitaux du Québec, les CHSLD, les CLSC et autres établissements de santé.

Les deux premières heures gratuites, un maximum journalier entre 7 et 10 $ pour plus de quatre heures, et un tarif intermédiaire équivalent à 60% du maximum journalier pour le stationnement d’une durée entre deux et quatre heures.

Par ailleurs, je suis définitivement contre les subventions qui seront accordées à ces institutions, payées par nous les CONtribuables. Alors pour subir des baisses de tarifs, aux personnes qui doivent aller dans un établissement de santé, TOUTE la population devra mettre les mains dans ses poches. Un cadeau empoisonné ! C’est absolument inutile cette subvention. Que ces réseaux de la santé se contentent des revenus que génèreront leurs stationnements.

Dernier point curieux, on nous promet l’entrée en vigueur de cette réforme pour le printemps prochain… au plus tard le 20 juin. Oupppsss ! Chanceux que nous sommes. Une journée de plus et c’était l’été !

MICHAEL SABIA QUITTE LA CAISSE DE DÉPÔTS ET PLACEMENTS DU QUÉBEC

Après 11 ans à la tête de la Caisse, son Président quittera en février prochain. À compter de maintenant, on vantera son travail comme lui-même l’a fait, interrogé récemment par Pierre Bruneau à TVA. Comme tout bon politicien, sa promesse de se rendre en 2021 prend le bord. Il quitte pour un nouveau défi en Ontario. Quoi qu’il en soit c’est un milieu tellement fermé qu’on pout s’interroger sur les raisons de son départ précipité.

On sait que le REM a sa part de problème et que les coûts seront pas mal plus élevés que ce qui était prévu. Il se dit satisfait du travail accompli, mais pour ma part, ce que je lui reproche, c’est d’avoir usé abondamment des paradis fiscaux. Ces investissements qui se poursuivent malgré les intentions murmurées des gouvernements pour les combattre. Encore des coups d’épées dans l’eau. C’est payant pour l’État, en plus des sommes faramineuses en impôts que les CONtribuables ne cessent de payer.

IL FAUT QU’IL CRÈVE EN PRISON

J’espère sincèrement que la juge Myriam Lachance se rendra aux arguments des différents proches des familles éprouvées, et imposera une peine cumulative pour le meurtrier Ugo Fredette qui a enlevé la vie à deux personnes le 14 septembre 2017. Un tel crime doit se terminer par une peine d’emprisonnement à vie. Il ne doit plus voir le soleil autrement que de sa cellule. Heureusement que la peine de mort ne soit plus en vigueur au Canada parce qu’elle serait trop douce pour cet assassin.

Les témoignages rendus au tribunal le 12 novembre dernier étaient assez éloquents sur le ravage que cet ignoble individu a pu causer dans cette affaire atroce. Le sévère traumatisme provoqué à l’enfant de 6 ans, témoin direct du drame, devrait être prépondérant dans la décision de la juge.

UN GESTE ANTISPORTIF

Pourquoi huer énergiquement P.K. Subban ? Lors de la dernière visite à Montréal des Devils du New-Jersey, les spectateurs ne se sont pas gênés pour le huer à chacune des occasions où il était en possession de la rondelle. Qu’est-ce que P.K. a fait de négatif pour Montréal ? C’est un joueur qui a son style bien à lui, c’est un homme élégant, et qui est loin d’avoir l’air de ces vedettes aux airs délabrés. Il n’a jamais parlé contre Montréal et au contraire, il continue de s’impliquer dans la communauté partout où il passe. Il a gardé de forts liens avec la communauté montréalaise et principalement les enfants.

P.K. n’a tout de même pas demandé à être échangé aux Predators de Nashville. C’est Marc Bergevin qui l’a échangé pour Shea Weber, si on se souvient bien. L’autre soir, au Centre Bell, ce n’était vraiment pas une bonne idée des spectateurs. Je veux bien croire que vous payez votre billet, mais celui-ci ne vous donne pas tous les droits.

