L’insomnie, causes et remèdes (1 de 3)

Le sommeil, c’est l’état d’une personne qui dort, caractérisé essentiellement pas la suspension de la vigilance et le ralentissement de certaines fonctions. S’il ne présente pas de problèmes chez les enfants et les jeunes adultes, il en va tout autrement à mesure que les années s’accumulent et particulièrement chez les aînés.

Sous forme de causes et remèdes, je vous propose l’article qui suit, du médecin Robert MacMillan, paru dans l’édition été 2017 du magazine Nouvelles CSA, de l‘Association Canadienne des Snowbirds et qui traite du sujet. Il vous sera livré en trois épisodes afin d’en alléger sa lecture. Voici la première partie.

Hier soir, j’ai eu de la difficulté à m’endormir, j’ai dû me lever pendant la nuit et je me suis réveillé à 6h. Ça vous dit quelque chose? Chez nombre d’aînés, il est bien trop fréquent d’avoir de mauvaises habitudes de sommeil, et les statistiques nous disent que nous ne sommes pas seuls. Près de la moitié des personnes de plus de 60 ans souffrent d’insomnie. Au cours de ma pratique, je ne peux compter le nombre de personnes âgées qui m’ont demandé des conseils pour pallier ce problème.

Je me souviens qu’adolescent, je pouvais me coucher la fin de semaine à 22h et ma mère devait me sortir du lit 12 heures plus tard. C’était il y a longtemps. Chez les jeunes adultes, à moins qu’il y ait une cause évidente, les problèmes de sommeil sont plutôt rares, mais se manifestent plus souvent avec le vieillissement. Bien que les raisons physiologiques soient encore largement à découvrir, certains facteurs sont toutefois bien connus, et il est possible jusqu’à un certain point d’influer sur ces derniers pour améliorer la qualité de son sommeil.

L’insomnie se manifeste de diverses façons : s’endormir au bout d’un long moment, se réveiller une ou plusieurs fois par nuit, se réveiller tôt, être incapable de se rendormir, et se sentir fatigué et amorphe pendant la journée en raison d’un ou plusieurs de ces symptômes.

FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX
Une chambre trop éclairée, trop chaude ou trop froide, du bruit, un lit inconfortable, un partenaire agité ou ronfleur sont autant de facteurs évidents qui nuisent au sommeil. Parfois, un voyage, une visite de la famille ou une hospitalisation peuvent causer de l’insomnie à cause de l’environnement non familier.

Remèdes : Assurez-vous d’avoir le bon oreiller et le bon lit. Dormez dans une chambre fraîche, sombre et silencieuse et utilisez des bouchons d’oreille si nécessaire. Si vous ou votre partenaire ronflez ou vous empêchez mutuellement de dormir, essayez des chambres séparées.

CAUSES LIÉES AU STRESS
Parfois, l’insomnie a des causes mentales. Un deuil récent, une dépression, l’accumulation d’anxiété par rapport à la famille ou aux finances, entre autres, peuvent entraîner des troubles de sommeil.

Remèdes : Évitez le stress et l’excitation en fin de soirée. La lecture ou un peu de télé peuvent faire l’affaire. Essayez des techniques de relaxation comme un bain chaud ou une légère collation avant de vous coucher. Vos activités avant le coucher devraient exclure les émissions de télé violentes ou l’exercice soutenu.

INACTIVITÉ
Pour la plupart d’entre nous, avec le vieillissement vient une diminution de l’activité, ce qui est probablement la principale cause d’insomnie. Non seulement ne faisons-nous pas autant d’activité physique que nous le devrions, mais nous disposons aussi de beaucoup plus de temps pour des activités sédentaires et des siestes que lorsque nous étions plus jeunes. Par surcroît, nous avons moins d’activités extérieures que dans notre jeunesse, et c’est habituellement encore pire l’hiver (à moins de pouvoir s’offrir un mode de vie de snowbird et donc de rester plus actif).

Remèdes : Faites régulièrement de l’exercice tout au long de l’année. Il est prouvé que l’activité extérieure, en particulier, favorise un meilleur sommeil. Que ce soit la marche, le golf, le pickleball ou la danse, votre sommeil et votre santé en général ne peuvent qu’en bénéficier. L’activité physique favorise un bon équilibre jour-nuit, et lorsque votre corps est fatigué, vous dormez mieux.

SIESTES
La « petite sieste » – surtout après avoir mangé ou bu de l’alcool – est une habite fréquente chez les aînés, particulièrement les hommes. Pour une personne qui souffre d’insomnie, il s’agit ici d’un des facteurs les plus évidents, surtout quand la sieste est plus qu’un « petit somme » et qu’un sommeil profond est atteint. Le raisonnement souvent évoqué : « Eh bien, j’ai mal dormi la nuit passée, alors j’ai besoin d’une sieste. » Ainsi commence le cycle qui, pour plusieurs, sera très difficile à briser.

Remèdes : Maintenez une structure de sommeil régulière, même la fin de semaine. Si vous avez un problème de sommeil, vous devriez essayer éviter les siestes. Si vous faites quand même une sieste, faites-la tôt dans la journée plutôt qu’en soirée, et limitez-vous à 20 minutes ou moins.

À suivre…

Une réflexion au sujet de « L’insomnie, causes et remèdes (1 de 3) »

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s