Les temps ont bien changé…

La Une

Ah ! la famille ! À cause du variant Omicron, les consignes plus contraignantes reviennent. Nous sommes à vivre une réplique de ce qu’ont été les Fêtes 2020. Les Québécois sont déçus et avec raison. Cependant ils mettent souvent la raison de cette déception sur la famille. Ne pas pouvoir rencontrer nos proches.

Les familles québécoises n’étant plus ce qu’elles étaient, du moins en majeure partie, les célébrations d’antan ont cédé leur place aux amis, plutôt qu’à la réelle parenté. L’esprit de famille s’estompe dans notre société, malheureusement.

Dans l’édition de mardi dernier du Journal de Montréal, Denise Bombardier brossait un portrait intéressant de la société québécoise d’aujourd’hui et principalement ses transformations familiales, souvent réduites, morcelées et recomposées. C’est la réflexion que je vous propose aujourd’hui.


« FAISONS UNE TRÊVE »

Cette phrase prononcée par le premier ministre Legault en dit long sur l’état d’esprit de celui qui invite les citoyens à mettre un terme à leurs attaques sur les réseaux sociaux et dans la vie de tous les jours.

François Legault l’a « dure », comme il l’avoue. Il sait qu’il nous déçoit en détricotant ce projet irréaliste de faire se réunir 25 personnes d’une même famille pour Noël.

Ce n’était qu’un rêve. Un rêve, précisons-le, qui ne correspond plus à la réalité d’aujourd’hui avec ses familles réduites. Les gros partys n’ont existé que dans l’ancien temps de la revanche des berceaux.

De nos jours, les familles sont reconstituées, et cela signifie que tout ce beau monde, ces beaux-parents, belles-filles et gendres ont souvent peu en commun.

Omicron et tout autre virus n’y sont pour rien. Car il y a aussi plus de familles brisées que reconstituées.

RUPTURES

Essayez de trouver une famille où la fratrie demeure liée. Il n’y a pas que les parents et grands-parents qui divorcent. Les enfants adultes d’une même famille se retirent aussi de cette institution jadis la base de la société.

Dès que les vieux parents meurent, les enfants aussi prennent le large. Posez la question autour de vous. Des frères et sœurs qui ne se voient plus depuis des années, fâchées pour des raisons diverses souvent inexpliquées. Car c’est aussi ça, Noël, de nos jours.

Essayez même dans les familles où des membres n’ont pas pris le large. Veut-on partager le repas de Noël avec un beau-frère antivaccin ? Avec une belle-sœur enfoncée dans l’idéologie woke et ne cherchant qu’à affronter ceux qui ne pensent pas comme elle, et qui, après quelques verres dans le nez, va affronter des convives ?

Le plus beau repas de Noël, on le retrouve dans ces films qui pullulent sur Netflix durant les Fêtes. Des repas qui se déroulent dans la joie avec les cadeaux-surprises qui font plaisir et qui ne déçoivent jamais ceux qui les reçoivent.

La pandémie a le dos large. Certes, ses contraintes sont réelles, mais nombre de personnes se sentent libérées de ces agapes qui risquent de déraper.

INDIVIDUALISME

Les « vrais » Noëls qui ne sont pas perçus comme des contraintes sont souvent ceux entre amis, car l’individualisme impose sa loi. Les amis, on les choisit. La famille, on la subit, répéteront inlassablement tous les membres divorcés de leur fratrie. Mais il n’y a pas de sondage sur ce sujet encore tabou car il faut bien protéger, malgré tout, les apparences.

La pandémie et ses contraintes émises par le premier ministre Legault nous obligent à jeter un éclairage plus réaliste sur la fête de Noël.

Dans la société québécoise à la fois déchristianisée et devenue culturellement diversifiée, la dimension religieuse de Noël a perdu de son sens. Le besoin de se retrouver chez les Québécois de souche n’a plus la même signification qu’au temps de la catholicité vibrante.

Cela nous oblige à reconnaître à quel point la déchristianisation a transformé nos institutions, la famille au premier chef. À quel point également nos repères se sont distendus.

Certains lecteurs me reprocheront peut-être une lucidité quelque peu exacerbée, mais affronter le réel me semble la seule voie vers l’espoir.


357e jour de l’année

23 décembre 2021

On célèbre aujourd’hui…

LA FÊTE NATIONALE DU JAPON


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Lise Bonhomme

Bon anniversaire !


Pensée et citation du jour

Qui vit en paix avec lui-même, vit en paix avec l’univers.

Marc-Aurèle


Ça s’est passé un 23 décembre…

(1969) La « Taxe volontaire » du Maire Drapeau est jugée illégale. Loto Québec verra le jour en janvier 1970.

(1977) Adoption de la loi sur l’assurance automobile de la ministre Lise Payette.

(2013) La longue bataille judiciaire que mène Claude Robinson pour faire respecter ses droits d’auteur est terminée : la Cour suprême du Canada ordonne à un consortium de maisons de production, composé notamment de Cinar et France Animation, de lui octroyer l’équivalent de quatre millions de dollars pour lui avoir volé l’idée originale qui a mené à la production de la série télévisée Robinson Sucroë.

Dans un jugement unanime, le plus haut tribunal du pays ordonne aussi aux parties défenderesses de payer la totalité des frais, soit 1,5 million de dollars, que M. Robinson a encourus en portant sa cause devant la Cour supérieure. L’auteur obtiendra aussi un remboursement partiel de ses frais juridiques encourus devant la Cour d’appel et la Cour suprême. Des frais d’intérêts seront aussi imposés à ces montants.

Ce jugement historique met fin à une bataille de 18 ans de M. Robinson devant les tribunaux. Il confirme aussi les décisions des tribunaux inférieurs à savoir que les entreprises citées ont plagié son oeuvre originale, Robinson Curiosité, pour produire leur série télévisée, Robinson Sucroë.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

3 commentaires sur “Les temps ont bien changé…

  1. Excellent texte. Merci pour vos articles tout au cours de l’année dont je partage vos opinions et dont certains font réfléchir. Une bonne année 2022 à vous!

    Manon Envoyé de mon iPad

    >

    J’aime

  2. Joyeux Noël et une TRÈS Bonne Année 2022 à tous les deux!!! Santé Bonheur et Joie 🥂🎉🥳 Toujours contente de te lire.

    J’aime

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :