Samedi, de rigoler…

Un cow-boy des temps modernes a passé de nombreux jours à traverser les prairies de la Saskatchewan sans une goutte d’eau. Son cheval est déjà mort de soif. Il rampe sur le sol poussiéreux, certain d’être arrivé à son dernier souffle, quand tout à coup il aperçoit un objet qui dépasse du sol plusieurs mètres devant lui. Il rampe jusqu’à l’objet, le sort du sol et découvre ce qui semble être une vieille mallette. Il l’ouvre et un génie apparaît.

Mais ce n’est pas un génie ordinaire. Elle porte un insigne d’identité de Revenu Canada et une robe grise terne. Elle a une calculatrice dans son portefeuille et un crayon accroché derrière l’oreille.

– Eh bien, cow-boy, dit le génie… Tu sais comment je travaille… Tu as trois souhaits.

– Je n’ai pas l’intention de me faire avoir, dit le cow-boy… Je ne vais pas faire confiance à un génie de Revenu Canada.

– Qu’as-tu à perdre ? Tu n’as aucun moyen de transport et on dirait que tu es fini de toute façon !

Le cow-boy y réfléchit une minute et décide que le génie a raison.

– OK ! j’aimerais être au bord d’une source luxuriante avec beaucoup de nourriture et plein de boissons.

POOF ! Le cow-boy se retrouve à côté de la plus belle source d’eau qu’il ait jamais vu et il est entouré de cruches de vin et de plateaux de délices.

– OK, cow-boy, quel est ton deuxième souhait ?

– Mon deuxième souhait est que je sois riche au-delà de mes rêves les plus fous.

POOF ! Le cow-boy se retrouve entouré de coffres au trésor remplis de pièces d’or rares et de pierres précieuses.

– OK, cow-boy, vous n’avez plus qu’un souhait. Mieux vaut en faire un bon !

Après y avoir réfléchi pendant quelques minutes, le cow-boy dit :

– Je souhaite que n’importe où j’irai, les belles femmes me voudront et auront besoin de moi.

POOF ! Il a été transformé en tampon.

Morale de l’histoire: Si jamais le gouvernement canadien propose de vous aider, méfiez-vous de ce que l’on attend de vous en retour.

———————————————————————-

Une dame est à la fenêtre de sa maison et voit se garer devant chez elle un camion de la ville.

Un premier gars en descend, il prend une pelle et creuse un trou, puis va deux mètres plus loin et creuse un deuxième trou et va deux mètres plus loin creuse un troisième trou… et ainsi de suite.

Un deuxième gars sort alors du camion, prend une pelle et rebouche le premier trou et ensuite tous les trous que son collège continue à creuser.

Intriguée, la vielle dame qui regarde toujours par la fenêtre, va les voir et les interroge sur leur travail.

– Voulez-vous bien me dire en quoi consiste votre travail !

Et le premier gars lui répond :

– Je sais que ça peut paraître bizarre. D’habitude nous sommes trois dans l’équipe mais aujourd’hui le gars qui plante les arbres est en retard.

———————————————————————-

Un médecin israélien dit :

– En Israël, la médecine est si avancée que nous pouvons couper les testicules d’un homme, les mettre sur un autre homme et 6 semaines plus tard, il se cherche du travail.

Le médecin allemand dit :

– Ce n’est rien, en Allemagne on prend une partie du cerveau, on le met dans un autre homme, et 4 semaines plus tard, il se cherche du travail.

Le médecin russe dit :

– Messieurs, nous prenons un demi-cœur à un homme, le mettons dans la poitrine d’un autre et 2 semaines plus tard, il se cherche du travail.

Le médecin américain rit :

– Vous êtes tous loin derrière nous. Il y a trois ans, nous avons pris un homme sans cervelle, sans cœur et sans couilles et l’avons nommé président. Maintenant, tout le pays se cherche du travail !

———————————————————————–

En raison d’une panne d’électricité, des ambulanciers ont répondu à l’appel d’une maman en train d’accoucher. La maison était très sombre, donc l’ambulancier demanda à Catherine, une petite fille de 3 ans, de tenir une lampe de poche au-dessus de sa maman, pour mieux voir et aider à délivrer le bébé.

Avec une grande attention, Catherine a fait comme il lui avait été demandé. La maman poussait et poussait et, après un peu de temps, le petit Malo est né. L’ambulancier a soulevé le bébé naissant par les petits pieds et lui a tapé les fesses. Malo se mit à pleurer.

Les ambulanciers remercièrent la petite Catherine pour son aide et lui demandèrent ce qui l’avait surprise sur ce qu’elle venait de voir. Les yeux écarquillés, la petite Catherine âgée de 3 ans a réagi rapidement :

– Il a bien mérité sa claque sur les fesses ! Il n’aurait jamais dû entrer là-dedans.

————————————————————————

Comment faire l’amour à une femme, assez pour la faire hurler.

Un Italien raconte à ses amis :

– Hier soir, j’ai massé ma femme avec de l’huile aromatique. Puis on a fait l’amour tellement intensément qu’elle a hurlé pendant cinq minutes !

