Siesta Key, brrrrrrr!

Carole étant notre invitée pour la semaine, il faut choisir le bon moment pour visiter la magnifique plage Siesta Key à Sarasota. Par le fait même, nos amis Marie-Josée et Jacques sont de l’escapade puisqu’on avait dû rebrousser chemin l’hiver dernier, durant le springbreak, alors que les stationnements affichaient complet. On n’allait sûrement pas rater l’occasion cette année.

Il faut mettre 65 minutes pour faire le trajet et on roule sur l’Interstate 75 dès 8h00 alors que le mercure fait 15 degrés C. La météo prévoit 40% d’averses et le ciel est nuageux avec quelques minimes éclaircies. On n’a pas le choix et nous sommes remplis d’optimisme. Chaque petite parcelle de ciel bleu nous incite à continuer même si les vents sont modérés du nord.

Une fois sur place, une poignée d’inconditionnels occupent déjà le stationnement et le choix des espaces ne pose aucun problème. On gare l’auto et nous voilà sur le sable farineux de Siesta Key jusqu’à l’emplacement choisi. On monte le « condo » (super abri de plage) et nous voilà bien installés dans nos chaises, par un vent à écorner un bœuf. On gèle et très vite on s’emmitoufle dans les serviettes de plage avec la casquette baissée jusqu’aux oreilles. On a l’air de vrais arabes. On doit bien ressentir 10-12 degrés C. avec ces forts vents, mais la confiance est toujours là. Après tout, Louise a vérifié la météo qui prévoit du soleil à midi tapant. Il est 9h30!

D’ailleurs, la photo, plus haut, est assez révélatrice du temps qu’il faisait. On se trouvait tous un peu fou de geler comme les crottes de cabot sur un trottoir mais bon, chose promise chose due et Carole qui rentre au Québec aujourd’hui… on n’a pas le choix! La prédiction de Loulou s’avère exacte et Galarneau pointe ses rayons dans un ciel bleu azur alors qu’on se déshabille un peu, on expose la peau. Les baigneurs affluent. Les vents tempérés nous accompagneront tout au long de notre visite mais au moins, le soleil nous réchauffe… avec le résultat qu’on attrape sournoisement un bon coup de soleil. Un badaud confond Carole avec un homard vivant. Cheveux blonds et visage rouge, c’est contrastant et ça porte à confusion! Avant de quitter, Carole et Marie-Josée en profitent se saucer jusqu’aux genoux à travers les fortes vagues tonitruantes, le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

On quitte vers 14h00 pour rentrer à la maison et les brûlures se font sentir. Carole, dans un état comateux, fait le voyage de retour sans ouvrir l’œil jusqu’à destination. Pas besoin de vous dire que les bras de Morphée nous ont porté très tôt pour nous faire visiter le pays des rêves, la nuit venue. Entretemps, en visionnant les bulletins de nouvelles à TVA et constatant l’horreur de la « marde » blanche qui illuminait l’écran, Carole poussait un soupir de soulagement d’avoir évité la monstrueuse bordée de neige que notre Québec a subie. Quand on se compare on se console et espérons que Marc-André, en fiston responsable, aura déblayé l’entrée de sa maman.

Une réflexion au sujet de « Siesta Key, brrrrrrr! »

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s