Un irrespectueux du français

Olivier Primeau, ce Québécois pure laine qui, malgré ce qu’il prétend, fait beaucoup de tort à la langue française au Québec tout en faisant fi de le loi 101.

Propriétaire du Beach Club de Pointe-Calumet, il prend plaisir à défier la loi 101 en anglicisant ses repas, et ses comptes sur les réseaux sociaux.

Dans le dossier pour préserver le français au Québec, c’est inacceptable qu’un Québécois francophone, soit délinquant comme lui.

Dans son article du 18 novembre, publié dans le Journal de Montréal, Sophie Durocher ne se gêne pas pour le ramasser d’aplomb. Article que j’endosse complètement et que je vous propose aujourd’hui.

———————————————-

OLIVIER PRIMEAU : THINK BIG, STI !

Quand j’ai vu Olivier Primeau défendre ses noms de commerce en anglais, en disant : « C’est 100 % du marketing », la première chose qui m’est venue en tête, c’est la réplique célèbre d’Alexis Martin dans Les Boys 3 sur le « marke TTT ting ».

Puis j’ai pensé à Elvis Gratton et sa fameuse réplique « Ils l’ont-tu l’affaire, les Américains ! », mais surtout son célèbre « Think big, sti ».

LE KING DES KINGS

C’est parce qu’il « think big » qu’Olivier Primeau appelle sa chaîne de pizzérias « Slice Gang Pizza » avec le slogan « Slice to meet you », qu’il appelle ses mets congelés : « Poutine time » et « Burger Every day », qu’il appelle « Beach Peach » sa nouvelle boisson alcoolisée de la série « Beach day every day » et que son site internet s’intitule « Beach news everyday ».

Mais il a l’audace de nous dire sur son site : « Je suis à 100 % pour la préservation du français au Québec ».

Interviewé hier dans Le Journal, Olivier Primeau avait ceci à dire au sujet des gens offusqués par ses marques en anglais : « Le monde qui chiale fait 12 fautes par phrase en français ».

Je suis allé faire un petit tour sur son compte Twitter.

Voici ce qu’il écrivait le 18 octobre : « Pour le fun je fais un podcast à toutes les semaines avec mes chum (sic) pour les prédictions NFL… on es (sic) pourri mais on a ben du fun ».

Le 12 octobre : « C’est nice tu peux pas aller chez personne mais tu peux caller un Party au carrefour Laval dans le line up du Starbucks ».

Le 6 octobre : « Petit tweet comme ça on the side… vous croyez que le CH va faire un trade aujourd’hui ? ».

Le 7 août : « J’ai rêvé que le CH allait peu être (sic) éliminé (sic) Pittsburgh ».

Le 7 juillet, il parlait des « retombé économique (sic) » du Beachclub.

Je suis allée faire un tour sur son compte Instagram, où il se décrit en anglais seulement : « Doing everything well and new meme god ».

Son compte est rempli de : « Follow, like la photo et tag un(e) ami(e) ».

Pour annoncer son futur burger congelé, il écrit : « Tag une personne et si elle te répond pas en 5 minutes elle te dois (sic) un Burger. Après ma poutine congelé (sic), mon burger congelé arrive très bientôt. Nouveau format familiale (sic) ».

Oh, est-ce que quelqu’un pourrait dire à Olivier Primeau que sur sa page olivierprimeau.com il y a une grosse faute ?

On n’écrit pas « M’abonnez » mais plutôt « M’abonner ».

Monsieur Primeau haït bien ça, les gens qui font des fautes…

DE KESSÉ

Sur son site, Olivier Primeau a écrit hier un texte pour clarifier sa position sur les marques de commerce en anglais.

« Pour ce qui est de la bannière Slice gang pizza et de tous mes autres produits, je vois plus ça comme un slogan, et il se doit d’être à l’image de ce qu’il représente ».

Vous comprenez quelque chose là-dedans, vous ?

Samedi, de rigoler…

Un monsieur est assis dans un café. Soudain, il voit entrer une jolie femme. « Comment puis-je l’aborder, se demande-t-il ? » Et il décide de commander la meilleure bouteille de champagne.

Il y accroche un petit mot sur lequel il demande si elle veut partager la bouteille avec lui, et demande au serveur de la lui porter Elle lit le mot, lui sourit et écrit sa réponse sur le même petit billet.

Sur le billet il est écrit :

« Cher monsieur, si je dois boire cette bouteille avec vous, il faut que :

– dans votre garage, se trouve au moins une Mercédès.

– sur votre compte bancaire, au moins un million de dollars.

– dans votre pantalon, 18 cm.

– et une maison de vacances dans les îles Canaries serait également très apprécié. »

Le monsieur lit la réponse et, en ricanant un peu, répond à son tour :

« Chère madame,

– Dans mon garage se trouvent une Porsche, une Ferrari et une Mercédès, entre autres.

– Sur chacun de mes huit comptes de banque se trouvent bien plus qu’un million de dollars.

– Je possède des résidences de vacances à Ténérife, à Bali, à Rome et à Las Vegas.

