Enfin chez-nous

Vers 10h30, empruntant la sortie 38 de l’autoroute 15, le paysage familier s’offrait à nous. Depuis notre départ du Lake George, les arbres dénudée, contrastaient avec notre doux climat du sud, qu’on venait â peine de quitter. C’est fou comme, sur un même parallèle, la nature peut changer du sud au nord. Paysage de désolation, l’hiver tarde à faire place au printemps. Il fait froid, -2, dans les Adirondacks avec un vent dominant qui atteint les 25 km/h et qui nous suivra jusqu’à St-Philippe. Des petits monticules de neige persistent parcimonieusement sur notre camping désert, mais qui s’active timidement. Un ouvrier prépare le coffrage de ce qui deviendra notre nouveau poste d’accueil d’ici six semaines.

Les terrains, gorgés d’eau, obligent un saisonnier à stationner sa caravane à sellette près de la salle communautaire en attendant l’assèchement. Officiellement, l’ouverture est prévue pour demain. Il ne reste que l’eau à connecter et nous serons en mode normal. En après-midi, le mercure atteignait les 14°C, pour provoquer une fonte rapide. On pouvait découvrir des parcelles de terrain, encore enneigé trois heures plus tôt. Mais il n’y a pas foule et nous sommes les seuls dans notre secteur. On a bien l’impression que dès demain, le mouvement s’amorcera, annonciateur de belles retrouvailles.

Mais l’important c’est d’être enfin chez-nous. Louise et moi avons fait un saut à l’hôpital avec mon frère Sylvain et sa conjointe Lise, en soirée. Mon père est bien, même si la possibilité de débloquer l’artère de l’épaule s’avère impossible selon le médecin. La médication sera retenue comme solution et il est même probable qu’il soit retourné à la maison. Tout un revirement et c’est pour ça que je ne cesse d’affirmer qu’il est un combattant. Et samedi en matinée, devinez quoi ? On rend visite aux petits-enfants devenus grands, mon fils Pascal et sa conjointe Annie, sans oublier le gros toutou Arthur, un mélange de bouvier bernois et de labrador, qui vous fait apparaître un bleu d’un coup de queue d’excitation. Ce sera Noël en avril. Ensuite, à nous l’été, pour prendre la clé des champs !

2 réflexions au sujet de « Enfin chez-nous »

  1. Bon retour à la maison alors. Maison de parc aussi à ce beau RV Resort?
    Si on pouvait en avoir un camping ouvert à l’année aussi dans mon bout. Il y en a en un ou deux en Outaouais, mais j’aimerais plus près de ma famille et amis.

    • Oui, quelques maisons de parc, mais la vocation est surtout véhicules récréatifs. Nous aussi on aimerait bien que le camping ait une section 12 mois… On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve.

      Quoi qu’il en soit, nous sommes bien heureux d’être de retour, au moment où le mercure se fait plus clément, pour nous amener vers un autre été. On reprend notre routine près de la famille et des amis dans un style de vie qu’on savoure chaque jour qui passe.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s