La chasse aux « tinérants »

La Une

Cette année, mes grands-parents ont décidé de préparer des sacs de cadeaux pour les itinérants. Comme j’ignorais ce que signifie le mot « itinérants », ils m’ont expliqué qu’il s’agissait de sans-abris, c’est-à-dire des gens qui ne possèdent pas de maison et couchent dans la rue. Mon jeune cousin Simon n’en revenait pas.

– Quoi ? Les « tinérants » dorment dehors même en hiver ? Il doit faire froid !

– Oui, mon garçon, et bien souvent, ils n’ont rien pour fêter Noël.

Non sans curiosité, nous avons aidé notre grand-mère à glisser plein d’objets dans quatre grands sacs de Noël : des paquets de cigarettes, des craquelins et du fromage, un pot de café instantané, des cubes de sucre, un berlingot de crème, des biscuits au chocolat et des bonbons, et même une grosse tasse avec un « bonhomme sourire » dessus.

Grand-maman paraissait satisfaite.

– Avec ça, la personne recevant le sac n’aura qu’à prendre de l’eau chaude dans une toilette publique pour s’offrir une collation du tonnerre et un bon café pour se réchauffer,

Puis elle a ajouté de belles tuques de laine bien chaudes, des mitaines et des foulards. À son tour, grand-papa a déposé dans chacun des sacs une bouteille de vin avec bouchon dévissable et des verres de plastique ainsi que quelques coupons pour manger chez McDonald’s.

– Il ne manque plus que les cartes de Noël. Vincent et Simon, si vous voulez nous accompagner, vous devrez en dessiner quatre.

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Mais à notre grande surprise, grand-maman a signé : De la part de la fée des Étoiles sur nos cartes. Ah bon… Voilà qu’elle se prend pour la fée des Étoiles, à présent ! Quand je lui ai demandé pour quelle raison, elle s’est mise à rire.

– La fée des Étoiles, c’est ma grande amie. Tu ne le savais pas !

En cette fin d’après-midi du 24 décembre, nous voici donc, mes grands-parents, mon cousin et moi, sacs de cadeaux à distribuer en main, au coin des rues Saint-Denis et Sainte-Catherine, à l’heure où s’allument les lumières de Noël.

Le petit Simon ne tient pas en place et saute d’excitation sur le trottoir.

– Youppi, on s’en va à la chasse aux « tinérants » !

Moi, je me sens plutôt inquiet de ce qui va se passer. J’essaye de faire mon grand en jasant avec grand-papa mais, au fond, je suis mort de peur. De son côté, grand-maman-fée-des-Étoiles serre la main de mon cousin en essayant de le calmer.

Des yeux, nous essayons de trouver notre premier itinérant, mais Simon et moi ne savons pas vraiment ce que nous cherchons. Soudain grand-maman s’écrie :

– Là-bas, près de la station de métro !

Nous découvrons un homme couché par terre sous une pile de couvertures crasseuses. À petits pas hésitants, nous nous approchons et l’interpellons joyeusement. Il soulève la tête, encore endormi. Grand-papa me glisse alors un sac dans les mains avant de s’adresser à l’homme.

– Bonjour, monsieur. Voici mon petit-fils Vincent. Il a un sac de cadeaux à vous offrir. Il l’a préparé avec la fée des Étoiles.

– Oui…Euh… Je… J’ai mis dedans une belle carte avec des fleurs pour toi. Parce que les fleurs, ça pousse l’été et qu’il fait moins froid. Euh… Joyeux Noël !

Timidement et en l’examinant mine de rien, je tends le sac à l’homme aux cheveux hirsutes. Soudain, un grand sourire éclaire son visage.

Oh ! thanks a lot ! You’re very sweet !

Un anglophone ! Je ne m’attendais pas à ça ! Simon se retourne et recommence à sautiller en s’écriant à tue-tête devant les passants ahuris :

– Youppi ! On a trouvé un « tinérant » !!

– Chut ! Simon, on ne dit pas ça !

Nous nous dirigeons ensuite vers une vieille femme enveloppée dans un manteau élimé et trop grand. Je la vois en train de tendre la main aux passants, debout devant une petite église. Ah ? Il existe des femmes parmi les sans-abris ! Grand-maman insiste pour que Simon et moi nous nous approchions un peu plus près, puis elle aborde gentiment la femme.

– Madame, nous avons un cadeau pour une itinérante. Vous en êtes une, je crois…

– Ouais… J’essaye très fort de m’en sortir, mais comme vous voyez, je suis encore obligée de mendier.

– Eh bien ! la fée des Étoiles et ses lutins vous ont préparé quelques gâteries. À ton tour Simon, donne-lui ton sac !

