La véritable histoire de la mère Noël

Il était une fois une petite fée qui vivait seule au fond d’une forêt. Elle ne voyait jamais personne et était très malheureuse de cette solitude. Mais un beau soir…

Un bruit énorme suivi de jurons étouffés la réveilla. Elle sortit en hâte de sa maison et tomba sur un drôle de spectacle.

Un grand traîneau en bois, attelé de huit rennes, se trouvait dans la clairière. Un étrange bonhomme vêtu de rouge se hâtait de ramasser des paquets-cadeaux déchirés et des dizaines de jouets éparpillés dans la neige, la plupart cassés ou trempés.

Quand le bonhomme vit la fée, il devint aussi rouge que son vêtement.

– Oh, bonjour mademoiselle, je suis désolé de…

– Qui êtes-vous ? l’interrompit la fée, curieuse.

– Je suis le père Noël, répondit le bonhomme. Aujourd’hui, c’est le 24 décembre, je distribue des cadeaux à tous les enfants. Mais en survolant la forêt, j’ai heurté la cime d’un sapin et patatras ! Presque tous les jouets sont cassés. C’est une catastrophe !

– Laissez-moi vous aider, s’écria la fée. Ce n’est peut être pas si grave.

Vite, elle se mit au travail. D’un souffle, elle sécha les ours en peluche mouillés, d’un coup de baguette magique, elle leur donna vie :

– Petits ours, écoutez-moi : je vous charge de revisser les têtes de vos amies les poupées.

Et les oursons obéirent.

Pendant que le père Noël réparait le mécanisme des robots qui avaient perdu la parole, la fée recouvrit de mousse et de feuilles tressées les jouets dont le papier cadeau était abîmé.

Elle recolla ensuite avec de la poudre de perlimpinpin les dînettes ébréchées et enfin recousu avec du fil et une aiguille les habits déchirés des poupons. Grâce à elle, le père Noël put repartir.

– Je vous remercie de tout cœur, cria-t-il en s’envolant, je reviendrai vous voir…

Et il disparut avec son traîneau.

La fée écrasa une larme en se disant qu’elle ne le reverrait jamais et rentra chez elle.

Le lendemain, elle fut à nouveau réveillée par un bruit devant sa porte. Sur le seuil se trouvait un petit paquet-cadeau. Il contenait une ravissante bague en pierre des neiges accompagnée d’un mot :

Chère petite fée, je vous aime. Voulez-vous m’épouser ? Signé : le père Noël.

Et c’est ainsi que notre petite fée solitaire devint la mère Noël et la reine du pays des jouets.

Histoire de Raphaële Glaux
Illustration de Evelyne Duverne
Source : 24 histoires magiques pour attendre Noël, Éditions Fleurus 2008

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s