– Mais jamais, au grand jamais, même pour la plus belle femme du monde je ne me ferai amputer de 4 cm.

Rendez-moi tout simplement ma bouteille…! »

——————————————————-

La compagnie Pfizer, qui vient juste d’annoncer le vaccin contre la COVID-19, est la même compagnie qui a créé le Viagra.

Nous pouvons donc avoir totalement confiance en ce vaccin, parce que si Pfizer est capable de réveiller les morts, elle est d’autant plus capable de guérir les vivants.

Cependant, Trump est totalement furieux parce qu’il croit que Pfizer a délibérément retardé cette annonce jusqu’après les élections.

Pfizer a répondu à Trump que leur compagnie s’occupe des érections et non des élections.

——————————————————-

Dans un compartiment de train, il y a un prêtre et deux soldats qui viennent d’être libérés du service militaire.

– Moi dit le premier, en arrivant chez moi, je vais fêter mon retour avec mes potes. Crois-moi, pendant un sacré bout de temps, je serai bourré tous les soirs ! Je vais me prendre des cuites d’enfer !

– Moi, fait l’autre, je vais me taper des filles ! Plein de gonzesses, une par jour, peut-être même plusieurs ! Je vais faire que ça toute la journée !

Une demi-heure passe, et un des deux bidasses, qui s’est mis à lire le journal, demande à son copain :

– C’est quoi un lumbago ?

– Je ne sais pas…

– Et vous Monsieur le curé, vous savez ce que c’est ?

Le prêtre, qui avait entendu, outré par la conversation précédente, répond d’un ton sec :

– C’est une affection extrêmement douloureuse qui frappe les alcooliques invétérés et obsédés qui se livrent à des orgies sexuelles !

Quelques secondes s’écoulent, puis le prêtre demande :

– Au fait, pourquoi vous me demandez ça ?

– Oh, pour rien… C’est parce que dans le journal, ils disent que le pape souffre d’un lumbago…!

———————————————————–

Un éleveur de poulet se rend au café local. Il s’assied à côté d’une femme et commande un verre de Champagne. La femme dit :

– Comme c’est bizarre! Je viens aussi de commander un verre de Champagne !

– Quelle coïncidence ! dit l’éleveur qui ajoute :

– C’est un jour spécial pour moi. Je le célèbre.

– C’est un jour spécial pour moi aussi, je le célèbre aussi ! dit la femme.

– Quelle coïncidence! dit l’éleveur !

Pendant qu’ils trinquent l’homme demande :

– Que célébrez-vous donc?

– Mon mari et moi essayons d’avoir un enfant depuis des années, et aujourd’hui mon gynécologue m’a annoncé que j’étais enceinte !

– Quelle coïncidence ! dit l’homme. Je suis éleveur de volailles et pendant des années toutes mes poules ont été infertiles, mais aujourd’hui, elles se sont toutes mises à pondre des œufs fécondés.

– C’est génial ! dit la femme. Comment avez-vous fait pour que vos poules deviennent fertiles ?

– J’ai utilisé un autre coq, répond-il.

La femme sourit et dit :

– Quelle coïncidence !

——————————————————–

Il semblerait que l’on ait le droit d’être 10 personnes pour le souper de Noël, mais on peut être à 30 à des funérailles…

En conséquence, j’ai donc la triste nouvelle de vous dire que ma dinde n’a pas survécu à cette pandémie. Alors, vous êtes invités à ses obsèques.

L’exposition du corps se fera le 24 décembre et durera jusque tard dans la soirée pour nous laisser le plus de temps possible avec la défunte afin d’apprécier les bons souvenirs qu’elle nous laisse.

Nous organiserons une semaine de veille et de repos, puis ferons ses funérailles le 31 décembre en soirée.

Ensuite, nous nous rejoindrons pour nous rappeler les bons moments avec elle…

Merci pour elle.

P.S. : Apportez votre vin !!!

Trois gouttes de lumière…

UNE BELLE LEÇON DE MORALITÉ

Un jour, un homme d’affaires dit à son employé :

– Je veux que tu me construises une maison; voici les plans, je veux que tu le complètes selon ce projet ! Je ne veux pas de compromis !

L’employé a lu les plans et a été bouleversé car il ne lui restait que 3 mois avant de prendre sa retraite, il a commencé à se dire :

« 3 mois pour prendre ma retraite et cet homme me donne un travail qui durera six mois, en plus, je suis obligé. Bah ! je ferai ce que je pourrai, et cela me laissera plus d’argent ! »

La charpente fut fabriquée sans beaucoup de soin.

Il utilisait des matériaux bon marché et de qualité médiocre, dans chaque pièce de la maison.

Il utilisait également des matériaux qui n’étaient pas conformes à la structure, et ne travaillait que sur la façade pour tromper le propriétaire.

N’usant pas de professionnalisme, ce qui pouvait être bâclé l’était, pour gagner du temps et espérer terminer dès que possible, c’est-à-dire au plus sacrant.

Lorsque la construction fut terminée, le propriétaire est apparu et a regardé la maison. Il s’est approché de son employé et lui a dit :

– Tiens ! Voilà les clés ! C’est ton cadeau ! Depuis toutes les années que tu m’as servi, c’est maintenant ta maison !!!