– Quoi ? Vous m’apportez un cadeau ? Je n’en reviens pas ! Je dois rêver !

Avec un peu d’hésitation, Simon lui tend le sac trop lourd pour lui.

– Oh ! Comme ils sont mignons, ces enfants ! Merci, merci ! Un cadeau… c’est la première fois que ça m’arrive depuis des années. Hé ! tu vas me faire pleurer, toi, là, mon petit bonhomme !

Mon cousin se réfugie en courant contre grand-maman. Même rendu au coin de la rue suivante, j’entends encore la femme nous crier :

– Joyeux Noël, et merci encore !

Le troisième sans-abri quête à la porte d’une pharmacie. Un visage propre et ouvert, des lunettes, une moustache grise, des yeux brillants. Mais la façon dont il est habillé ne trompe pas. Cette fois, j’ai pris de l’assurance et je m’adresse moi-même au « tinérants ».

– Bonjour, monsieur. La fée des Étoiles a préparé ce sac de cadeaux pour vous.

– Oh ! Merci ! mon grand, merci beaucoup ! Dis donc, es-tu le fils de la fée des Étoiles ?

– Euh… non ! Je suis son petit-fils… ou plutôt son lutin !

De l’autre côté de la rue, nous apercevons un autre sans-abri couché par terre sur un morceau d’objets épars. Nous traversons aussitôt. Au tour de Simon de donner lui-même le dernier sac à un « tinérant ». Mais mon jeune cousin, toujours impressionné, me cède finalement sa place.

À notre grand étonnement, nous découvrons par terre non pas un, mais trois adolescents réfugiés sous une grande toile bleue. Deux d’entre eux ont d’étranges regards fixes et ne réagissent pas à notre approche, mais le troisième semble avoir gardé un semblant d’esprit. Ma grand-mère s’adresse à lui d’une voix tremblante.

– Tu me promets de partager le sac de cadeaux avec tes amis, hein ?

– C’est promis, madame, ne vous inquiétez pas.

Mon attention se porte alors sur grand-maman. Je la vois essuyer une larme.

– Pauvres, pauvres enfants… Ces ados-là sont sous l’effet de la drogue, Beaux à rêver, comme mon fils. J’aurais envie de les prendre dans mes bras et de les emmener chez nous pour la fête de Noël. Qu’est-ce qu’ils font là, couchés dans la rue ! Qui leur a fait ça ? Qui les a rendus comme ça ?

– Leur maman, elle est pas là ?

– Non, Vincent, leur maman, elle n’est pas là.

L’espace d’une seconde, je pense à papa et maman qui nous attendent à la maison avec plein de cadeaux déjà déposés sous l’arbre de Noël.

Quelques minutes plus tard, nous nous retrouvons au restaurant, Simon et moi, avec nos grands-parents. Chaleur, bougies, bonne bouffe, lait chaud au chocolat… Après le souper, nous irons patiner au Vieux-Port avec grand-papa puis nous rentrerons à la maison. Et ce sera Noël.

En songeant aux « tinérants » qui profiteront bientôt de leurs cadeaux, je sens monter une bouffée de bonheur. Il n’y a pas de mots pour dire à quel point je suis content.

Grand-maman, elle, prétend qu’aujourd’hui, Simon et moi avions grandi…

Note de l’auteur : J’ai vraiment vécu cette histoire avec deux de mes petits-enfants,

Source : Contes de Noël pour les petits et les grands, de Micheline Duff, Éditions Québec Amérique 2012.


336e jour de l’année

2 décembre 2021

On célèbre aujourd’hui…

LA JOURNÉE INTERNATIONALE POUR L’ABOLITION DE L’ESCLAVAGE


À la douce mémoire de …

JEAN BÉLIVEAU 1931-2014, joueur, capitaine et vice-président des Canadiens de Montréal.


On jase là…

La réalité de la police en 2021… Une grosse farce !


Pensée et citation du jour

L’amour est avant tout le don de soi-même.

Jean Anouilh


Ça s’est passé un 2 décembre…

(1893) Inauguration de l’hôpital Royal Victoria de Montréal.

(1901) L’entrepreneur et inventeur américain King Camp Gillette fait connaître son rasoir mécanique à lames interchangeables. Le rasoir Gillette va changer le quotidien de plusieurs milliers d’hommes.

(1982) Aux États Unis, le premier être humain à recevoir un cœur artificiel.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

3 commentaires sur “La chasse aux « tinérants »

  1. Ping : michmich32

  2. Ping : La chasse aux « tinérants » – Radio Monde

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :