Un enfant nous est né !

La Une

Un Noël entre tous reste pour moi inoubliable.

Ce matin de Noël 1978, je me berçais devant le poêle à bois, mon bébé de cinq mois dans les bras, en écoutant Mahalia Jackson chanter « Silent Night » de sa voix immense, venue des confins de l’univers.

Dans le silence de ma maison de ferme, perdue dans la blancheur de la neige s’étendant jusque dans le fleuve gelé, loin du grand tintamarre qu’est devenue cette fête avec l’aisance et l’abondance de notre temps, cet enfant heureux et chaud qui dormait dans mes bras devenait soudain le centre de l’univers et le sens de toutes les Nativités de la terre.

Chaque enfant qui naît est un espoir pour le monde, un recommencement du monde, une reprise de la vie à la source, un Big Bang qui recrée l’univers et sa folle expansion. Ce petit homme me révélait subtilement le secret de l’Univers. Au seuil de la nuit, au cœur de l’hiver, loin de la ville, loin du confort moderne, avec comme musique de fond le chant de la bouilloire, comme décor l’hiver blanc à perte de vue, comme présence la chaleur rassurante des animaux dormant tout près dans la vieille étable, comme certitude sa mère qui se lèverait bientôt pour le nourrir de son lait, j’entrevoyais, étonné, le mystère premier. L’univers est naissance perpétuelle, procréation continue. L’enfant et l’univers ne font qu’un. L’occupation première de la vie est de se reproduire, en vagues successives, à la fois semblable et dissemblable. Tout le reste n’est que déploiement, égarement ou divertissement.

Les peuples primitifs, les Inuits, les Innus vénèrent les enfants, comme une épiphanie de la vie et de la divinité. Le nouveau venu, inconnu, à qui il faut donner un nom et une communauté. Les enfants sont chez eux le centre de la communauté parce qu’ils sont porteurs de la vie, comme ceux qui protégeaient autrefois le feu. Les grands ne cherchent pas à dominer les petits : ils se plaisent à les voir vivre et à leur permettre de vivre.

Dans notre monde d’argent, de travail et de performance, nous oublions de faire des enfants, ou nous les faisons pour nous, et ceux que nous faisons sont trop souvent des jouets ou des trophées qu’on a vite fait de remiser pour reprendre la tâche. Pressés d’en faire des génies, nous oublions de les regarder vivre. Et le feu sacré de la vie s’éteint au cœur des communautés. Et les communautés vieillissent et se fractionnent en autant d’individus qui n’aspirent plus à l’immortalité. Coupés de la nature, nous avons perdu le chemin, oublié l’origine, nous avons perdu le sens.

L’enfant Jésus est vidé de sa divinité et réduit à une légende. Les enfants sont de plus en plus rares, uniques, gâtés, déracinés, médicamentés, socialisés et précocement adultes dans un monde affairé. Dans une planète malade, les jeunes hésitent à faire des enfants ou les font faire par d’autres. La fertilité, celle des hommes en particulier, est minée par l’omniprésence des produits chimiques, particulièrement les perturbateurs endocriniens. Les familles, elles aussi, sont minées par l’obsession du travail, dispersées, réduites, brisées ou recomposées. Et pendant que nous peinons à nous reproduire et que nous dépensons des millions pour sauver des bébés prématurés ou atteints de graves complications, des millions d’enfants meurent de faim ou avant d’atteindre un an — une centaine par mille naissances en Afrique, en Inde, en Afghanistan, contre quatre chez nous.

Bienheureux ceux qui berceront leur enfant le matin de Noël et qui verront soudain en lui la lumière qui illumine le monde.

« Ils se prosternèrent et l’adorèrent, puis lui offrirent en cadeau l’or, l’encens et la myrrhe ».

Un texte de Roméo Bouchard, fourni par un ami.


360e jour de l’année

26 décembre 2021

On célèbre aujourd’hui…

LE LENDEMAIN DE NOËL

LE BOXING DAY

LE 55e ANNIVERSAIRE DE MARIAGE DE ROSELINE POIRIER ET JEAN-EUDES ARSENAULT (NOCES D’ORCHIDÉE)


À la douce mémoire de…

DEREK AUCOIN 1970-2020, commentateur sportif et joueur de baseball professionnel, ayant porté les couleurs des Expos de Montréal.


Pensée et citation du jour

Nous ne saurons jamais tout le bien qu’un simple sourire peut être capable de faire.

Mère Teresa


Ça s’est passé un 26 décembre…

(1938) On découvre du poisson dans la rivière Ste-Anne. Début de la pêche aux petits poissons des chenaux.

(2004) Un tsunami gigantesque ravage les côtes de l’océan Indien. Le désastre fait plus de 230 000 morts.

(2005) La vérificatrice générale Sheila Fraser déposa, le 10 février 2004, un rapport dévoilant l’ampleur de ce qu’il est maintenant convenu d’appeler « le scandale des commandites ». Le rapport explique notamment comment 100 des 250 millions du budget du programme fédéral de commandites se sont retrouvés dans les poches de quelques firmes de publicité et de communication au lendemain de la mince victoire du « non » au référendum de 1995. Pendant près de six ans, des entreprises amies du Parti libéral du Canada ont encaissé plus de 100 millions de dollars d’un fonds servant à commanditer différents événements culturels et sportifs.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :