Une folle nuit dans la cuisine

une-folle-nuit-dans-la-cuisineDans la maison de Paul et Juliette, tout est silencieux. Même le chat s’est endormi. Dehors, à la queue leu leu, trois petits bonnets rouges courent jusqu’à la porte d’entrée et se faufilent par la chatière.

– C’est par là, dit Ygrec, le premier lutin, en indiquant la direction de la cuisine.

– Chut ! moins de bruit si vous ne voulez pas réveiller tout le monde, conseille Zed, le deuxième.

– Nous avons la nuit devant nous pour tout préparer, continue Doublevé, très excité. Tout d’abord, allumons le four. Où sont les allumettes ?

– Nous sommes là, répond une voix pointue sortant d’une boîte. Grattez l’une d’entre nous, c’est notre travail.

– Que venez-vous faire là ? demande la chocolatière, en haut d’une étagère.

– Les sablés de Noël, répond Doublevé, pour remercier les enfants de leurs petits cadeaux.

– Bien sûr, comprend un bol. Chaque soir, ils déposent du lait sur le rebord de la fenêtre.

– Nous allons vous aider, propose en chœur la batterie de casseroles. Au travail tout le monde !

La cuisine s’agite. La porte du réfrigérateur s’ouvre pour laisser sortir le beurre et lui donner le temps de ramollir. Un grand saladier de terre cuite saute sur la table et attend patiemment les ingrédients. Œufs, farine, levure et sucre se précipitent derrière lui et bondissent au fond du plat.

– Mélangeons-nous pour obtenir une pâte bien lisse.

Les trois lutins réveillent la spatule profondément endormie, pour malaxer le beurre. Puis la cuillère en bois, encore ensommeillée, titube vers le saladier, plonge dans les ingrédients et soudain, Excitée par l’agitation ambiante, mélange frénétiquement la pâte qui se forme.

– Nous avons oublié le sel, se souvient Ygrec.

– Je suis là, mais vous ne devez utiliser qu’une seule pincée, rappelle-t-il en se présentant.

Doublevé dépose dehors sa pâte lisse et jaune. C’est le moment pour tous les instruments de passer sous le robinet d’eau chaude pour faire une toilette. Un peu plus tard, le rouleau de cuisine et les emporte-pièces se mettent à l’œuvre.

– Han, han, souffle le rouleau en étalant a pâte le plus parfaitement possible. Puis une étoile, un Père Noël et un sapin bondissent dedans. Un cœur et un petit âne les rejoignent, transformant la pâte en dentelle. Très vite, les petites silhouettes se laissent enduire de jaune d’œuf.

– Hi, hiii, ça chatouille, rigolent-elles.

– Et hop ! Dans le four, bien à plat sur la plaque, les invite Doublevé.

Pendant la cuisson, une odeur alléchante se répand dans la cuisine. Un quart d’heure plus tard, ânes, cœurs, sapins, étoiles et Père Noël se présentent à leurs amis, appétissants et dorés.

– Merci à tous. Dit Zed, grâce à vous, nous allons faire une belle surprise aux enfants.

Un concert d’applaudissements lui répond. Puis, chacun regagne sa place et se rendort un sourire aux lèvres.

Histoire de Florence Cadier
I
llustrations par Madeleine Brunelet
Source : 24 nouvelles histoires pour attendre Noël, Groupe Fleurus 2012

Une réflexion au sujet de « Une folle nuit dans la cuisine »

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s