Ça reste un sport, un divertissement, et le respect est toujours de mise. Un peu comme le disait Michel Bergeron; « Vous avez applaudi récemment Zdeno Chara pour sa carrière, alors qu’il a failli envoyer Max Pacioretty dans l’éternité, il n’y a pas si longtemps », ça, c’était un geste violent, négatif et inconscient contre un de nos joueurs. Je me souviens…? Permettez-moi d’en douter.

LE FRANÇAIS RÉGRESSE AU QUÉBEC

Ça vous étonne ? Moi, pas ! Et principalement dans la grande région de Montréal on a qu’à voir l’affichage pour le constater. Tout s’anglicise ! Du côté de la langue parlée c’est encore pire; beaucoup d’anglicismes vont partie du vocabulaire quotidien, dont le « Oh my God » qu’on entend à outrance. C’est devenu une mode.

Je souhaite que le ministre Simon Jolin-Barrette fera une importante révision de la loi 101 et surtout mettre l’accent sur son application et faire définitivement un ménage dans l’affichage. Si les plus de 50 ans sont favorables à son durcissement, il en va tout autrement des jeunes d’aujourd’hui qui usent à outrance des expressions de langue anglaise. Au fait, combien de contenu français est accessible sur Netflix ? Sa popularité en est une des causes.

Salmigondis

LA « MISÈRE » DES RICHES

Qu’on le veuille ou non, l’équité sociale est vraiment dégueulasse dans notre société moderne. Moi, ça me donne des hauts le cœur. Il y a des gens qui ont beaucoup de difficultés à joindre les deux bouts, pour quelques raisons que ce soit, pendant que d’autres se noient dans le fric à n’en plus savoir qu’en faire. Je ne les envie pas, loin de là, mais je trouve cela immensément triste.

Pour appuyer mon propos, je prends l’exemple qui me saute aux yeux en lisant mon journal quotidien. C’est l’histoire de Laurent Beaudoin, ancien grand patron de Bombardier (une compagnie qu’on a beaucoup subventionné, nous les CONtribuables). Toujours est-il que ce vieux monsieur vient de faire l’acquisition d’un condo de 7,2 millions $ dans un complexe hôtelier ultra-luxueux du centre-ville de Montréal, et où plusieurs gros bonnets du Québec inc., demeurent. L’unité fait plus de 4000 pieds carrés et compte trois chambres à coucher. La transaction a été faite sans qu’aucune hypothèque soit enregistrée au registre foncier… et tout ça, à 81 ans ! Eh oui… la grosse « misère » des riches.

CONSTRUIRE SUR PILOTIS

Le dossier des inondés de Ste-Marthe-sur-le-Lac avance à pas de tortue. À entendre les partis, le gouvernement prend son temps. Du côté des sinistrés, une poursuite de 1,8 millions $ vient d’être déposée. Un fait demeure cependant; l’hiver approche er avec les temps froids qui sont très près, ça traîne toujours en longueur.

Pourquoi le gouvernement n’oblige-t-il pas les propriétaires qui veulent construire en zones inondables, à bâtir leurs maisons sur pilotis. Il me semble que cette technique éprouvée ferait grandement l’affaire et serait une solution définitive tout en étant économique et à l’abri de ces catastrophes naturelles qui sont de plus en plus les conséquences de la venue du printemps et principalement du réchauffement climatique.

Probablement que cette obligation serait trop simple. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

QUE CATHERINE DORION SE CONFORME

Les opinions sont partagées sur les fresques du cette députée de Québec solidaire qui fait du sensationnalisme avec son rôle dans la société. S’assoir sur la table du président de l’Assemblée nationale dans l’accoutrement digne d’un club de danseuses, c’est de la pure provocation. C’est comme si un couple décidait carrément de faire l’amour sur l’autel d’une église. Chaque chose à sa place. Nos institutions ont un décorum à respecter et il doit en être ainsi.

J’écoutais les réactions du public sur les lignes ouvertes et il ne faut pas se surprendre de la société dans laquelle on vit. Il y a des gens qui n’obéissent à aucune contrainte sociale. C’est de cette façon que l’anarchie s’installe. Heureusement que ce ne soit qu’une minorité qui pense ainsi, mais malheureusement, ça évolue. L’immigration massive et sans discernement y est sûrement pour quelque chose.

SOYEZ PRUDENTS ET VIGILANTS AU MEXIQUE

AGENCE QMI | Le policier mexicain qui avait arrêté le fils du narcotrafiquant El Chapo Guzman a été tué par des hommes armés qui ont ouvert le feu en sa direction dans un stationnement, récemment.

Des images ont commencé à circuler et montrent la violence de l’attaque, qui n’a donné aucune chance au policier. Les assassins, munis de fusils semi-automatiques, sortent d’un véhicule et tirent sur la voiture du policier. Celle-ci, au terme de l’attaque perpétrée dans le stationnement d’un centre commercial de Culiacan, dans l’État de Sinaloa, est criblée de balles.

Certaines images permettent même de voir la victime, étendue dans le véhicule et visiblement morte. Selon les médias, plus de 150 balles auraient été tirées.

Avec un nouveau record de 33 341 meurtres en 2018, soyez prudents dans ce pays de corruption et où longévité de la vie humaine est aussi courte qu’un clin d’œil. Avez-vous imaginé un seul instant, 150 balles tirées dans le stationnement d’un centre commercial, les trajectoires qu’elles peuvent prendre ? Soyez vigilants !

FRANÇOIS LEGAULT NE S’ÉTAIT PAS TROMPÉ SUR UN POINT

Une vérité est sortie à propos du recul du gouvernement sur le PEQ, au milieu de l’enseignement supérieur. Le premier ministre François Legault déclarait une vérité pas trop véhiculée, à l’effet que le milieu éducatif voulait plus d’étudiants étrangers parce qu’ils rapportent plus d’argent. Ceux-ci niaient, ce qui revenait à nous prendre pour des cons.

Joseph Facal affirmait, dans son article parue dans le Journal de Montréal du 8 novembre, qu’il y aurait des nuances à faire, mais que François Legault n’avait pas tort sur l’essentiel.

« Pour l’année 2019-2020, le MBA à temps plein en anglais dans lequel j’enseigne coûtera 8 435,74 $ à un Québécois… et 48 856,54 $ à un étudiant international.

Des études en médecine à McGill coûteront 7 780,38 $ pour la première année à un Québécois et… 45 884,88 $ à un étudiant international.

Cela peut se justifier, mais il est rigoureusement exact de dire que l’on compte sur les étrangers parce qu’ils sont payants. »

On ne la savait pas celle-là !

Plus tu en as, plus tu en veux

Les médecins ont définitivement le don de se faire aimer. De la formation en Thaïlande, c’est la dernière activité qu’ils ont trouvée pour parfaire leurs connaissances. Pas à Chibougamau durant les gros mois d’hiver… non, non, la Thaïlande, une destination paradisiaque, rien de moins, et pendant une forte période d’activité grippale ici. De quoi pogner une grosse diarrhée.

Cette escapade nous coûtera, à nous les CONtribuables, plus de 2 000 $ par tête de toubib. Comme leurs incorporations leurs permettent déjà des déductions fiscales appréciables, la vie est belle.

D’autant plus que sur les deux semaines de « formation », ils n’auront que 6 demi-journées pour « s’instruire ». Le paradis quoi ! Une autre preuve que plus tu en as, plus tu en veux.

Antoine Robitaille, blogueur au Journal de Montréal, en a fait le sujet de son article le 1er novembre dernier, qui rejoint ma pensée. C’est le texte que je partage avec vous aujourd’hui.

LA SALADE THAÏE DU DOCTEUR GODIN Antoine Robitaille

Dans les publications destinées aux médecins, on va sans doute encore jouer aux victimes et crier au « docteur bashing ».