Que pensez-vous que cet homme a ressenti quand il a entendu cela ? Il avait malheureusement récolté ce qu’il avait semé.

Morale : Quoi que vous fassiez, faite le avec amour, ne blessez personne, soyez un bon exemple, donnez le meilleur de vous et vous recevrez le meilleur…

La vie est un boomerang… tout vous revient !

La mollesse d’un peuple

Très décevant de constater que 58 % des jeunes, au Québec, ne voient aucun problème à se faire servir en anglais ici. Ça donne encore la meilleure indication que l’assimilation est débutée. Imaginez la génération future qui subira l’influence et l’indifférence de leurs parents face à la langue française.

Et ce n’est pas que sur cet aspect que nous sommes un peuple de mous, d’influençables. Se faire donner une bonne tape sur la joue et montrer l’autre.

Richard Martineau, dans le Journal de Montréal récemment, décrivait le visage désolant du peuple québécois, comment il se laisse rabaisser sans la moindre résistance. Il conteste l’euthanasie des cerfs de Longueuil, mais pour défendre sa langue, il s’agenouille. Il n’hésite jamais à critiquer sans réserve la vision et les décisions de son propre gouvernement, quand il est question de défendre nos droits et nos distinctions. C’est le déclin de l’empire « québécois ».

C’est le texte que je vous propose aujourd’hui.

————————————————————-

PEUPLE À GENOUX

Pourquoi les propriétaires de commerces situés Québec n’hésitent pas une seconde à embaucher des vendeurs qui ne parlent pas un mot de français ? Parce qu’ils savent que les Québécois ne se plaindront pas.

Pourquoi un travailleur anglophone ne fait pas le moindre effort pour parler français quand il prend un verre avec huit collègues francophones ? Parce qu’il sait que ses collègues vont se mettre à lui parler en anglais pour qu’il se sente accepté.

Ils vont même se parler en anglais entre eux pour qu’il puisse comprendre ce qu’ils se disent !

CIRCUS OF THE SUN

Pourquoi une unilingue anglophone qui travaille dans un commerce ayant pignon sur rue dans une ville du Québec n’éprouvera aucune gêne à s’adresser aux clients francophones en anglais ?

Parce qu’elle sait qu’elle n’aura qu’à dire qu’elle vient de Toronto et qu’elle travaille avec le public justement pour apprendre le français pour que les clients francophones trouvent ça super charmant.

Ils vont même la féliciter pour son ouverture !

Pourquoi les lobbys religieux contestent la loi 21 devant les tribunaux ?

Parce qu’ils savent que les Québécois n’aiment pas la chicane et qu’ils vont probablement accepter que leur gouvernement modifie cette loi pour acheter la paix.

Pourquoi, en octobre 1995, des Canadiens anglais sont venus au Québec nous donner des bisous, quelques jours avant le référendum ?

Parce qu’ils savaient que les Québécois sont très émotifs, qu’ils veulent être aimés et qu’ils fondent comme neige au soleil devant la moindre petite marque d’affection.

Pourquoi les entrepreneurs francophones donnent des noms anglais à leur commerce et à leur entreprise ?

Parce qu’ils se disent que pour percer à l’étranger, ça prend un nom anglais, même si le Cirque du Soleil a connu un succès international avec un nom français.

C’est aussi pour cette raison qu’ils donnent des noms à consonnance anglaise à leurs enfants : Kevin, Steve, etc.

BLACK LIVES MATTER

Pourquoi autant d’éditorialistes et de chroniqueurs francophones qui travaillent pour des médias francophones pourfendent la loi 21 ?

Parce qu’ils pensent que cette loi n’est pas bonne pour l’image du Québec dans le reste du pays, qu’elle fait passer les Québécois pour une bande de racistes. « Regardez à Toronto, c’est beaucoup plus multiculturel… »

Comme Justin Trudeau, ils associent – à tort – le rejet du multiculturalisme au rejet de la diversité.

Pourquoi les militants antiracistes de McGill et de Concordia ne prennent même pas la peine de brandir ne serait-ce qu’une seule pancarte en français lors de leurs manifestations ?

Parce que pour eux, le français, au Québec, est la langue des oppresseurs.

Et parce qu’ils se disent que les Québécois, qui aiment tant les States, trouvent probablement le slogan « Black Lives Matter »
pas mal plus cool que « La vie des Noirs est importante ».

C’est important, pour un mouvement de protestation porté par la jeunesse, d’être cool, non ? Et la langue cool, c’est la langue anglaise, comme tous les jeunes francophones le savent…

ON EST FIN

Pourquoi le gouvernement Legault va faire du collège Dawson le plus gros cégep du pays ?

Pour montrer que malgré la loi 101 et la loi 21, au Québec, on est gentils et ouvert.

Comme disait Étienne de la Boétie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux… »

Les crèches de Noël

Un mois avant Noël, il est temps de décorer son univers de lumières multicolores et scintillantes, de monter et garnir le sapin sans oublier la crèche. Avant d’installer celle-ci, veuillez lire attentivement les restrictions suivantes afin de respecter les normes de sécurité nécessaire en ces temps de pandémie.

PROTOCOLE D’ÉTABLISSEMENT DES CRÈCHES DE NOËL

1- Un maximum de 4 bergers seront autorisés dans la crèche. Tous devront porter le masque et respecter la distanciation physique.

2- Joseph, Marie et l’Enfant Jésus pourront rester ensemble, vu qu’ils font partie d’une même bulle familiale.

3- L’âne et le bœuf devront détenir un certificat de non-contamination, délivré par les autorités gouvernementales.

4- Les Rois Mages seront tenus à une quarantaine de 15 jours, qu’ils disposent ou non d’un test COVID négatif, vu qu’ils viennent de l’extérieur.

5- La paille, la mousse, les branches de sapin et autres décorations seront désinfectés à l’alcool.

6- L’ange survolant la crèche ne sera pas autorisé, en raison de l’effet aérosol produit par le battement de ses ailes.

7- Le chœur sera restreint à un seul participant, en raison du risque de contamination.

8- Aucun berger ne sera âgé de 65 ans ou plus, parce qu’ils sont une catégorie à risque.

9- Tous les participants non essentiels (romains, pêcheurs), sont interdits.

10- Une distributrice automatique de désinfectant à mains sera disponible pour les participants autorisés. Tous doivent se laver les mains.

Ça va bien aller…

À quand les veaux, les cochons et les bœufs ?

Me Goldwater se mêle du dossier de l’euthanasie des cerfs dans le parc Michel-Chartrand de Longueuil, qui en menacent l’écosystème. Les  spécialistes s’entendent pour dire que c’est la seule solution. Ils ne survivraient pas dans un nouveau milieu.

Finalement, l’avis d’experts ne fait pas le poids dans ce genre de dossier. On parle d’injonction probable pour arrêter cette décision.

Saviez vous que la chasse sportive abat entre 45 000 et 50 000 chevreuils par année ? Que la chasse sportive existe justement pour contrôler les cheptels ? En milieu urbain, ça semble être un crime odieux.

Les humains sont souvent plus sensibles au sort des animaux que leurs semblables. Hé, les réfractaires… pourquoi ne pas manifester devant les fermes d’élevage du Québec pour protéger le « massacre » des bœufs, veaux et cochons, tant qu’à y être ?

Ah, j’oubliais les poulets. Eux aussi sont des animaux qu’on met à mort. Pourtant les Rôtisseries St-Hubert sont pleins de clients affamés pour les dévorer. Bientôt, même les végétariens récalcitrants n’auront plus de quoi se nourrir. Pauvre flore !

Dans l’édition du Journal de Montréal du 21 novembre dernier, Mario Dumont donnait son opinion sur le dossier de Longueuil, et que j’ai trouvé très pertinente.

Lorsqu’il affirme « On chasse 50 000 chevreuils par année, mais ceux de Longueuil méritent une commission d’enquête », c’est assez réaliste de ce qui se passe présentement sur la Rive-Sud.

DERNIÈRE HEURE : On apprend que l’administration de la mairesse Parent de Longueuil fait volte-face. Les cerfs seront déplacés. Elle vient définitivement d’ouvrir un panier de crabes.

——————————————————

QUINZE CHEVREUILS

Longueuil doit euthanasier quinze chevreuils. La surpopulation est scientifiquement démontrée et les conséquences sont évidentes.

La décision de la Ville a donc été simple. On procède, avec les méthodes exemplaires de 2020, puis on remet la viande à des banques alimentaires.

Un plus un égale deux.

Dans la société aux valeurs mêlées de 2020, voici ce qui s’est produit. Un débat de société a enflammé Longueuil avant de s’élargir à tout le Québec. Des manifestations ont eu lieu. Une pétition d’opposants a connu un vif succès.

Finalement, la mairesse a été menacée de mort.

DES HEURES DE DÉBAT !

Cette semaine, le conseil municipal a vécu l’une de ses plus longues réunions. Jusqu’à une heure du matin, ils ont débattu de l’avenir de quinze cerfs de Virginie. Jamais le conseil ne siègerait aussi tardivement pour les problèmes des humains.

Pourtant, tous les experts, biologistes et autres, du ministère avaient reviré la question sous toutes ses coutures. Vous ne voulez pas savoir ce qu’ont coûté ces chevreuils dont on connaît le problème de surpopulation depuis quelques années. Un montant déraisonnable dans une société qui manque de ressources à la DPJ.

Mais l’avis des experts et leurs démonstrations blindées ne suffisaient pas. Parce que le chevreuil est beau. Un animal magnifique, gracieux, émouvant. Personne n’aurait fait pareil cas pour les porcs-épics ou des dindons sauvages. Mais l’animal majestueux a des droits supérieurs !

Je ne sais pas ce qui est le pire. Le caractère totalement irrationnel de cette opposition liée à la beauté de l’animal. Ou encore le fait de savoir que jamais on ne ferait autant de boucan pour des enfants ou des vieillards. En 2020, ce sont les animaux qui ont la cote.

Vous ne me croyez pas ? Venez travailler dans un poste de télé. Un accident routier impliquant un cheval et un monsieur : les courriels rentrent pour prendre des nouvelles du cheval.

LES FAITS S.V.P.

Toujours est-il que je me retrouve avec l’ingrate tâche de parler de quinze chevreuils qui doivent être euthanasiés. Quelqu’un veut les faits ?

Le Québec est très évolué en matière de gestion de la faune. Nous avons un plan de gestion du cerf de Virginie, basé sur les inventaires scientifiques par région et sous-région.

L’actuel plan de gestion du cerf de Virginie (2020-2027) établit les données de base. On craint les problèmes de surpopulation de cette espèce. Le nombre de chasseurs est en baisse, et les chevreuils se reproduisent joyeusement. Il s’agit d’un problème écologique.

Si vous pensez qu’il était justifié de faire tout un plat avec les quinze chevreuils de Longueuil, j’ai le triste devoir de vous annoncer que, pendant la saison de la chasse, il s’abat annuellement entre 45 000 et 50 000 chevreuils.

Une chasse sportive bien encadrée, basée sur des permis émis par territoire en fonction de la réalité des cheptels.

Un débat sur quinze chevreuils… finalement nos problèmes ne sont peut-être pas si pires en 2020 !

Les véhicules électriques : les essayer, c’est tomber en amour

Ma Chevrolet Volt, je l’adore ! Jamais je ne reviendrai à un véhicule à essence. Lorsqu’on a goûté à l’électricité, on tombe en amour instantanément. On fait des grimaces aux postes d’essence et on roule en douceur.

Le plus bel exemple, c’est lorsque vous en êtes privé, parce qu’il est au garage ou qu’il doit être réparé suite à un accrochage. Le véhicule de courtoisie, à l’essence, qu’on vous attribue vous fait apprécier encore plus la douceur de roulement d’une électrique.

Pas de transmission, pas de changements de vitesses. L’autonomie étant de plus en plus élevé et les bornes de recharge de plus en plus disponibles, ça fait le travail pour une grande majorité des automobilistes.

La Presse+, dans son édition du 14 novembre dernier, sous la plume de Tommy Chouinard, a publié un article intéressant sur le projet du gouvernement du Québec d’interdire la vente des véhicules neufs à essence, à compter de 2035. Une excellente décision pour l’environnement et rouler vert. On le constate, l’électricité commence à être privilégié pour les véhicules plus lourds, comme les camionnettes et les autobus. La rapidité des technologies d’aujourd’hui et de demain fera la grosse différence pour diminuer considérablement les gaz à effet de serre (GES).

C’est le texte que je veux partager avec vous, aujourd’hui.

————————————————————-

LA VENTE DE VÉHICULES À ESSENCE, INTERDITE AU QUÉBEC DÈS 2035

(Québec) La vente de véhicules neufs à essence sera interdite au Québec dès 2035, révèle le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, dans une entrevue accordée à La Presse. Un « grand coup » pour forcer le virage vers l’auto électrique et réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Cette mesure fait partie du Plan pour une économie verte que dévoilera le ministre lundi. Elle n’apparaissait pas dans les versions du plan dont La Presse a dévoilé le contenu au cours des derniers mois.

Comme nous le révélions, le gouvernement Legault veut qu’un million et demi de véhicules électriques circulent sur les routes du Québec d’ici 10 ans, soit près de 30 % du parc automobile. Il revoit ainsi à la hausse la cible qui avait été fixée auparavant pour la même période et qui se chiffrait à 1 million.

Le 31 décembre dernier, le Québec comptait environ 66 000 véhicules électriques immatriculés, à peine 1,3 % du parc automobile. Québec signale qu’il y en aurait maintenant près de 20 000 de plus et que l’on s’attend à atteindre 95 000 d’ici la fin de l’année.

Il y a beaucoup de chemin à faire, et Québec prend les grands moyens pour atteindre son objectif.

« À partir de 2035, au Québec, on ne pourra plus acheter de véhicules à essence [dans le marché du neuf]. Ça devra être des véhicules entièrement électriques ou hybrides rechargeables. »

Benoit Charette, ministre de l’Environnement

Il ne s’agit pas d’un simple « souhait », insiste-t-il. Le ministre compte modifier la loi « zéro émission » pour y enchâsser l’interdiction de la vente de véhicules neufs à essence à compter de 2035. Il cible tous les véhicules « à usage personnel » : la petite compacte comme le véhicule utilitaire sport (VUS) et la camionnette. Les véhicules qui sont utilisés à des fins commerciales et industrielles sont exclus.

La mesure n’empêchera pas les Québécois de posséder une auto à essence. Le marché de l’occasion pour ces véhicules pourra continuer ses activités, mais, évidemment, il est appelé à disparaître. Il deviendra tout électrique lui aussi par la force des choses.

La loi « zéro émission » prévoit des quotas obligeant les concessionnaires automobiles à vendre un pourcentage minimum de véhicules électriques. Ces quotas seront prolongés et revus à la hausse progressivement.

