Du pays des gougounes…

La Une

Le temps passe très vite. Y avez-vous pensé ? Vendredi, c’était l’an passé. Wow ! En fait, c’est nous qui passons pendant que le temps nous regarde.

Que nous apportera ce deux-mille-vingt-deuxième millésime ? Bien malin qui pourrait le prédire. Une chose est certaine, la COVID-19 est encore présente, comme une teigne. Aussi bien faire avec.

Mais avant de sauter dans la nouvelle année, des incontournables sont de mise : les émissions spéciales de la veille du Jour de l’An. Vous les avez écoutés ? Nous oui ! Et confortablement assis dans la caravane des confinés (Louise est toujours en isolement pour quelques jours encore).

On s’est limité à l’antenne de Radio-Canada, notre télé d’un océan à l’autre.

EN DIRECT DU JOUR DE L’AN

Un spécial d’En direct de l’univers, toujours animé de main de maîtresse par la pétillante France Beaudoin qui n’a plus besoin de présentation. Des invités surpris et contraints d’embarquer dans l’autobus spécialement nolisé, pour vivre l’expérience de clouer le cercueil de 2021 : Michel Rivard, Anne-Élisabeth Bossé, Stéphane Rousseau et Dave Morrissette, sont passés par toute la gamme des émotions.

Un énergique spécial grandiose et de qualité pendant 90 minutes où l’émotion se mêlait aux moments de joie. L’équipe de cette émission mérite des félicitations pour son succès devenu contagieux. Imaginez la préparation de tous ces pots-pourris et les répétitions pour que tout soit réglé au quart de tour. C’est exceptionnel. Une émission qui donne un bon coup d’envoi à une soirée irrésistible.

À L’ANNÉE PROCHAINE

C’était la première fois que j’écoutais cette émission. Les imitations étaient à la hauteur. Bien sûr Pierre Verville et Michèle Deslauriers sont des valeurs sûres mais j’ai été agréablement surpris par les performances de Benoît Paquette, Véronique Claveau et Dominic Paquet. Quels talents ! L’heure a passé en coup de vent.

INFOMAN

Un indispensable depuis des années. Une rétrospective des événement de l’année animé par l’infatigable Jean-René Dufort et son gros micro jaune. Malheureusement, je n’ai regardé qu’une partie de l’émission parce que je devais passer sous la douche et enfiler le pyjama pour regarder le Bye Bye. Mais bon. On ne s’ennuie pas avec Jean-René et ses rendez-vous hebdomadaires sont toujours de qualité.

LE BYE BYE

Le cinquantième Bye Bye. Ce doit être un record ? Il reste encore des images d’Olivier Guimond et Denis Drouin parodiant un Noël durant la crise d’octobre de l’époque. C’était en 1971… et en noir et blanc. Certains d’entre vous étaient trop jeunes, n’ayant connu que la couleur.

L’édition de 2021 est semblable à toutes les précédentes : des parodies drôles, d’autres moins, mais toujours divertissantes. Avec les années, la technique et les maquillages se sont améliorés au point où les ressemblances sont incroyables.

Dans cette dernière édition où tous les comédiens étaient à la hauteur, j’ai ri sur la parodie des gyms, pendant la pandémie. Huard était très crédible. Aussi les imitations de Marc Bergevin, Denis Coderre et Guillaume Lemay-Thivierge étaient hilarantes.

Curieusement, un commercial qui me fait toujours sourire est celui de Claude Legault sur les produits de l’érable du Québec ; l’année tire à sa fin. « TIRE » pour tire d’érable. Craquant !

Cependant, la parodie du mini-putt, les ex-Roquet belles oreilles, ne m’a pas convaincu. Même que je me demandais ce que ça venait faire dans ce spécial. Un trou à boucher ?

L’idée de souhaiter la bonne année aux téléspectateurs par les groupes de citoyen était un beau moment d’enthousiasme, et je dirais un peu émotif. Je l’avoue, ces moments explosifs viennent me chercher.

Finalement, ce fut une belle soirée télé incontournable, une coutume des 31 décembre, pour se rappeler l’actualité de l’année qui s’achève.

Et vous, vous l’avez vécu comment votre 31 décembre ?

Samedi matin, au lever, le soleil était là, sous les 25°C. J’en profite également pour vous présenter notre arbre de Noël d’une bonne quinzaine de pouces et qui décore notre salon. Vous savez, dans une caravane, on ne peut pas mettre un gros sapin. Alors on fait avec les moyens du bord.

Je voulais vous montrer que même au Sud, l’esprit des Fêtes est toujours là. Par ailleurs, je vous accorde que des décorations, sans neige, n’ont pas le même effet chaleureux.

Que voulez-vous, ainsi va la vie… au pays des gougounes !


3e jour de l’année

3 janvier 2022

Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Édith Geoffrion

Bon anniversaire !


On jase là…

Il faut avoir du temps à perdre et à ne pas savoir quoi en faire, après 22h00, pour ces manifestants qui en ont contre le couvre-feu. 57 contraventions émises, à 1000 $ la copie, c’est tout ce qu’ils méritent.


Pensée et citation du jour

Dieu a dit : « Il faut partager ». Les riches auront la nourriture, les pauvres de l’appétit.

Coluche


Ça s’est passé un 3 janvier…

(1959) L’Alaska devient le 49e état américain.

(2000) Céline Dion proclamée l’artiste canadienne du siècle ayant vendu le plus de disques au Canada et à l’étranger ; 119 millions.

(2001) José Théodore devient le premier gardien du Canadien de Montréal et le sixième dans l’histoire de la Ligue nationale de hockey à marquer un but. Il réalise son exploit face aux Islanders de New York.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Un commentaire sur “Du pays des gougounes…

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :