Vous ne savez pas ce que c’est !

La Une

J’ai tout vu et écouté sur les manifestations, tant à Ottawa qu’à Québec, et un mot revient constamment; LIBERTÉ ! À l’évidence, ceux qui disent se battre pour l’obtenir, ne savent pas de quoi ils parlent. Ça crève les yeux. C’est n’importe quoi !

Vendredi dernier, Patrick Lagacé signait un excellent texte dans La Presse+, sur ce mot galvaudé qui fait l’envie de beaucoup de sociétés pour qui il est impossible de seulement l’espérer. C’est le texte que je vous propose aujourd’hui.


« LIBERTÉ » ET LIBERTÉ

À toi qui manifestes pour la « liberté », ces jours-ci…

Les 11 et 12 juillet derniers, des milliers de Cubains sont descendus dans la rue pour protester contre la vie chère, la pénurie de nourriture et la dictature communiste.

Ça a commencé dans l’ouest de Cuba avant de s’étendre ailleurs, très rapidement. La Havane a été le théâtre de manifestations, les plus imposantes en trois décennies.

À 15 h, le 12 juillet, les émissions de télé à Cuba ont été interrompues. Le dictateur Miguel Díaz-Canel a déclaré que les manifestants tentaient de déstabiliser le pays et qu’ils seraient réprimés avec une « réponse révolutionnaire ».

Le dictateur a tenu parole : il y aurait eu 1300 arrestations, selon une ONG cubaine.

Les « procès » pour « sédition » ont eu lieu récemment. J’utilise les guillemets, car dans une dictature – pas de guillemets –, un « procès » n’a pas la même signification qu’ici.

Les « juges » ont récemment commencé à rendre des sentences, au terme de ces « procès ».

Yosnavy Rosell García, 33 ans, était accusé d’avoir lancé des roches dans une manif, à Holguín. Il a été arrêté.

Il a été emprisonné.

Il a eu un « procès ». Et cette semaine, sa famille a été conviée au tribunal pour la sentence…

Je ne révèle pas le punch, cher « combattant ». Je te le garde pour la fin.

Les vraies dictatures ne niaisent pas avec la puck. Elles ne laissent pas des camionneurs s’installer dans les rues de leurs capitales avec des banderoles qui disent FUCK YOU au dictateur. Ceux qui sont arrêtés n’ont pas la protection d’une Charte des droits et les « juges » qui se penchent sur leur cause ne sont pas indépendants du politique. Ils SONT le politique.

Le Canada que tu dénonces est une démocratie mature, qui fait l’envie du monde, malgré ses travers. On peut dire la même chose de la démocratie dans chacune des provinces de ce pays. Nos citoyens ne se sauvent pas dans la nuit pour demander l’asile politique dans des pays comme Cuba.

(Et toi non plus !)

Même les quinquagénaires qui vont vivre à Cuba parce qu’ils trouvent Cuba si « géniale » – ainsi que leur blonde cubaine de 22 ans – gardent quand même dans leur poche arrière le passeport canadien…

(On sait jamais, hein ?)

À toi qui manifestes pour la « liberté » : ton utilisation de ce mot est une insulte pour quiconque a déjà vécu sous un régime autoritaire, dictatorial ou totalitaire.

Selon l’organisme Freedom House, qui fait une vigie de la santé démocratique des pays du globe, le Canada est un pays libre et démocratique. Nous avons des étoiles partout dans notre bulletin : une note de 98 %.

Dans toutes les matières qui composent le bulletin de santé démocratique de Freedom House – système judiciaire indépendant, liberté d’expression, liberté universitaire, liberté médiatique, droits politiques des citoyens, élections libres, liberté de mouvement, etc. –, le Canada récolte 4 points sur 4.

Le Canada obtient 3 sur 4 dans seulement deux matières, en fait. On perd un point sur le traitement égal des citoyens à cause du sort réservé aux Autochtones.

L’autre point perdu ?

Pour la liberté religieuse… à cause de la loi 21 au Québec.

Donc, le Canada récolte 98 % dans le palmarès des pays démocratiques : c’est mieux que la France (90 %), l’Allemagne (94 %), le Royaume-Uni (93 %), et c’est beaucoup mieux que les États-Unis (82 %), dont la note recule année après année. Seules la Norvège, la Suède, la Finlande (100 %) et la Nouvelle-Zélande (99 %) font mieux que le Canada, à égalité au troisième rang avec l’Uruguay et les Pays-Bas.

Voilà. À toi qui manifestes pour la « liberté » et contre la « dictature », le Canada est dans les sept pays les plus démocratiques – donc les plus libres – du monde.

Ce serait drôle si ce n’était pas tragique, dans le grand ordre des choses. Parce que toujours selon l’organisme Freedom House, la démocratie recule, dans le monde. Les régimes autoritaires prennent du galon. Des démocraties tombent dans les pattes de leaders autocrates qui pensent que les élections, c’est juste un show pour rester au pouvoir.