Mais le premier ministre Legault et sa ministre de la Santé, Danielle McCann, ont eu raison hier de se dire « choqués » par l’affaire des informations pour médecins de famille en Thaïlande, présentée jeudi dans nos pages par la collègue Geneviève Lajoie.

Que les médecins participent à des congrès scientifiques ou de perfectionnement est évidemment une excellente chose, et cela peut très bien se produire à l’étranger.

TOURISME

Mais nous sommes ici dans un autre cas de figure. Le voyage en Thaïlande de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) est clairement une aventure touristique déguisée en congrès de « formation ».

Deux semaines de voyage à être dorlotés : six demi-journées de « formation », notamment au sujet des « nouveautés en diarrhée du voyageur ». (Je ferai de la rétention d’humour, ici.)

Chose certaine, à la période où aura lieu ce voyage, début janvier, on risque, au Québec, d’être en pleine saison de la grippe. Pendant que 40 médecins profiteront d’un « bain de pieds » dans les sources d’eau chaude près de la ville de Mae Sai, bien des Québécois poireauteront comme des imbéciles aux urgences du Québec, dans un bouillon de culture bactérienne.

DES SALADES

Il fallait entendre le docteur Louis Godin, hier au micro de Dutrizac à QUB radio, justifier laborieusement ce périple asiatique auquel lui-même participera. Et où il donnera une formation sur « La réalité de l’évolution de la pratique médicale au Québec », qui ne nécessitait aucunement l’orgie de production de gaz à effet de serre aériens qu’occasionnera ce déplacement.

Ces voyages, ajouta-t-il, peuvent ouvrir les yeux des médecins sur d’autres modes de rémunération, notamment celui de la capitation auquel songe le gouvernement.

Il justifiait du reste une des activités, la « visite d’un orphelinat à Bangkok », en soulignant que dans leur pratique, les médecins québécois ont parfois à accueillir des enfants venant de l’adoption internationale…

Croit-il vraiment à ces salades ?

Au fond, c’est la ministre McCann qui a pointé l’épicentre du problème soulevé par cette affaire : « On sait que les médecins ont des déductions fiscales quand ils payent pour l’hébergement, le transport (pour un voyage relié à un congrès de formation) ».

FAUX TRAVAILLEURS AUTONOMES

Voilà : les médecins sont déjà de faux travailleurs autonomes à qui l’on a permis par surcroît, il y a quelques années, de s’incorporer !

Contrairement à tous les autres travailleurs autonomes, ils ont le privilège de n’avoir qu’un seul et unique employeur. En plus d’être parmi les professionnels les mieux rémunérés de la nation, ils reçoivent plusieurs coups de pouce financiers de l’État pour leur permettre de soutenir des dépenses professionnelles élémentaires, telles les assurances.

Est-il vraiment capital, en plus, de consacrer des fonds publics pour leur permettre de faire du tourisme de « formation » digne de celui qui a rendu célèbres nos glorieux commissaires scolaires ? Non.

Salmigondis

LE SPORT AVANT DE MANGER BRÛLERAIT PLUS DE GRAISSE

WENN | Si vous faites du sport, essayez de vous y mettre avant le petit-déjeuner. D’après une étude de chercheurs des Universités de Bath et de Birmingham, qui ont comparé les données médicales de 30 hommes en surpoids ou obèses, on perdrait deux fois plus de graisse en faisant de l’exercice avant le premier repas du jour.

« Nos résultats suggèrent qu’un changement de timing entre le moment où vous mangez et le moment où vous faites du sport peut avoir des effets profonds et positifs sur votre santé générale. Nous avons constaté que les hommes de notre étude qui faisaient du sport avant le petit-déjeuner brûlaient deux fois plus de graisse que ceux qui faisaient du sport après », a indiqué le docteur Javier Gonzalez, responsable de l’étude.

Toujours d’après les experts, ce sont les faibles niveaux d’insuline des personnes qui n’ont pas encore mangé qui permettraient d’utiliser la graisse pour activer les muscles. Les résultats complets de l’étude ont été publiés dans The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism.

POUR LA CLASSE, ON REPASSERA

Si on croyait que « Selfie » Trudeau avait de la classe, détrompez vous ! On l’a vu, au soir du scrutin, carrément couper l’herbe sous le pied d’Andrew Scheer au moment où il s’adressait aux citoyens. C’est alors que Justin l’effronté a décidé de prendre également la parole et ainsi passer en vedette au lieu d’attendre la fin du discours de son rival. La télé lui a donné raison, en reprenant, plus tard, le discours de Monsieur Scheer. Il n’y a qu’un Trudeau pour faire pareille connerie. Autre constat déplorable, 64 % des Canadiens se sont présentés aux urnes. Espérons que ce ceux et celles qui ont refusé d’accomplir leur devoir de citoyen, se fermeront la « trappe » jusqu’aux prochaines élections. Eux aussi ont manqué de classe.

DES COMPENSATIONS POURQUOI ?

Ainsi donc, les tarifs des stationnements d’hôpitaux et CHSLD seront imposés par le Gouvernement du Québec. Il était temps ! Toutefois, on parle de compenser les fondations en leur versant 100 â 150 millions de dollars en dédommagement. C’est quoi le bonbon ? Pourquoi nos impôts serviraient à redonner d’une main ce qu’on nous enlève de l’autre. Les hôpitaux n’ont pas à recevoir de compensations. Qu’ils se contentent de ce qu’ils perçoivent en frais de stationnement. Avec toutes les campagnes de financement qu’ils organisent chaque année, ils devraient s’en contenter. D’ailleurs, c’est sur le bout des lèvres qu’ils nous informent des revenus qu’ils tirent de leurs stationnements. Je suis définitivement contre ces cadeaux déguisés absolument inutiles. On ne va pas à l’hôpital par choix, mais bien par obligation.

UNE SOCIÉTÉ DE MALADES

Il ne se passe pas une seule journée où on apprend qu’un éducateur, professeur, coach, personne en autorité, n’ait pogné les fesses et les parties génitales de mineurs sous leurs responsabilités. C’est tout simplement dégueulasse. Comment en sommes nous rendus là, en 2019. Après de telles surprises, comment faire confiance à ceux et celles à qui nous confions nos enfants. La pornographie inonde l’internet et dans l’intimité, il devient facile d’alimenter sa perversion. Pire encore, ces désaxés sexuels s’en prennent à des enfants atteint de déficience intellectuelle et de troubles du spectre de l’autisme. Définitivement, il faut condamner ces gestes et les tribunaux doivent exiger des suivis médicaux durant leur peine d’emprisonnement. La castration, dans certains cas, pourrait être imposée dans une sentence. Les enfants n’ont pas à devenir des victimes de gestes dégradants qui les hanteront toute leur vie.

UNE AUTRE PREUVE D’AMOUR DES CANADIENS ENVERS LES QUÉBÉCOIS

TORONTO | (Agence QMI) Le conseil de ville de Toronto a adopté à l’unanimité avant-hier une motion condamnant la loi québécoise sur la laïcité de l’État. Toronto demande au gouvernement fédéral de faire de même. Elle exige aussi qu’Ottawa s’oppose à la Loi devant les tribunaux. En campagne électorale, le premier ministre réélu, Justin Trudeau, avait affirmé qu’il pourrait peut-être engager Ottawa dans une bataille judiciaire.

La motion adoptée à Toronto appuie la création d’une campagne nationale « mettant en lumière les impacts néfastes généralisées de la loi 21 sur la cohésion sociale et l’inclusion au Canada ». « Cette Loi mal avisée est un pas important vers un accroissement de la polarisation et de la marginalisation des minorités religieuses », peut-on lire dans le texte de présentation de la motion. Le maire John Tory n’a pas voté. Calgary avait lancé le mouvement de contestation en septembre. Winnipeg et des élus d’Edmonton avaient suivi.

Comme l’écrivait Richard Martineau dans sa chronique d’hier; « Et certains trouvent encore que nous avons notre place dans ce pays ? »