« Le problème actuellement, ce sont les délais d’attente qui sont souvent assez longs, explique le ministre Charette. La personne qui n’avait pas prévu de changer de véhicule, mais qui, du jour au lendemain, a à le faire, si elle se fait dire qu’elle aura l’auto électrique seulement dans six ou huit mois, malheureusement, on vient vraisemblablement de la perdre parce qu’elle ne peut attendre. »

Québec veut ainsi « forcer les constructeurs à rendre disponibles les véhicules électriques ». « Avec notre loi zéro émission et avec l’obligation [pour 2035], les producteurs n’auront pas le choix d’alimenter le marché », plaide-t-il.

SUBVENTION MAINTENUE

Québec va maintenir son programme d’aide à l’achat d’un véhicule électrique, Roulez vert. La subvention est de 8000 $. Ottawa accorde quant à lui un rabais de 5000 $.

Ce programme est l’une des mesures les plus coûteuses du plan vert du gouvernement Legault : environ 260 millions par année à l’heure actuelle.

Le ministre Charette signale que le montant du rabais ne sera pas maintenu à 8000 $ pendant plusieurs années.

« Je ne suis pas en mesure de dire quelle sera la durée du montant actuel. On peut certainement penser à un montant qui sera décroissant avec les années. »

Benoit Charette, ministre de l’Environnement

Québec attend notamment de voir ce qu’Ottawa fera avec son propre programme d’aide pour les prochaines années.

Le programme Roulez vert vise à faire du véhicule électrique un choix avantageux, alors que son coût d’achat est plus élevé que celui d’une auto à essence. Ce coût va diminuer au fil du temps avec les avancées technologiques. « Il faut aussi tenir compte de l’entretien et du coût de l’essence », deux facteurs qui rendent le virage électrique attrayant, fait valoir Benoit Charette. La moitié des véhicules électriques vendus au Canada le sont au Québec.

Le gouvernement compte accélérer le déploiement du réseau des bornes de recharge, condition essentielle pour assurer la croissance de l’auto électrique.

L’IMPORTANCE DE SE « DÉMARQUER »

Une seule autre province, la Colombie-Britannique, a un système de quotas comme le Québec et prévoit dans une loi l’interdiction de vendre des véhicules à essence, mais cette mesure doit s’appliquer à compter de 2040. L’échéance de 2035 est ainsi « une première canadienne », relève le ministre Charette.

Selon lui, « plus tôt on se démarque dans ce marché, plus facile sera notre approvisionnement. Les constructeurs et les détaillants vont vouloir d’abord et avant tout alimenter le marché du Québec ».

À Ottawa, le gouvernement Trudeau a déjà dit espérer mettre fin à la vente de véhicules neufs à essence d’ici 2040.

Aux États-Unis, la Californie vient de décider de l’interdire à compter de 2035, une annonce majeure venant de l’État le plus peuplé du pays. « C’est la mesure la plus efficace que notre État puisse prendre pour combattre les changements climatiques », a soutenu le gouverneur démocrate Gavin Newsom en septembre.

Le premier ministre François Legault l’avait rencontré l’an dernier dans le cadre d’une mission en Californie. Cet État est le partenaire du Québec dans la bourse du carbone, le système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de GES.

En Europe, la France et l’Angleterre ont fixé l’interdiction pour 2040 ; ce sera dès 2025 en Norvège.

Québec mise beaucoup sur l’électrification des transports pour atteindre son objectif de réduire de 37,5 % les émissions de GES au Québec d’ici 2030 par rapport au niveau de 1990.

43 %

Proportion de GES émis au Québec qui sont liés au secteur des transports

Depuis 1990, les émissions produites par le secteur des transports ont augmenté de 23 %. C’est en bonne partie la raison pour laquelle les émissions ne diminuent plus au Québec depuis 2013 – elles ont même légèrement augmenté en 2017, plus récent bilan produit par le gouvernement. Résultat : le Québec a réduit ses émissions de seulement 8,7 % entre 1990 et 2017. Il s’était pourtant donné comme objectif une réduction de 20 % d’ici 2020. Le gouvernement Legault avait renoncé à atteindre cette cible dès le début de son mandat, blâmant l’ancien gouvernement. Il en a épousé une nouvelle (37,5 % d’ici 2030).

Le Plan pour une économie verte du ministre Charette disposera d’une enveloppe de 6,7 milliards de dollars en cinq ans. Le ministre des Finances, Éric Girard, l’a bonifiée dans sa mise à jour économique présentée jeudi.

Subtilités

Ne vous découragez pas si vous n’arrivez pas à perdre vos kilos pour la plage cet été… partez à la montagne !

Papa, pourquoi y a plus autant de cirques qu’avant ? Parce que tous les clowns sont devenus ministres.

C’est quoi un salaire ? Quelque chose qui vient comme une tortue et s’en va comme un lapin.

Mon portefeuille est comme un oignon… quant je l’ouvre, il me fait pleurer.

Je crois que j’ai trouvé la vraie définition de TVA… tout va augmenter !

Avant, je savais bien écrire, puis un jour j’ai eu un téléphone portable… et depui il c produit kelk choz 2 bizar.

Quand on est trop gentil, on finit toujours par se faire bouffer… c’est le syndrome du sandwich au gens bons.

Dans la vie, il y a des gens bons et des sales amis.

L’humanité n’a pas d’argent pour extraire de l’eau en zones arides, mais elle en a pour chercher de l’eau sur Mars. La question est : existe-t-il une forme de vie intelligente sur terre ?

L’homme est la seule créature qui va couper des arbres, en faire du papier et écrire dessus « sauvez les arbres ».

Le nom des recettes, ça devient n’importe quoi. Bientôt, pour un œuf sur le plat on trouvera : « Suprême de fœtus sur son lit de placenta poêlé ».

La seule chose qui existe dans le journal, c’est la date.

La vitamine C… mais elle ne dira rien !

Comment faire cuire 9 patates dans l’eau froide ? T’en enlèves une et elles sont qu’huit.

Famille de fou : Mon père est maire, ma tante est sœur, mon cousin est frère et mon frère est masseur !

La COVID ??? Mieux vaut en rire.

Le confinement, le déconfinement, le re-confinement… comment s’en sortir ? Comme il faut faire contre fortune bon cœur et qu’étant respectueux on suit les consignes comme des résignés, pourquoi ne pas en rire au lieu d’en pleurer. Voilà ! Rien que pour vous.

– Le Canadien de Montréal pratique la distanciation sociale avec la Coupe Stanley depuis 1993…

– Si vous n’avez pas trop le moral, dites-vous que, quelque part sur cette planète terre, quelqu’un est confiné avec votre ex…

– Si on veut que les enfants respectent la règle des deux mètres, on devrait mettre un lave-vaisselle entre chaque pupitre dans les classes. Si je me fie à mes enfants, ils ne s’en approchent jamais…

– Ils ont dit qu’un masque et des gants suffisaient pour aller à l’épicerie. Ils ont menti, tout le monde portait des vêtements…

– Je n’aurais jamais pensé que je pourrais me faire arrêter si je ne portais pas un masque pour aller à ma succursale bancaire…

– Un beau matin de septembre 2050, Jean ouvre le dernier emballage de papier de toilette que ses parents avaient acheté en 2020…

– À 17 ans, on se faisait faire des fausses cartes pour pouvoir entrer dans les bars. Maintenant, à 70 ans, on se fait faire des fausses cartes pour entrer dans les épiceries…

– Des fois, je me demande si tout ça arrive parce que j’ai brisé la chaîne de courrier en n’envoyant pas le message à 10 personnes…

– Confinement : je ne sais pas si nous en sortirons plus grands, mais une chose est sûre, nous en sortirons plus gros…

– Vous pensez qu’un animal est difficile à dresser ? Regardez le nombre d’humains qui ont de la misère à comprendre « assis », « reste », « maison »…

– Le Mexique vient de demander à Donald Trump de se dépêcher à compléter son mur…

– À voir comment les gens portent le masque, je comprends pourquoi, parfois, le port du condom ne fonctionne pas…

– Pas évident la vie de couple en confinement. Paraît qu’un des symptômes de la COVID-19 est la perte de l’odorat. Je soupçonne ma blonde de l’avoir, car, hier, elle m’a dit qu’elle ne pouvait plus me sentir…

– Alerte info : si vous recevez un courriel avec comme objet « ding dong », ne l’ouvrez pas; ce sont les Témoins de Jéhovah qui font du télétravail… Mario Tremblay

– 30e jour de confinement : mon groupe sanguin est devenu A-péritif…

– Ce qui est paradoxal, c’est que le jour où on pourra tous sortir, on sera tous bons à être enfermés…

– Je suis allé magasiner en jaquette d’hôpital; tout le monde autour de moi respectait la distanciation de deux mètres…

– T’as envie de sortir te changer les idées? Ouvre la porte, change d’idée et rentre chez vous…

– Avant, on toussait pour camoufler un p’tit pet. Maintenant, on pète pour camoufler une p’tite toux…

– Constat : les cheveux sont longs, mais les mèches sont courtes…

– Le pot est légal et les coupes de cheveux interdites. Ça aura pris 50 ans, mais les hippies auront gagné…

Merci Carole…

Le café… la boisson du matin

Dès la descente du lit, quelques pas vers la cuisine et on allume le percolateur, la cafetière ou autre machine, pour se préparer un bon café. Une routine qui se répète tous les matins, dans beaucoup de foyers.

Certains le préfèrent doux, d’autres corsés alors qu’un café aromatisé fera l’affaire pour bien débuter la journée. C’est une question de goût, tout simplement.

Mais comment choisir votre café selon vos goûts ?

L’exercice peut devenir un véritable casse-tête avec la grande variété de produits offert. Voici quelques éléments à considérer pour trouver le café qui s’accorde à votre palais !

COMMENT PRÉPAREZ-VOUS VOTRE CAFÉ ?
Si vous préparez votre café avec un système par extraction (machine espresso ou la cafetière italienne), optez pour un mélange espresso. Souvent composé de plusieurs types de grains, il offre une boisson aux saveurs équilibrées et une créma riche et onctueuse.

