Pour Amazon, la rapidité a malheureusement un prix

Une médaille a toujours son envers et très souvent caché ou gardé secret. C’est le cas chez la multinationale Amazon. On ne s’interroge pas sur la rapidité de son service, probablement parce que ça nous impressionne, mais il y a un prix humain pour une telle performance et ça s’appelle les accidents du travail.

L’article qui suit, lève le voile sur le sacrifice humain qu’impose une telle performance, au prix même d’y perdre son emploi.

ÉPIDÉMIE DE BLESSURES CHEZ LE GÉANT AMAZON

NEW YORK | (AFP) Le nombre d’accidents du travail dans les entrepôts d’Amazon aux États-Unis est deux fois plus élevé que la moyenne nationale, selon une enquête sur les conditions de travail chez le géant du commerce en ligne.

L’article au long cours, publié récemment par le projet Reveal du Center for Investigative Reporting, indique qu’en moyenne 9,6 accidents sérieux pour 100 employés à plein temps d’Amazon ont été signalés en 2018, alors que la moyenne aux États-Unis était de 4 pour 100 salariés dans le secteur de l’entreposage.

Réputé pour sa rapidité et son efficacité dans le traitement des commandes, Amazon a affirmé que ce chiffre montrait que le groupe était « agressif » pour signaler les accidents de travail aux autorités compétentes, notamment l’agence fédérale sur la sécurité et la santé au travail (OSHA).

L’enquête de Reveal, révèle la politique d’Amazon portant sur la rapidité à tout prix, et contraignant les salariés à accélérer leur rythme de travail s’ils ne veulent pas perdre leur emploi.

PIC LORS DES SOLDES

Plusieurs anciens employés ont confié avoir dû enfreindre des règles de sécurité pour maintenir la cadence, notamment en soulevant des objets lourds sans prendre les précautions d’usage.

Selon Reveal, le nombre d’accidents a grimpé en flèche au faîte des périodes d’achats les plus intenses comme « Cyber Monday », le lundi d’après l’Action de Grâce, et « Prime Day », l’opération annuelle de soldes d’Amazon en juillet.

Déménagement

Je ne vous apprends rien en affirmant que la grande fin de semaine qui débute demain sera fertile en déplacement. C’est la période la plus active pour les déménagements.

Tous ces meubles qui seront déplacés dans de gros camions, combinés à l’état des rues boulevards et routes, ils se feront durement brasser. Il peut cependant que des dommages soient causés à vos biens. Serez-vous dédommagés ?

Avec des amis qui prêtent gracieusement leurs bras, c’est plus difficile mais si vous engagez des spécialistes, leur travail devrait être impeccable et libre de tout dommage. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas. Qui doit payer dans un tel cas. ÉDUCALOI vous informe sur le sujet.

QUI PAIE POUR DES MEUBLES ABÎMÉS DANS LE TRANSPORT ?

Vous vous apprêtez à déménager ? Si vous avez de la chance, vos amis ont déjà tous répondu présents et vous n’avez plus qu’à louer votre camion. Mais vous pourriez aussi devoir faire appel aux services de professionnels du déménagement. Que se passe-t-il alors si vos biens sont endommagés ?

QUI EST RESPONSABLE ?

L’entreprise de déménagement est généralement responsable pour les meubles endommagés ou perdus pendant le déménagement. Vous n’avez pas besoin de démontrer qu’elle a été négligente : le simple fait que vos meubles aient été endommagés est suffisant pour que l’entreprise soit obligée de vous dédommager.

Vous avez le droit d’être dédommagé même si l’entreprise a pris toutes les précautions nécessaires pour protéger vos meubles, par exemple en les emballant correctement.

Votre contrat prévoit que l’entreprise n’est pas responsable pour les meubles endommagés ? Ce genre de clause n’est généralement pas valide. L’entreprise ne peut pas se dégager ainsi de sa responsabilité. Vous avez donc le droit d’être dédommagé malgré tout.

ENVOYER UN AVIS ÉCRIT

Commencez toujours par vérifier attentivement l’état de vos meubles avant et après le déménagement. Si possible, notez également leur valeur approximative. Si vous constatez à l’arrivée qu’ils ont été endommagés, vous devez rapidement en aviser l’entreprise par écrit.

Vous avez 60 jours suivant le déménagement pour envoyer votre avis. Vous risquez de ne pas être dédommagé si vous dépassez ce délai. Il est préférable d’envoyer l’avis écrit par courrier recommandé et de conserver la preuve de réception. Dans l’avis, vous devez décrire les dommages et demander à l’entreprise de vous dédommager. Vous pouvez également joindre des photos des biens qui ont été endommagés.

Vous pouvez aussi essayer de vous entendre à l’amiable avec l’entreprise. Si malgré vos tentatives l’entreprise refuse de vous dédommager, vous avez 3 ans à partir du déménagement pour la poursuivre.

Bon déménagement !

Source : Journal de Montréal, 26 juin 2019, P-30