Le Français qui entend ça répond :

– Oui, pas mal ! De mon côté, hier soir, j’ai massé ma femme avec du beurre aromatique. Après, on a fait l’amour tellement fort qu’elle a hurlé pendant 15 minutes !

Le Québécois ajoute :

– C’est d’la p’tite bière ça les amis. Moi, je l’ai massée avec du chocolat. Ensuite on a fait l’amour et elle a hurlé pendant 3 heures !

Les deux autres, curieux :

– Comment t’as fait pour qu’elle hurle pendant trois heures ?

– Je me suis essuyé les mains avec les rideaux !

————————————————————————–

Un homme se fait intercepter par un garde-pêche. Son bac à est rempli à pleine capacité. Le garde de pêche demande :

– Avez-vous un permis pour tous ces poissons ?

– Non monsieur, ce sont mes poissons domestiques.

– Vos poissons domestiques ?

– Oui, parfaitement. Chaque soir, j’amène mes poissons ici sur le lac, je les laisse nager un bout de temps librement dans le lac, et lorsque je siffle, ils reviennent tous et sautent dans le bateau. Je les ramène alors à la maison !

– Mais c’est ridicule cette histoire, c’est du mensonge pur et simple !

– Non, pas du tout, je vais vous montrer, ça fonctionne vraiment !

– Ok, je dois voir ça…

L’homme prend alors son bac à poissons, le vide à l’eau, et attend debout. Après quelques minutes, le garde-pêche demande :

– Alors ?

– Alors quoi ?

– Quand allez-vous les faire revenir ?

– Faire revenir qui ?

– Ben, les poissons !

– Quels poissons ?

Ah oui ?

On apprend à tout âge, alors pourquoi s’en priver.

Si on quitte ce monde dans les prochaines heures, nous arriverons devant le Créateur un peu plus instruit.

Saviez-vous que…

– Si vous avez crié pendant 8 ans, 7 mois et 6 jours, vous auriez produit suffisamment d’énergie sonore pour chauffer une tasse de café. (Cela ne vaut guère la peine.)

– Si vous avez pété régulièrement pendant 6 ans et 9 mois, suffisamment de gaz est produit pour créer l’énergie d’une bombe atomique. (Maintenant c’est plus comme ça! J’ai déjà 2 bombes)

– Le cœur humain crée suffisamment de pression lorsqu’il pompe vers le corps pour injecter du sang à 9 mètres. Tabarnouche

– L’orgasme d’un cochon dure 30 minutes. Tabarnouche

– Un cafard vivra neuf jours sans sa tête avant de mourir de faim. (Je suis toujours fasciné par ce cochon.)

– Se cogner la tête contre un mur consomme 150 calories par heure. (N’essayez pas cela à la maison; peut-être au travail.)

– La mante religieuse mâle ne peut pas copuler tant que sa tête est attachée à son corps. La femelle initie le sexe en arrachant la tête du mâle. (Chérie, je suis à la maison. Qu’est-ce que …?)

– La puce peut sauter 350 fois sa longueur corporelle. C’est comme un humain sautant sur la longueur d’un terrain de football. (30 minutes. Maudit chanceux ce cochon ! Pouvez-vous imaginer ?)

– Le poisson-chat a plus de 27 000 papilles gustatives. (Qu’est-ce qui pourrait être si savoureux au fond d’un étang ?)

– Certains lions s’accouplent plus de 50 fois par jour. (Je n’arrive toujours pas à croire que le Cochon… la qualité plutôt que la quantité.)

– Les papillons goûtent avec leurs pieds. (Quelque chose que j’ai toujours voulu savoir !)

– Le muscle le plus fort du corps est la langue. Hummm !

– Les droitiers vivent en moyenne neuf ans de plus que les gauchers. (Si vous êtes ambidextre, partagez-vous la différence ?)

– Les éléphants sont les seuls animaux qui ne peuvent pas sauter. (D’accord, alors ce serait une bonne chose.)

– L’urine d’un chat brille sous une lumière noire. (Je me demande combien le gouvernement a payé pour comprendre cela.)

– L’œil d’une autruche est plus gros que son cerveau. (Je connais des gens comme ça.)

– Les étoiles de mer n’ont pas de cerveau. (Je connais aussi des gens comme ça.)

– Les ours polaires sont gauchers. (Donc s’ils deviennent droitiers, ils vivront plus longtemps ?)

– Les humains et les dauphins sont les seules espèces à avoir des relations sexuelles pour le plaisir. (Et ce cochon ? Les dauphins connaissent-ils le cochon ?)

Samedi, de rigoler

C’est un gars qui va au poste de police déclarer que sa femme a disparu…

– Ma femme est partie faire les boutiques et elle n’est pas revenue depuis deux jours…

Le policier : – Combien mesure-t-elle ?

Le gars : – Je ne lui ai jamais demandé…

Le policier : – Maigre ou grosse ?

Le gars : Pas maigre, elle est peut-être un peu grosse…

Le policier : – Couleur des yeux ?

Le gars : – Je ne pourrais pas vous dire…

Le policier : – Couleur des cheveux ?