Si vous préférez préparer votre café avec un système d’infusion sans pression (cafetière filtre, porte-filtre, etc), misez sur l’aspect aromatique ainsi que le niveau d’intensité désiré des cafés filtres.

CORSÉ OU VELOUTÉ ?
Il est recommandé de choisir votre café en fonction du degré de torréfaction. Plus le café est torréfié, plus il est corsé et intense. Ainsi, un café blond ou brun sera plus fruité et doux, et aura beaucoup moins de corps qu’un café torréfié plus foncé.

AMERTUME ET ACIDITÉ – UNE QUESTION DE GOÛT !
Souvent, on confond le goût amer avec l’acidité. L’amertume donne de la longueur en bouche et rend le café plus corsé, plus robuste. À l’inverse de l’amertume, l’acidité fait saliver. Si vous aimez le café plus acidulé, sachez que celui provenant de l’Amérique centrale saura vous plaire.

QUEL PROFIL AROMATIQUE PRÉFÉREZ-VOUS ?
Vous aimez le café dont le goût rappelle le chocolat noir ? Vous adorerez las cafés provenant de l’Afrique ! Vous préférez un café plus terreux, délicat et floral ? Optez pour un café provenant de l’Océanie, et plus particulièrement de l’Indonésie. Si vous recherchez un goût fruité, un café de l’Amérique du Sud est un bon choix pour vous !

CAFÉ NOIR OU CAFÉ AU LAIT ?
Le niveau d’intensité et les arômes de votre café seront affectés selon la quantité de sucre et de lait que vous y ajoutez ! Le sucre et le gras du lait diminueront beaucoup le niveau d’acidité d’un café, une torréfaction mi-noire ou foncée sera alors idéale pour trouver l’équilibre parfait. Si vous préférez votre café noir, n’hésitez pas à parcourir toutes les origines et les différents types de torréfaction pour découvrir un monde de saveur !

Il ne vous reste plus qu’à trouver le café qui vous convient et qui saura accompagner à la perfection vos matins caféinés.

Source : Circulaire m-c’est moi, des marchés Métro.

Cellulaire au volant

LES RÈGLES PRÉCISÉES GRÂCE À LA JURISPRUDENCE

Le Code de la sécurité routière (CSR) a été revu en 2018, notamment quant à l’usage du téléphone cellulaire au volant. Depuis, plusieurs cas ont été présentés devant les tribunaux. Ceux-ci ont permis de préciser les règles.

La Société québécoise d’information juridique (SOQUIJ) en a fait le recensement. Il en ressort qu’il est interdit :

– D’entretenir une conversation en utilisant la fonction haut-parleur du téléphone, si celui-ci n’est pas sur un support fixé au véhicule;

– De brancher son téléphone ou de programmer une adresse sur une application GPS à un feu rouge;

– D’utiliser son téléphone alors que le véhicule est immobilisé au bord de la route ou dans un lave-auto;

– De programmer une adresse sur une application GPS ou de regarder l’écran de cette même application alors que le cellulaire est tenu par un passager.

La jurisprudence a aussi permis d’ajouter quelques libertés. Il est donc permis :

– De consulter l’écran d’affichage de son cellulaire, d’actionner la commande d’ouverture d’une application GPS et d’y programmer une adresse, le tout en tenant une conversation téléphonique en mode mains libres, si le téléphone est fixé à un support (en fait, c’est permis, mais vraiment pas une bonne idée !);

– De récupérer son téléphone tombé au sol;

– De tenir une conversation en utilisant la fonction haut-parleur alors que le téléphone est dans la console centrale du véhicule;

– D’agrandir une portion une portion d’une image du téléphone ouvert dans une application GPS.

Notez que la ligne est souvent mince entre ce qui est permis et ce qui est interdit, et les sanctions sont sévères.

Source : Revue CAA-Québec, hiver 2020, p18

C’est vraiment con !

CON STANCE

Oui, vraiment con !

Autrefois, les gens qui restaient chez eux sans parler à personne étaient qualifiés de cons finis.

Aujourd’hui ils sont simplement des con finés.

Le con finement nous est parvenu par les chefs des gouvernements s’adressant à leurs con citoyens.

Tout cela est con sternant.

Cela commence à nous mettre la con pression et nous entendons de nombreux potes se con plaire dans la con plainte médiatique.

Faute de mieux nous nous tournons vers l’église, ce lieu con sacré pour demander à Dieu de con jurer ce fléau.

On nous dit alors que, pour ne pas être con damnés, nous devrions pour pénitence nous con fessés.

À la maison, pas toujours facile de con tinuer à bien s’entendre avec nos con pagnes ou nos con joints.

Il faut faire des con promis et prendre quelques con primés pour faire passer la pilule.

Nous en sommes con vaincus, il faut rester à la maison dans le con fort, nous limiter à manger des plats con gelés et penser avec con passion à ceux moins bien lotis.

Bientôt tout ira mieux et le virus aura été con battu avec succès, mais restera la facture à payer. Et là, soyez-en sûrs, nous serons alors tous con cernés.

C’est à n’y rien con prendre.