La guerre de l’islamiste radical

Drapeaux en berne à Washington en hommage aux 49 victimes de la tuerie d'Orlando, en Floride. Quarante-huit d'entre elles ont été identifiées. /Photo prise le 13 juin 2016/REUTERS/Kevin Lamarque

Drapeaux en berne à Washington en hommage aux 49 victimes de la tuerie d’Orlando, en Floride. Quarante-huit d’entre elles ont été identifiées. /Photo prise le 13 juin 2016/REUTERS/Kevin Lamarque

Les grandes guerres comme l’humanité les a connus sont passées de mode. Maintenant ce sont des fous d’Allah qui combattent l’humanité avec le seul objectif de supprimer tout ceux qui ne pensent pas comme eux au nom d’une religion qui n’est plus de son temps. Une guerre de groupuscule. Dimanche on visait les homosexuels, demain ce sera qui ?

Auparavant, dans une vraie guerre, les combattants se respectaient. Les attaques étaient tactiques, ciblées pour des occupations stratégiques. On pouvait dire que l’armement s’équivalait. Aujourd’hui, n’importe quel illuminé et détraqué trouve un fusil d’assaut qui tire des balles à la vitesse de l’éclair, et entre dans le premier bar venu pour faire un carnage. Un combat idéologique imposé et dénué de sens, puisqu’il va assurément y trouver la mort. L’ennemi n’est pas un combattant, mais toujours un pacifique qui a des ambitions normales, des rêves et qui ne se doute de rien. Il se trouve au mauvais endroit au mauvais moment.

L’autre jour, je regardais mon petit-fils jouer avec sa console de jeu sophistiquée, où les effets et les images sont tout simplement spectaculaires et d’un réalisme saisissant, mares de sang incluses. Je ne connais pas le nom du jeu, mais le but, oui ! Tuer ! Des protagonistes armés jusqu’aux dents et avec des noms évocateurs et habillés comme des robots, personnifient les combattants. Le paysage n’est pas le champ de bataille. Non ! Ce sont des scènes en milieu urbain où ils doivent traquer l’ennemi et le tuer. Des aéroports, usines, bureaux, maisons privées, édifices publics etc. Plus on en tue, meilleur est le pointage.

L’arsenal comprend tout ce que le marché mondial peut offrir, avec une description détaillée des possibilités de destruction de l’arme. Ils peuvent changer d’arme comme ils veulent en cours de partie. Et le jeu se poursuit jusqu’à la fin. Quelques fois, c’est lui qui se fait tuer… Pas grave on reprend le jeu et c’est tout. C’est seulement un jeu, une manche, une étape. Tout bonnement je lui demande à la blague, s’il se pratique à devenir un bandit, un criminel. Sa réponse ne tarde pas ; il s’amuse et rien d’autre. Ça aiguise ses réflexes, et il peut jouer en réseau avec ses amis.

C’est à ça que je pensais en écoutant les reportages sur le massacre d’Orlando. Aux États-Unis, avec la prolifération des armes à feu, ce ne sont pas les occasions qui manquent d’avoir son heure de « gloire ». Imaginez un cerveau détraqué, endoctriné par un Imam radical, qui s’amuse avec ce genre de jeu vidéo et qui décide un bon matin, d’essayer ça dans la vie réelle. De voir le feeling que ça peut donner. Et s’il a été influencé par le discours des islamistes radicaux, c’est le summum. Le voilà qui se proclame le loup solitaire. Tous les ingrédients sont rassemblés pour un carnage de masse.

Est-ce que tout ça finira un jour ? Malheureusement non ! Aussi longtemps que nos gouvernements vendront des armes à ces pays extrémistes, le sang d’innocents continuera de couler. Et ces mêmes gouvernements, comme celui de Selphie-Trudeau, ramènera sa cassette de désolation, chaque fois qu’un Orlando se reproduira quelque part sur la planète. J’ai un rêve de visiter Paris un de ces jours, mais avec ces fous d’Allah qui veulent transformer l’Europe en cimetière, ça continuera de rester un rêve. Je me considère chanceux de vivre au Canada où ça semble plus calme… Mais pour combien de temps ? Qu’on le veuille ou non, c’est devenu une réalité mondiale.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s