Le gars : – Je ne sais plus, elle change chaque mois…

Le policier : – Qu’est-ce qu’elle portait ?

Le gars : – Une robe ou un pantalon… me rappelle plus exactement…

Le policier : – Était-elle en voiture ?

Le gars : Oui

Le policier : – Description de la voiture, s’il vous plaît.

Le gars : – Une Audi RS4 V6 Bi-Turbo de 2,7 litres et 380 cv, couleur bleu nogaro, avec une transmission Tiptronic semi-automatique à 6 rapports, rétroviseurs extérieurs brossés aluminium, phares à LED à faisceau matriciel, GPS intégré, sièges baquets en cuir signée Recaro et une légère égratignure sur la porte du conducteur… Et alors là, le gars se met à pleurer…

Le policier : – On se calme, on va la retrouver, votre voiture…!

———————————————————–

Le mari : – Oh Marie, comme on était heureux il y a 15 ans !

Et Marie répond : – Mais, on ne se connaissait pas… !

———————————————————–

Le jour de la rentrée, le responsable de l’internat prévient ses pensionnaires :

– L’accès du dortoir des filles est interdit aux garçons et tout élève qui y sera surpris aura une amende de 10$. À la deuxième infraction, 20$ et 30$ à la troisième. C’est clair ?

Un pensionnaire lève la main :

– C’est combien pour un abonnement ?

———————————————————-

Un homme style élégant sort d’un supermarché poussant un panier rempli à ras bord de marchandises et gourmandises en tout genre, champagne, foie gras, saumon, etc… En s’approchant du coffre de son magnifique 4X4, il aperçoit un homme qui ramasse des brins d’herbes poussés à travers le béton du parking :

– Excusez-moi, Monsieur, mais que faites-vous ?

– Je ramasse de l’herbe, c’est pour la manger, j’en ramène aussi à la maison, on n’a plus rien !

– Ah bon ! Si je peux me permettre, tenez voici ma carte avec mon adresse, venez plutôt manger à la maison !

– C’est gentil, M’sieur, mais j’ai une femme et huit mômes, et je, enfin…

– Mais, c’est évident, venez avec votre famille !

– Oh alors, ça, c’est gentil. Mais c’est que les grands y sont déjà mariés, pi z’ont aussi des petits !

– Allons, mon ami, je vous en prie, venez tous !

– Z’êtes sûr, parce qu’y a aussi mes sœurs et mes beaux-frères, on est nombreux…

– Je vous le dis, j’insiste, ça me fait plaisir, venez tous chez moi, l’herbe est haute comme ça, si vous êtes nombreux en trois heures c’est fait…!

——————————————————–

Les infirmières ne sont pas supposées rire quand elles voient un patient. Ce patient a peur de faire rire de lui mais l’infirmière lui répond :

– C’est certain que je ne vais pas rire, croyez-moi, je suis une professionnelle et je n’ai jamais ri d’un patient en mes 20 ans de carrière.

– Très bien alors, dit Jerry.

Il baissa ses pantalons révélant le plus petit pénis que l’infirmière ait jamais vu. En longueur et en diamètre, ce n’était pas plus gros qu’une pile AAA. Incapable de se contrôler, l’infirmière s’est mise à rire jusqu’à en tomber par terre pliée en deux. Quelques minutes plus tard, elle parvint à se relever et à reprendre son calme. Elle dit alors :

– Je suis vraiment désolée, je ne sais pas ce qui m’a pris. Sur mon honneur en tant qu’infirmière, je vous promets que cela ne se produira plus jamais. Maintenant, c’est quoi le problème ?

Jerry répond :

– C’est enflé !

L’infirmière se sauva de la pièce en courant.

——————————————————–

Deux sœurs rentrent le soir après une journée de vente de gâteaux. Sœur Marie, mieux connue comme Sœur Mathématiques (SM) et Sœur Laure, mieux connue comme Sœur Logique (SL).

SL : – Tu as remarqué qu’un type nous suit depuis 10 minutes ?

SM : – Oui, je me demande ce qu’il veut… ?

SL : – C’est logique, il veut abuser de nous !

SM : – Quelle horreur, et en plus dans 3 min 47 s il va nous rattraper! Que faire ?

SL : – Logique, il faut marcher plus vite…

Et elles accélèrent donc un peu pour semer le salaud.

SM : – Ça ne sert à rien.

SL : – C’est logique, lui aussi il a accéléré…

SM : – Que faire ? Dans 1 min 13 s il va nous rattraper…

SL : – Bon, logiquement si on se sépare, il aura un problème…

Et elles se séparent… Sœur-Mathématiques à droite, Sœur-Logique à gauche… L’homme décide de suivre SL à gauche et SM rentre au couvent. Elle et toutes les autres sœurs attendent donc avec impatience l’arrivée de leur consœur quand finalement Sœur-Logique arrive au couvent. Dès son arrivée, elle est assaillie par les questions.

SM : – Dieu soit loué ! Que s’est-il passé ?

SL : – Je n’avais qu’un choix logique : courir le plus vite possible.

SM : – Et lui ?

SL : – Logique, lui aussi s’est mis à courir.

SM : – Et alors ?

SL : – La suite logique : un homme court plus vite qu’une nonne, il m’a donc rattrapé !

SM : – Dieu du ciel ! Et alors ?

SL : – J’ai fait la chose la plus logique. J’ai soulevé ma jupe.

SM : – …Oh, ma sœur… et lui ?

SL : – Sa réaction fut très logique, il a baissé son pantalon.

SM : – … Horreur… et ensuite… ?

SL : – Bien, c’est logique ! Une sœur avec la jupe en haut court plus vite qu’un gars avec les pantalons aux chevilles !

Que tous ceux qui espéraient une histoire de fesses récitent trois « Je vous salue Marie ».

Souvenirs lointains

Vous souvenez-vous des feuillets paroissiaux qu’on appelait aussi Semainier ?

Ceux qu’on prenait à l’église au début ou à la fin de chaque messe, à l’époque où les églises faisaient salle comble. Il y avait toujours, en première page, une homélie du curé de la paroisse, des publicités des commerçants du coin et, à l’intérieur, des annonces et calendriers pour les événements à venir avant la prochaine parution.

Alors, pour votre bon plaisir, voici quatorze perles retenues (13 c’est mauvais signe) pour vous faire sourire et vous rappeler des souvenirs déjà lointains. Mais pour votre information, ces feuillets existent encore à certains endroit « en ligne »… on n’arrête pas le progrès.

1- A tous ceux qui ont des enfants et qui ne le savent pas encore, il y a dans la paroisse un espace réservé aux enfants.

2- Jeudi prochain, à cinq heures de l’après-midi, il y aura une réunion du groupe des mamans. Toutes les dames, qui souhaiteraient faire partie des mamans, sont priées de s’adresser au curé.

3- Les réunions du groupe de développement de la confiance en soi ont lieu les vendredis, à vingt heures. Prière de rentrer discrètement par la porte de derrière.

4- Vendredi à dix-neuf heures, les enfants de l’Oratoire feront une représentation de l’œuvre « Hamlet » de Shakespeare, dans la salle paroissiale. Toute la communauté est invitée à prendre part active à cette tragédie.

5- Chère dames, n’oubliez pas la prochaine vente pour nos œuvres de charité. C’est une bonne occasion pour vous débarrasser des choses inutiles que vous avez chez vous. Amenez vos maris !

6- Sujet de la catéchèse d’aujourd’hui: « Jésus marche sur les eaux ». Sujet de la catéchèse de demain: « À la recherche de Jésus ».

7- Le cœur des plus de soixante ans va cesser ses activités de chant pendant l’été, avec les remerciements de toute la paroisse.

8- Souvenez-vous dans vos prières de tous les désespérés et les fatigués de notre paroisse.

9- Le mois de novembre se terminera par une messe chantée par tous les défunts de la paroisse. R. I. P.

10- Le tournoi de basket des paroisses va se poursuivre avec le jeu de mercredi prochain. Venez nous applaudir, nous allons tenter de battre le « Christ Roi »! (Nom de l’équipe)

11- Le prix du cours sur « Prière et jeûne » inclut les repas. Bon Appétit !

12- S’il vous plaît, placez vos oboles dans l’enveloppe, avec les défunts dont vous souhaitez que l’on fasse mémoire.

13- Mardi soir, il y aura un souper aux « bines » dans la salle paroissiale. Ensuite, il y aura un concert.

14- Souvenez-vous que jeudi commencera la catéchèse pour filles et garçons des deux sexes.

Sarcasme

Mes chaussures se plaignent que j’ai pris du poids ! Mai de quoi elles semelles !

Quand on est trop gentil, on finit toujours par se faire bouffer. C’est le syndrome du sandwich aux gens bons.

J’viens de trouver la vraie signification de « un de perdu 10 de retrouvés ». Ils parlaient des kilos, ces cons !

La mort demande à la vie : « Pourquoi est-ce qu’on me déteste et toi, on t’aime ? » La vie répond : « Car je suis un beau mensonge et toi, une triste réalité.

Mon mari m’a énervé aujourd’hui, alors j’ai versé un peu d’eau sur le plancher devant la machine à laver. Ça fait deux heures qu’il essaie de la réparer.

Les femmes n’ont pas besoin d’un homme pour résoudre leurs problèmes, elles ont besoin d’un homme qui ne soit pas un problème à résoudre.

L’homme a trouvé le chemin de la lune. Mais, à ce jour, il n’arrive pas à trouver la poubelle.

On est le on zout.

30 coluchades

Vous connaissez Coluche ? Cet humoriste et comédien français prolifique, mort prématurément dans un accident de la circulation en 1986 à l’âge de 41 ans. Même après toutes ces années, ses capsules humoristiques sont encore publiées.

Partout, dans les colonies françaises, on peut toujours lire ses pensées pleines de sens et de sous-entendus. Je vous propose celles qui suivent.

Pour éviter d’avoir des fils ou des filles, faites l’amour avec votre belle-sœur, vous n’aurez que des neveux.

Tous les champignons sont comestibles, certains une fois seulement.

Soyez gentils avec vos enfants, car c’est eux qui choisiront votre hospice !

Les amis vont et viennent, les ennemis s’accumulent.

Si l’amour est aveugle, il faut palper.

Si la femme était bonne, Dieu en aurait une. Si elle était de confiance, le diable n’aurait pas de corne.

Certains hommes aiment tellement leur femme que, pour ne pas l’user, ils se servent de celle des autres.

Pire qu’une pierre dans la chaussure est un grain de sable dans la capote !

Si un jour tu te sens inutile et déprimé, souviens-toi : un jour tu étais le spermatozoïde le plus rapide de tous.

Les chefs sont comme les nuages, quand ils disparaissent, il fait un temps magnifique !

La hiérarchie c’est comme une étagère, plus c’est haut, plus c’est inutile.

Ton futur dépend des tes rêves. Ne perds pas de temps, va te coucher.

L’Amour, c’est comme la grippe, on l’attrape dans la rue, on la résout au lit.

Les hommes mentiraient moins si les femmes posaient moins de questions.

À la télé, ils disent tous les jours : « Il y a trois millions de personnes qui veulent du travail ». C’est pas vrai, de l’argent leur suffirait.

Pour qu’un écologiste soit élu président, il faudrait que les arbres votent.

Si voter changeait quelque chose, il y aurait longtemps que ça serait interdit.

J’ai l’esprit large et je n’admets pas qu’on dise le contraire.

Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison.

Le travail c’est bien une maladie, puisqu’il y a une médecine du travail.

La Droite vend des promesses et ne les tient pas, la Gauche vend de l’espoir et le brise.

S’il y avait un impôt sur la connerie, l’État s’autofinancerait.

La grande différence qu’il y a entre les oiseaux et les hommes politiques, c’est que, de temps en temps, les oiseaux s’arrêtent de voler !

La seule chose qu’on puisse croire dans un journal, c’est la date.

De ceux qui n’ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent.

Tous les étrangers seraient bien mieux dans leur pays… la preuve : nous on y va bien en vacances.

On ne peut pas dire la vérité à la télé. Il y a trop de gens qui regardent.

Ça fait beaucoup marrer les gens de voir qu’on peut se moquer de la politique, alors que, dans l’ensemble, c’est surtout la politique qui se moque de nous.

C’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais cinq ans de droit et tout le reste c’est de travers.

Je suis capable du meilleur et du pire. Mais dans le pire, c’est moi le meilleur.

Mieux vaut en rire

Un prêtre, sentant sa mort proche dans un hôpital, demande au médecin d’appeler un banquier et un politicien. En quelques minutes, les deux apparurent.

Le prêtre leur demanda de s’asseoir de chaque côté du lit. Le banquier et le politicien étaient tellement touchés et, en même temps, se sentaient très importants pour être convoqués par un prêtre dans son moment de mort. Par angoisse, l’homme politique demande :

– Mais pourquoi vous nous avez demandé de venir à vos côtés ici ?

Le prêtre rassembla toutes ses forces et dit :

– Jésus est mort entre deux voleurs et je voudrais mourir de la même façon.

———————————————————

Donald Trump effectue une visite d’état en Israël. Alors qu’il est à Jérusalem, il meurt d’une crise cardiaque. Les Israéliens disent aux diplomates américains qui l’accompagnent :

– Vous pouvez le rapatrier chez vous pour 50 000 $. Ou vous pouvez l’enterrer ici pour 100 $.

Les diplomates américains en discutent en aparté pendant quelques minutes. Ils répondent aux Israéliens qu’ils veulent rapatrier Donald à la maison. Les Israéliens surpris questionnent :

– Pourquoi voulez-vous dépenser 50 000 $ pour le rapatrier alors qu’avec seulement 100 $ il pourrait être enterré ici, en Terre Sainte ?

Les diplomates américains répondent :

– Jadis, un homme est mort ici, a été enterré ici, et trois jours plus tard, il est ressuscité ! Nous ne pouvons pas prendre un tel risque.

———————————————————

Sœur Marguerite vient consulter le médecin, secouée par un terrible hoquet.

– Je n’en peux plus docteur, cela fait un mois maintenant que je ne dors plus, que je ne mange presque plus, et que je stresse à cause de ce hoquet.

Le médecin l’examine longuement et déclare :

– Ma sœur, vous êtes enceinte. Je suis formel !

Prise de panique, la religieuse se lève, ramasse ses affaires et s’enfuit à toutes jambes. Une heure plus tard, la Mère supérieure du couvent appelle le médecin :

– Docteur, pouvez-vous me dire ce que vous avez dit à sœur Marguerite ? Elle est dans tous ses états !

– Vous allez comprendre ma Mère. Pour faire passer son hoquet persistant, le meilleur moyen était de lui faire peur. Alors, je lui ai dit qu’elle était enceinte. Ça a dû marcher, non ?

– Oui, Sœur Marguerite n’a plus le hoquet. Mais le Père Bastien s’est pendu dans la sacristie !

———————————————————-

Journal intime d’une femme en croisière

Jour 1

Je me prépare pour cette croisière splendide. J’empaquette mes vêtements. Je suis tout excitée !

