La visite est arrivée

2014-02-22 003AOn a de la visite chez nous, à Pioneer Village. La sœur de Louise, Francine et son Gaston de mari sont parmi nous depuis vendredi, en fin d’après-midi et pour toute la semaine prochaine, avant de repartir pour Kissimmee dans la région d’Orlando, pour un mois de golf avec leurs amis. Mais d’ici là, on leur a préparé une semaine occupée.

Francine et Jean-Guy étaient avec nous pour les accueillir et partager le souper des retrouvailles. Ils en sont à leur deuxième visite ici, mais la dernière fois, c’était seulement pour la journée et nous étions avec la caravane à sellette. S’ils étaient quelque peu fatigués des deux mille huit cent kilomètres parcourus depuis mercredi matin, ils étaient souriants et heureux d’être enfin arrivés à destination. Croyez-moi, on mettra tout en œuvre pour que leur séjour soit mémorable. Et on va jouer au golf assurément.

Hier après-midi, pendant que les femmes magasinaient au Bealls du coin pour trouver un costume de bain pour Francine, Gaston et moi avons entrepris de redonner le lustre à sa bagnole, souillée par tout ce kilométrage. En moins d’une heure, elle est passée de «minoune» à voiture neuve. L’Impala brillait de mille éclats au point de découvrir qu’elle était toujours d’un joli bleu métallisé.

En soirée, place à la fête au village pour le traditionnel Luau party à la salle communautaire qui faisait salle comble encore une fois, sous une chaleur accablante. Le porc était à l’honneur avec ses accompagnements et la portion musicale était animée par l’orchestre local Silver River Band. À un moment donné, Louise et moi on se lève pour danser un slow. Comme je ne suis pas un danseur, avec la souplesse d’un deux par quatre sur un plancher de danse, je ne suis pas très friand de l’exercice, mais bon ! Qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour plaire à sa douce… La réaction ne s’est pas fait attendre. Nos «zamis», n’en croyant pas leurs yeux, ont accueilli l’événement rare et incrédule avec des applaudissements et des flashes de caméra. On chuchote même qu’un cliché pourrait se retrouver sur facebook. C’est dire comment ils furent traumatisés ! Soyez rassurés cependant, le Fred Astaire qui sommeille en moi est à des années-lumière de se réveiller.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s