Salmigondis

La misère des riches

salmigondis2Chantal Condoroussis, une compositrice de chansons, a donné en novembre à son mari, le multimillionnaire  Gregory Chamandy, deux résidences à Westmount et Mont-Tremblant d’une valeur totale de 20 millions $. Les deux maisons sont actuellement en vente. La maison de Westmount est décrite comme «la quintessence de l’ultra-haut de gamme». Elle offre 11 places de stationnement et un parc privé. Elle a huit salles de bains et sept chambres à coucher.

Celle de Mont-Tremblant est qualifiée d’«ode au luxe et au raffinement», avec des poutres en bois récupéré de la Nouvelle-Angleterre et des pierres de France pour la cave à vin. Grégory Chamandy est le frère de Glenn Chamandy, patron de la firme de Vêtements de sports Gildan. En 2003, Greg Chamandy a fondé la banque privée Oxbridge, située à la Barbade, un paradis fiscal. Marie-Yvonne Paint, la courtière responsable des deux maisons ne nous a pas rappelés pour expliquer les raisons du «don».

Source: Journal de Montréal du 3 décembre 2016, page 52

Pourboires aux cuisiniers

C’est maintenant à leur tour de réclamer un pourboire aux clients de restaurants, pour leur cuisine. Pourquoi pas en donner aussi au balayeur qui s’occupe de nettoyer la place tant qu’à y être. Seulement au Québec avec la taxe de vente de 15% et le pourboire qui se situe entre 15 et 20%, ça représente une jolie facture. On nous dit que la restauration c’est loin d’être rentable de nos jours tout en étant exigeant.

Seulement au McDonald, où les pourboires n’existent pas, il faut débourser 20$ pour deux personnes. Imaginez dans un grand restaurant. Avec une telle demande, des restaurateurs devront se recycler dans d’autres secteurs. Au minimum, tous les employés d’un restaurant devraient se partager la totalité des pourboires de la journée… Encore là, ça ne fera pas l’unanimité. Au bout du compte, c’est toujours le même qui paie.

Étendre la période pour rouler avec des pneus d’hiver au Québec.

Le législateur fait fausse route dans sa loi sur l’obligation d’équiper son véhicule de pneus d’hiver au Québec, entre le 15 décembre et le 15 mars. Il n’est pas rare de subir des chutes de neige abondantes dès la mi-octobre et jusqu’à la mi-avril, selon les régions.

Certains prétendent qu’il n’est pas indiqué de rouler avec ce type de pneu sur chaussée sèche; c’est complètement faux avec la technologie d’aujourd’hui et la qualité du produit. Il serait réaliste d’étendre cette plage du 15 octobre au 1er avril, sur tout le territoire. Ça éviterait des collisions en série, comme on en voit à chaque année, et toujours avant le 15 décembre, dans certaines artères avec un dénivelé important.

Les Montréalais, trop idiots pour le virage à droite

Certains maires d’arrondissements veulent que le virage à droite aux feux rouges soit autorisé sur le territoire de la Ville de Montréal, comme il se fait partout au Québec depuis 2003. Mais Monsieur le Maire ne veut rien savoir. Dans son égocentrisme, l’idée n’est pas sienne. Pourtant, l’expérience prouve que cette pratique est viable et ne cause pas plus d’accidents.

Bien au contraire, elle assure une appréciable fluidité aux intersections. Avec les milliers de cônes orange qui ornent le réseau routier montréalais, Montréal en aurait un urgent besoin. Avec le 375e anniversaire qui prendra son envol le 1er janvier, il serait temps que la métropole se mette au diapason du reste de la province. Allons Monsieur Coderre… un peu d’altruisme s’il vous plaît, vos citoyens ne sont pas des idiots.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s