Dans un article fascinant publié en novembre, le magazine The Atlantic a analysé la montée des antidémocrates dans le monde. Ils forment une sorte de club qui s’entraide et qui se fiche des conséquences d’attacher chaque année les menottes de leurs citoyens un peu plus serré. Maduro, Erdoğan, Poutine, Xi Jinping et Orbán : fais tes recherches sur ces gars-là, cher combattant de la « liberté »…

Au moment où tu joues dans ce jeu de rôle format géant à Ottawa, à Québec et ailleurs, les Ukrainiens se demandent si leur État va rester libre et démocratique. L’Ukraine s’attend à être envahie par la dictature d’à côté à tout moment. Eux, les Ukrainiens, ils se demandent si leur liberté a une date de péremption. Remarque que je n’ai pas utilisé les guillemets, ici, en parlant de la liberté des Ukrainiens. Mais tu t’en sacres, des Ukrainiens. Tes crises du bacon n’ont rien à voir avec la liberté.

Je te rappelle qu’il y a cinq mois, les citoyens du Canada sont allés voter, dans des élections libres et démocratiques. Une fois les voix comptées, c’est un gouvernement libéral minoritaire qui a été appelé à former le gouvernement.

Je t’écoute, « combattant » de la « liberté », et ton discours est un copier-coller de ce que Maxime Bernier hurle sur Twitter : les vaccins sont inutiles, les élites sont contre le peuple, la pandémie est exagérée, les mesures sanitaires ne servent à rien, sinon à nous pousser encore plus vers la tyrannie…

Le Parti populaire de Maxime Bernier a récolté 5 % des voix, en septembre dernier. Il n’a fait élire aucun député. Une déroute. Le peuple dont tu te réclames semble avoir assez peu de goût pour ce genre de national-populisme qui gigote dans les sables mouvants du conspirationnisme.

Ce parti-là, s’il avait été élu, aurait épousé toutes tes vues un peu saugrenues sur la « liberté ». Mais il a perdu.

Et là, par la rue, toi, tu espères accomplir ce que tu n’as pas accompli aux urnes. Je t’écoute, « combattant » de la « liberté », je te regarde menacer des journalistes qui couvrent tes manifs, je lis tes slogans qui promettent la pendaison à nos dirigeants, je t’entends te réclamer d’un peuple qui a répudié tes idées aux urnes il y a cinq mois, et…

Et t’aimes pas la démocratie, au fond. Tu sais même pas ce que c’est, la démocratie.

Je conclus cette chronique avec Yosnavy Rosell García. Tu te souviens, ce manifestant cubain qui a été arrêté pour avoir manifesté à Cuba, l’été dernier ?

J’ai deux choses à te dire, sur M. García.

Un, son pays, Cuba, a un score de 13 % dans le palmarès de la santé démocratique dont je te parlais.

Deux, il a reçu sa peine : 20 ans de prison. Les procureurs de l’État en réclamaient 30.

Ça lui apprendra, à M. García, citoyen cubain de 33 ans, à manifester pour la liberté…

Je n’ai pas utilisé les guillemets pour le mot liberté, ce coup-là.

C’est voulu.


52e jour de l’année

21 février 2022

On célèbre aujourd’hui…

LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA LANGUE MATERNELLE


Pensée et citation du jour

Rien n’est petit en amour. Ceux qui attendent les grandes occasions pour prouver leur tendresse ne savent pas aimer.

Laure Conan


Ça s’est passé un 21 février…

(1953) Découverte de la molécule d’ADN par Francis Crick et James Dewey Watson.

(1974) Tim Horton naquit à Cochrane, en Ontario, le 12 janvier 1930. Il fut recruté par les Maple Leafs de Toronto en 1949 et, pendant 22 ans, fut l’un des défenseurs les plus solides de la Ligue nationale de hockey. Il prit part à 1 446 parties de saison régulière, marquant 115 buts et enregistrant 403 aides, pour un total de 518 points.

Tim décida de tenter sa chance dans les affaires du café et des beignes et la première franchise Tim Hortons s’ouvrit en 1964 à Hamilton, en Ontario.

Malheureusement, Tim n’a pas pu voir l’énorme succès de la chaîne. Le 21 février 1974, alors qu’il retournait à Buffalo, après une partie aux Maple Leaf Gardens, il fut tué dans un accident d’automobile. Pour honorer sa mémoire, les Sabres de Buffalo retirèrent de la circulation son chandail numéro 2. Au moment de la mort de Tim, les restaurants Tim Hortons étaient au nombre de 40.

(2004) Le César du meilleur réalisateur a été décerné, samedi à Paris, au cinéaste québécois Denys Arcand, pour son plus récent film, « Les invasions barbares », celui-ci couronné du César du meilleur film. Quelques instants auparavant, Denys Arcand recevait le César du meilleur scénario original ou adaptation pour ce même film.

Le compositeur Benoît Charest se voyait, pour sa part, récompensé en obtenant le César de la meilleure musique, pour « Les triplettes de Belleville ». Les César, équivalant français des Oscar ou des Jutra, consacrent, depuis 29 ans, les meilleurs artisans du cinéma français et international.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :