Quand la marginalité s’impose

La Une

Jadis, on répartissait les gens selon leur sexe, leur appareil génital les distinguant. C’étaient des garçons ou des filles, sans aucun égard à leur orientation sexuelle. Facile n’est-ce pas ?

D’entrée de jeu, je vous dirais que je n’ai rien contre les gais, lesbiennes et autres non genrés, mais plutôt contre les changements sociétaires que cela provoque et à bien des niveaux.

Masculin, féminin, trop simple !

Mais non ! Ça ne faisait plus l’affaire. La morphologie s’est transformée.

L’orientation sexuelle devenait l’objet de la différence. Moi, je l’appelle la marginalité parce que la masse, ou le regroupement ne représente pas la majorité des êtres humains.

Parce que maintenant on parle d’acronymes : les LGBT, LGBTQIA+, LGBTQ2S+ et LGBTTIQQ2SAA.

On en perd son latin.

En clair, ils englobent les lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles, c’est-à-dire pour désigner des personnes non hétérosexuelles, non cisgenres ou non dyadiques. On ajoute également les groupes élargis.

Avez-vous imaginé à quoi pourrait ressembler un formulaire d’embauche ? Le masculin et le féminin sont retirés. On remplace le sexe par le genre. Déjà que Monsieur ou Madame n’existent plus. Garçon et fille non plus. Et toute la langue française qui doit être conséquente de ces nouvelles orientations… on n’est pas sorti de l’auberge !

Une société malade qui sort du placard comme un ressort, s’affiche abondamment en bafouant les normes élémentaires établies depuis la nuit des temps. L’orientation sexuelle n’a rien à voir dans le débat, c’est l’imposition des genres qui fait défaut et sa propagation exagérée.

DES COLLÈGES EMBOÎTENT LE PAS

Si je vous parle de ça, ce que récemment, j’apprenais que 3 collèges privés de la Rive-Sud de Montréal ont pris le virage LGBT, LGBTQIA+, LGBTQ2S+ et LGBTTIQQ2SAA, en adoptant une tenue vestimentaire non genrée.

Ce sont les collèges Jean de la Mennais de La Prairie, Durocher de Saint-Lambert, et Héritage à Châteauguay.

Terminée la Collection garçon et la Collection fille, remplacées par la Coupe droite, ou la Coupe ajustée.

Je n’en reviens tout simplement pas qu’on en soit rendu là !

Si on veut pousser l’absurde, dans ces lieux d’enseignements, on devrait bannir les toilettes. Plus d’urinoir, plus de distinction entre les pénis et les vulves. Tout le monde pisse assis et au même endroit.

Même choses pour les vestiaires et les douches. Tous dans le même local. Tant qu’à faire partie des LGBTTIQQ2SAA… autant l’être dans toutes les phases du quotidien.

LES HÉTÉROS

Dans cet acronyme, je ne vois pas de « H » pour hétérosexuel. Pourquoi ? On les classe où ? Ils représentent pourtant la majorité mondiale, non ?

Ils prennent leur trou et rentrent dans le rang de cette société perdue. Il y a une limite à l’ouverture. Malheureusement, la marginalité a le vent dans les voiles.


30 août 2021

Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Jean Duval

Bon anniversaire !


Pensée et citation du jour

Nous créons notre propre réalité par la manière dont nous choisissons de percevoir le monde extérieur.

Elliot Perlman


Ça s’est passé un 30 août…

(1944) Maurice Duplessis prend le pouvoir au Québec.

(1959) Cérémonie marquant la fin de l’utilisation des tramways à Montréal.

(1962) Approbation du projet de nationalisation de l’électricité au Québec.


Passez une excellente journée !

Un commentaire sur “Quand la marginalité s’impose

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :