La vie dans un bocal

Vous avez probablement déjà vu cette vidéo qui circule sur Facebook depuis longtemps. Si je vous la propose aujourd’hui, c’est qu’elle représente le meilleur et le plus juste exposé sur la vie et les priorités qu’on devrait lui donner. Arrêtez-vous, un seul instant, pour y réfléchir.

Bon visionnement !

Simple, mais combien vrai !

Réflexion philosophique sur la vie

tasse de café1Lorsque les choses dans votre vie semblent trop difficiles, lorsque 24 heures par jour n’est plus suffisant, rappelez-vous le pot de mayonnaise et les 2 tasses de café…

Avant son cours de philosophie, un professeur est debout en avant de la classe avec quelques objets devant lui. Lorsque le cours commence, il prend doucement un très grand pot de mayonnaise vide et commence à le remplir avec des balles de golf. Ensuite, il demande aux étudiants si le pot est plein. Ils sont tous d’accord pour dire que le pot est plein.

Le professeur prend alors une boîte de cailloux et les verse dans le pot. Il secoue le pot doucement. Les cailloux roulent dans les espaces laissés entre les balles de golf. Ensuite, il redemande aux étudiants si le pot est plein. Ils sont tous d’accord pour dire que le pot est plein.

Le professeur prend ensuite une boîte de sable et verse le sable dans le pot. Évidemment, le sable remplit tout l’espace restant. Il demande une autre fois si le pot est plein. Les étudiants répondent unanimement que le pot est plein.

Le professeur prend ensuite deux tasses de café cachées sous son bureau, et les verse complètement dans le pot et le café remplit tous les espaces laissés par le sable. Les étudiants rient.

– Maintenant ! dit le professeur lorsque les rires s’estompent. Je veux que vous imaginiez que ce pot représente votre vie. Les balles de golf représentent les choses importantes : votre famille, vos enfants, votre santé, vos ami(e)s et vos passions favorites. Les choses que, si vous perdez tout le reste sauf ces choses, votre vie restera remplie. Les cailloux représentent les autres choses importantes à vos yeux comme votre emploi, votre maison et votre auto. Le sable représente tout le reste les petites choses.

– Si vous placez le sable en premier dans le pot, continue le professeur, alors il n’y aura plus de place pour les cailloux ni pour les balles de golf. C’est la même chose dans la vie. Si vous dépensez toute votre énergie sur les petites choses, vous n’aurez jamais de place dans votre vie pour les choses que vous trouvez importantes.

Portez attention aux moments critiques de votre bonheur. Jouez avec vos enfants. Prenez le temps d’aller voir votre médecin pour votre examen général. Invitez votre amoureux (se) au restaurant. Jouez un autre 18 trous. Il sera toujours temps de nettoyer la maison et de réparer le broyeur. Prenez soin de vos balles de golf en premier. Les choses ayant vraiment de l’importance. Réévaluez vos priorités. Le reste étant seulement du sable.

Un des étudiants lève la main et demande qu’est-ce que le café représente. Le professeur répond en souriant ;

– Je suis heureux que vous me posiez la question. Le café est là seulement pour vous rappeler que peu importe comment votre vie semble remplie, il y a toujours de la place pour déguster deux bons cafés avec un(e) ami(e).

La vie, c’est comme un tricot

Je ne sais pas si vous connaissiez Doris Lussier (1918-1993), alias le Père Gédéon, mais en plus d’être un humoriste typiquement québécois, c’était un excellent écrivain. En feuilletant quelques textes que je conserve pour vous en faire bénéficier, j’ai trouvé celui-ci qui, sorti de sa plume depuis longtemps, compare la vie à un tricot. Une sorte de prière. Je le partage avec vous, pour un moment de réflexion.

La vie, c’est comme un tricot.

Dieu te donne la laine et les aiguilles et Il te dit :

– Tricote de ton mieux, une maille à la fois!

Une maille, c’est une journée sur l’aiguille du temps. Tu montes 30 ou 31 mailles. Après douze rangs de tricot, tu as 365 mailles.

Quelques-unes sont tricotées à l’endroit, d’autres à l’envers. Il y a aussi des mailles échappées, mais tu peux les reprendre. Tu as peut-être déjà plus de 1 500 mailles et 500 rangs de tricotés! Mais Dieu seul sait, quelle sera la longueur de ta vie!

La laine que le Seigneur te donne pour tricoter ta vie, est de toutes les couleurs :

Rose comme tes joies;

Noire comme tes peines;

Grise comme tes doutes;

Verte comme tes espérances;

Rouge comme tes amours et tes amitiés;

Bleue comme tes désirs;

Blanche comme ton don total au Dieu que tu aimes!

Père, donne-moi le courage de terminer mon tricot, afin qu’un jour, devant mes frères et sœurs, je te l’offre avec toute ma joie.

Prenez mon fils

Pour faire une analogie avec le Vendredi-Saint que nous célébrons aujourd’hui, je vous offre cette belle histoire pour nous recueillir et réfléchir sur le vrai sens de nos valeurs chrétiennes.

Un homme riche et son fils aimaient collectionner des œuvres d’art très rares. Ils avaient tout dans leur collection, de Picasso à Raphaël. Ils s’assoyaient souvent ensemble et admiraient les grands travaux de l’art.

Quand le conflit du Vietnam éclata, le fils partit pour la guerre. Il était très courageux et mourut dans la bataille en sauvant un autre soldat. Le père fut avisé et fut profondément affligé pour la perte de son seul fils.

Environ un mois plus tard, juste avant Noël, quelqu’un frappa à la porte. Un jeune homme se tenait à la porte avec un large paquet dans ses mains. Il dit :

– Monsieur, vous ne me connaissez pas, mais je suis le soldat pour qui votre fils a donné sa vie. Il a sauvé beaucoup de vie ce jour là, et il était en train de me transporter lorsqu’une balle l’a heurté au cœur et il mourut instantanément. Il m’a souvent parlé de vous, et de votre amour pour l’art.

Le jeune homme lui donna un paquet.

– Je sais que ce n’est pas grand chose. Je ne suis pas vraiment un grand artiste, mais je crois que votre fils aurait voulu que vous l’ayez.

Le père ouvrit le paquet. C’était un portrait de son fils, peint par le jeune homme. Il regarda fixement avec crainte la manière  que le soldat avait capté la personnalité de son fils sur la peinture. Ses yeux ressemblaient tellement aux siens que ses propres yeux se remplirent de larmes. Il remercia le jeune homme et lui offrit de le payer pour la peinture.

– Ah non! Monsieur, je ne pourrai jamais rembourser ce que votre fils m’a fait. C’est un cadeau.

Le père accrocha le portrait au-dessus de son manteau. Chaque fois que les visiteurs venaient à sa maison il les amenait voir le portrait de son fils avant de leur montrer tous les autres grandes œuvres qu’il s’était procurées.

L’homme mourut quelques mois plus tard. Il devait y avoir une grande enchère de ses peintures. Beaucoup de personnes influentes s’étaient réunies, tous excités de voir les grandes peintures et d’avoir l’occasion d’en acheter une pour leurs collections. Sur la plate-forme reposait la peinture de son fils. L’encanteur martela son marteau.

– Nous commencerons l’offre avec l’image de son fils. Qui fera une offre pour cette peinture?

C’était le silence. Alors une voix au fond de la salle cria :

– Nous voulons voir les célèbres peintures. Sautez celle-ci.

Mais l’encanteur persista.

– Est-ce que quelqu’un fait une offre pour cette peinture? Qui commencera l’offre ? $100, $200?

Une autre voix en colère cria :

– Nous ne sommes pas venus pour voir cette peinture. Nous sommes venus pour voir le Van Gogh, le Rembrandt. Commencez avec les vraies offres!

Mais l’encanteur continuait toujours.

– Le fils ! Le fils ! Qui veut prendre le fils ?

Une autre voix en colère cria :

– Nous ne sommes pas venus pour voir cette peinture. Nous sommes venus pour voir le Van Gogh, le Rembrandt. Commencez avec les vraies offres!

Mais le l’encanteur continuait toujours.

– Le fils ! Le fils ! Qui veut prendre le fils ?

Finalement, une voix cria du fond de la salle. C’était le jardinier il avait longtemps été au service de l’homme et de son fils.

– Je donne $10 pour la peinture.

Étant un pauvre homme, c’était tout ce qu’il pouvait se permettre.

– Nous avons  $10, qui offrira $20 ?

– Donnez-lui pour $10 et faites-nous voir les Maîtres ?

La foule devenait en colère ils ne voulaient pas avoir la peinture de son fils. Ils  voulaient un investissement plus dispendieux pour leurs collections. L’encanteur martela son marteau.

– Allez une fois, deux fois, trois fois,  VENDU pour $10!

Un homme qui était assis dans la deuxième rangée  cria :

– Maintenant laisses-nous voir la collection!

L’encanteur  posa son marteau.

– Je suis désolé, mais l’enchère est finie.

– Qu’arrive-t-il avec les peintures ?

– Je suis désolé. Quand l’on m’a demandé pour conduire cette enchère, l’on m’avait donné une condition secrète dans sa volonté. Il ne m’était pas permis de dévoiler cette condition jusqu’à  maintenant. Seulement la peinture du fils serait vendue aux enchères. Celui qui achèterait la peinture hériterait du domaine entier, y compris les peintures. L’homme qui a pris le fils obtient tout !

Dieu a donné Son fils il y a plus de 2000 ans afin de mourir sur la croix. Tout comme l’encanteur, le message  aujourd’hui est :

Le fils, le fils, qui prendra le fils? Parce que, vous voyez, celui qui prend le fils obtient tout.

CAR DIEU A TANT  AIMÉ LE MONDE QU’IL A DONNÉ SON  FILS UNIQUE, AFIN QUE QUICONQUE CROIT EN LUI NE PÉRISSE POINT, MAIS QU’IL AIT LA VIE ÉTERNELLE. C’EST ÇA L’AMOUR!