Jour 2

Toute la journée en mer. Splendide ! J’ai vu défiler dauphins et baleines. Quelles belles vacances ! Aujourd’hui, j’ai rencontré le Capitaine, un bel homme, style Alain Delon 40 ans.

Jour 3

Piscine. J’ai fait un peu de surf et tiré quelques balles de golf. Le Capitaine m’ a invitée à sa table pour dîner. C’était un honneur et j’ai passé un bon moment. C’est un homme très attirant et attentionné, il a des yeux bleus magnifiques.

Jour 4

Le Capitaine m’a invitée à déjeuner dans sa cabine. Repas somptueux avec caviar et champagne. Je lui ai dit que je ne voulais pas être infidèle à mon époux.

Jour 5

Reste de la journée. Le Capitaine m’a vue et m’a invitée à prendre un verre. Réellement, c’est un homme charmant. Il m’a demandé si je voulais passer à sa cabine cette nuit, Je lui ai dit que non. Il m’a dit que si je ne changeais pas d’avis, il coulerait le bateau.

Jour 6

La nuit dernière, j’ai sauvé 2600 personnes… Quatre fois ! ! !

——————————————————-

LORSQUE L’ON AVANCE EN ÂGE !

Il y a quelques jours alors que je quittais une réunion Tupperware, j’ai réalisé que je n’avais pas mes clés d’auto. Je me suis mise à les chercher. Elles n’étaient ni dans mes poches ni dans mon sac à main. Une recherche rapide dans le local de réunion n’a rien révélé. Soudain, j’ai réalisé que je devais les avoir laissées dans la voiture.

Frénétiquement, je me dirigeais vers le stationnement. Mon mari m’a grondé plusieurs fois par le passé d’avoir laissé mes clés sur le contact. Ma théorie est que le contact est le meilleur endroit pour ne pas les perdre. Sa théorie est que la voiture est plus facile à voler. Comme je me dirigeais vers le stationnement, j’en suis venue à une conclusion terrifiante. Sa théorie était juste, le stationnement était vide. J’ai immédiatement appelé la police.

Je leur ai donné ma position, ai avoué que j’avais laissé mes clés dans la voiture et qu’elle avait été volée. Puis j’ai fait l’appel le plus difficile de tous :

– Chéri ai-je balbutié, (je l’appelle toujours « chéri » dans ces moments-là). J’ai laissé mes clés dans la voiture et elle a été volée.

Il y eu une période de silence. Je pensais que l’appel avait été coupé, mais ensuite j’ai entendu sa voix. Il aboya :

– C’est moi qui t’ai conduite ce matin à ta réunion !

Maintenant, c’était à mon tour de me taire.

Embarrassée, j’ai dit :

– Eh bien, viens me chercher.

Il rétorqua :

– J’étais en route pour le faire, mais je vais être retardé.

– Pourquoi ? demandais-je.

– Parce que je viens d’être arrêté par la police et tu dois maintenant les convaincre que je n’ai pas volé notre voiture ! Et prouver mon identité… parce que j’ai oublié mes papiers chez nous !

Rions… avec les aînés

Sans méchanceté aucune, voici quelques histoires drôles, pour vous faire sourire dans le quotidien des aînés.

Pour les plus jeunes, votre tour viendra, alors toujours avec le sourire, voici un aperçu de votre futur quotidien. Mieux vaut en rire qu’en pleurer.

Un monsieur âgé avait un sérieux problème. Il était sourd depuis plusieurs années. Il alla voir son médecin qui lui donna deux appareils pour entendre. Au bout d’un mois, il retourna voir son médecin qui lui dit :

– Votre famille doit être contente de voir que vous entendez très bien ?

L’homme répondit :

– Oh, je n’ai pas encore dit à ma famille que j’avais des appareils. Je ne fais que m’asseoir et écouter les conversations. Depuis ce temps, ça fait trois fois que je change mon testament…

—————————————–

Dans un foyer, deux personnes âgées étaient assises sur un banc à l’ombre d’un arbre lorsque l’un d’entre eux se tourne vers l’autre et dit :

– Jos, j’ai 83 ans et j’ai mal partout et j’ai de la difficulté à marcher. Je sais que tu as mon âge. Comment vas-tu ?

– Je me sens comme un nouveau-né !

– Vraiment, comme un nouveau-né ? Oui, pas de cheveux, pas de dents et … oups ! je viens de mouiller mon pantalon… !

—————————————–

Un couple de personnes âgées est allé souper chez un autre couple âgé et après le repas, les femmes sont allées dans la cuisine. Les deux hommes parlaient et l’un des deux dit :

– Hier soir, nous sommes allés à un nouveau restaurant et c’était vraiment délicieux. Un bon service. Je le recommande.

L’autre homme dit :

– Quel est le nom du restaurant ?

Notre homme pense et pense encore et dit finalement :

– Quel est le nom de cette fleur que tu donnes à quelqu’un que tu aimes ? Tu sais, il y en a des rouges et elles ont des épines…

– Tu veux dire une rose ?

– Oui, c’est le nom. Et il se tourna vers la cuisine et cria : – Rose, quel est le nom du restaurant où nous sommes allés hier soir… ?

—————————————-

Un couple de personnes âgées ont tous les deux des problèmes de mémoire. Leur médecin leur a suggéré d’écrire ce qu’elles voulaient faire. Dans la soirée, en regardant la télé, le vieil homme se lève et dit :

– Tu veux quelque chose, je vais dans la cuisine ?

– Apporte-moi un bol de crème glacée, s’il-te-plaît.

– Certainement !

– Tu devrais l’écrire pour pouvoir t’en souvenir !

– Non, je vais m’en souvenir.

– Bon ! J’aimerais aussi des fraises sur le dessus. Tu devrais l’écrire !

– Non, je vais m’en souvenir, un bol de crème glacée et des fraises.

– J’aimerais aussi de la crème fouettée par-dessus. Écris-le pour t’en souvenir.

L’homme, irrité, dit :

– Je n’ai pas besoin de l’écrire, tu veux de la crème glacée avec des fraises et de la crème fouettée !

Au bout de 20 minutes, le vieil homme revient de la cuisine et apporte à sa femme un plat de bacon et des œufs.

Elle repoussa le plat et dit

– T’as encore oublié mes TOASTS… ?

Je ne mange plus de poulet

Voici une histoire, toute mignonne, rien que pour vous…

Un petit garçon et une petite fille vont à la même école et deviennent les meilleurs amis.

Tous les jours, ils s’assoient ensemble pour leur repas.

Ils découvrent qu’ils amènent des sandwichs au poulet presque tous les jours, tous les deux. Et pendant plusieurs années, jusqu’au jour où il remarque qu’elle n’a pas un sandwich au poulet. Il dit :

– Pourquoi tu ne manges plus de poulet ? Tu n’aimes plus ça ?

Elle dit :

Si, j’aime beaucoup le poulet mais il faut que j’arrête d’en manger !

– Pourquoi ? lui demande-t-il.

– Parce que j’ai des petites plumes qui commencent à pousser en bas.

– Montre-les moi, lui dit-il.

– OK ! et elle lève sa jupe.

Il regarde et dit :

– C’est vrai, tu as raison. C’est mieux de ne plus manger de poulet.

Lui, il continue à manger des sandwichs au poulet jusqu’au jour où il amena un sandwich jambon beurre. Il dit à la petite fille :

Il faut que j’arrête de manger des sandwichs au poulet, je commence à avoir des plumes là, moi aussi.

Elle demande si elle peut voir ça, alors il baisse sa culotte pour lui montrer. Elle dit :

Oh mon Dieu, c’est trop tard pour toi ! Tu as déjà le cou et le gésier !

Drôleries

J’ai donné un nom à mon nombril : Athènes. Car il est au milieu de la graisse.

Mon proprio m’a téléphoné pour que je lui paye son loyer. Je lui ai répondu que j’avais déjà du mal à payer le mien.

« Ce sont les métiers dits sales, comme éboueur ou égoutiers qui contribuent le plus à la propreté. Et paradoxalement, ce sont dans les professions de prestige comme politiques, financiers, haut responsables, qu’on trouve le plus d’ordures. » Coluche

Jenifer, ni planche à repasser.

Le succès à 2 ans : c’est de ne pas faire dans sa culotte.

Le succès à 3 ans : c’est d’avoir des dents.

Le succès à 12 ans : c’est d’avoir des amis.

Le succès à 18 ans : c’est d’avoir le permis de conduire.

Le succès à 20 ans : c’est de bien faire l’amour.

Le succès à 35 ans : c’est d’avoir de l’argent.

Et puis, ça repart dans l’autre sens…

Le succès à 50 ans : c’est d’avoir encore de l’argent.

Le succès à 60 ans : c’est de faire encore l’amour.

Le succès à 70 ans : c’est d’avoir encore le permis de conduire.

Le succès à 75 ans : c’est d’avoir encore des amis.

Le succès à 80 ans : c’est d’avoir encore des dents.

Le succès à 85 ans : c’est de ne pas faire dans sa couche.

La passagère demande à l’agent de bord : « Les avions s’écrasent souvent ? ». L’agent de répondre : «  Non, juste une fois. »

Chérie, chaque fois que nous ferons l’amour, je mettrai 10 dollars dans ce pot. L’argent servira pour ton cadeau d’anniversaire ! À toi de voir si tu veux un iPhone ou un livre.

L’autre jour, j’ai dit à un chauve : « Faudrait arrêter le shampoing aux œufs… on commence à voir la coquille ! »

Le téléphone fixe sonne : « Allo ? Ah tu es à la maison ? » « Non, je me promène avec le fixe en ville, pourquoi ? »

Toto, tu prêtes bien la luge à ta sœur ? Oui, elle la prend pour monter et moi pour descendre.

Au restaurant : « Nous ne mangeons pas d’œufs, pas de viande, pas de poissons, pas de produits laitiers ni de gluten. Que pouvez-vous nous conseiller ? » « Un taxi ! »

Réflexions sur le coronavirus

Qu’est-ce qu’on retiendra de cette saga du coronavirus ou de la COVID-19 ? Il nous en aura fait vivre des émotions.  La pandémie a changé nos habitudes. Mieux que ça, le retour à la normale risque d’être long.

Il nous a amené à nous poser mille et une questions, et trouver des observations et réflexions. En voici quelques-unes.

Dire qu’on mangeait le gâteau après que quelqu’un ait soufflé dessus…

Le virus de la COVID-19 résiste-t-il au soleil et à l’alcool ? Si vous me voyez nu et saoul sur mon balcon, c’est que je fais de la recherche médicale.

Le recollement des oreilles après le port du masque sera-t-il remboursé par la RAMQ ?

Faire l’épicerie, c’est rendu comme une partie de Pac-Man. Tu essayes d’éviter les autres, tu ramasses un fruit et tu repars toujours en évitant de rentrer en contact avec les autres.

La fin du confinement ne veut pas dire que la pandémie est terminée, mais qu’il y a de la place pour vous en réanimation.

C’est aujourd’hui que j’ai compris l’importance du masque. Je suis passé à un mètre de quelqu’un à qui je dois de l’argent. Il ne m’a pas reconnu.

Maintenant que nous avons appris à nous laver les mains, nous devons apprendre à ne pas jeter les ordures dans les rues, dans les parcs, dans les rivières et dans la mer.

La meilleure façon d’obtenir un test aux États-Unis : éternuer à la figure d’un millionnaire.

Les boutons de mes jeans ont décidé de respecter la distanciation sociale. Impossible de les rapprocher.

Je commence à m’ennuyer des gens que je n’aime pas.

Les beaux jours reviennent, il est temps de sortir mon magnifique ensemble de patio de 25 pièces : une chaise et 24 bières.

On manque de masques au Québec. Il y a trop de visages à deux faces.

J’ai éternué avec le masque et maintenant je suis à l’hôpital pour me faire recoudre les oreilles.

J’ai senti quelque chose de froid et humide sur mon bras. C’était un moustique que me frottait avec du Purrel avant de me piquer.

T’as envie de sortir te changer les idées ? Ouvre la porte, change d’idée, pis rentre chez vous.

J’aurais aimé que le coronavirus commence à Las Vegas. Parce que ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas.

Je suis allé magasiner en jaquette d’hôpital, le monde respectait le deux mètres.

Les accouchements prévus en mai sont reportés à l’automne. Prière de ne pas pousser.

Sans vouloir me vanter, je me lavais les mains avant que ce soit tendance.

J’ai une pensée pour tous ces mariages prévus cet été et reportés à une date à laquelle les gens ne seront plus en couple.

Le raton laveur est l’animal officiel de la pandémie. Il porte un masque et se lave les mains.

Avec le déconfinement, le boulanger va avoir du pain sur la planche, la couturière du fil à retorde, le plombier de la fuite dans les idées, les serruriers vont sortir de leurs gonds et les libraires vont cherche à se mettre à la page. Chez les coiffeurs, ça va friser l’overdose.

À voir comment les gens portent le masque, je comprends pourquoi, parfois, la contraception ne fonctionne pas.

Je regardais un film, l’acteur a commencé à tousser. J’ai éteint la télé, on ne sait jamais.

Traitez votre masque comme vos sous-vêtements : Ne pas toucher ou ajuster, surtout en public. Ne pas emprunter ou prêter. Assurez-vous qu’il soit bien ajusté et confortable. Assurez-vous qu’il soit propre. Assurez-vous qu’il n’est pas à l’envers. S’il a des trous ou s’il est usé, jetez-le. S’il est humide, changez-le.

Le truc du balai

Monsieur et Madame Dupont n’arrivent pas à avoir d’enfants, ils sont désespérés.

Un jour, Madame Dupont dit à son mari :

– Écoute, au-dessus vit Mohammed et toute sa famille, ils ont un enfant chaque année, tu devrais peut-être aller le voir. Qui sait si Mohammed possédait des herbes de fertilité venues de son pays.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Le lendemain, Monsieur Dupont croise Mohammed dans l’escalier et lui expose son problème. Mohammed lui dit alors :

– Mais mon frère, pourquoi ti es pas venu voir Mohammed plus tôt ? Je vais t’expliquer c’qui faut ti fasses. Ti vas à l’épicerie, d’accord ?

– Euh, oui.

– Ti achètes une brosse, ti achètes di savon et di l’Eau di Cologne, d’accord ?

– Ben, oui.

– Et ti achètes aussi un balai, d’accord ?

– Très bien.

– Ti rentres chez toi, ti mets ta femme toute nue. Après ti la fous sous la douche, d’accord ?

– Oui, oui !

– Ensuite, ti la laves, ti li mets di savon et avec la brosse, ti frottes, ti frottes, d’accord ?

– Très bien.

– Après, ti sèches bien ta femme, ti li mets de l’Eau di Cologne partout, ti la prends et ti la mets sour ton lit, d’accord ?

– Euh, oui, mais, qu’est-ce que je fais avec le balai ?

– Et bien quand ta femme elle est prête, ti prends le balai, ti frappe au plafond, et Mohammed descend !