Maudit qu’c’est bon des bonbons !

La Une

Pour les friands de bonbons, c’est une expression populaire et, personnellement, dans ma famille, les bonbons sont des péchés mignons.

Saviez-vous qu’il existe une entreprise québécoise, à Laval, qui fabrique des bonbons et notamment la série Sweet Sixteen ? Ils fabriquent ces friandises sous différentes marques et sont vendues dans la plupart des dépanneurs, épiceries, stations-service et grandes surfaces au Canada.

HISTOIRE

Fondée en 1967 par Normand Mondoux, ces créateurs de bonheur n’ont cessé de grandir depuis trois générations. Aujourd’hui, l’entreprise offre plus de 3000 produits et dessert une importante clientèle grâce à ses 200 employés et ses installations de plus de 175 000 pieds carrés.

En 2007, les frères Mondoux décident d’élargir le champ d’activité de leur entreprise avec l’achat de Bonbons St-Gérard et des chocolats de Pâques Giacomo. Ces dernières acquisitions marquent un tournant dans l’histoire de l’entreprise, qui devient alors un fabricant en plus d’être distributeur et emballeur.

En 2010, le président Jean Mondoux a l’idée de créer un mélange de 16 bonbons. Il s’agit d’une décision déterminante, puisque cette création deviendra le produit phare de l’entreprise. Sweet Sixteen deviendra la marque la plus vendue une décennie plus tard !

Mais l’entreprise ne s’arrête pas là : récemment, d’importantes innovations (marketing, technologiques, opérationnelles) ont permis à ses produits d’atteindre des sommets sans précédent sur plusieurs paliers commerciaux. Plus que jamais, Confiserie Mondoux a le vent dans les voiles.

UNE VISITE S’IMPOSE

Ça pique votre curiosité tout ça ? Vos papilles gustatives sont en manque ? C’est le temps d’aller visiter leur magasin, au 1610 Place Lierre, à Laval. Ils sont ouverts du lundi au vendredi, entre 9h00 et 17h00.

Mieux encore; vous pouvez les suivre sur Facebook, Instagram et Spotify. Et si vous voulez en connaître plus sur cette entreprise toute québécoise, vous pouvez visiter leur site internet. Et vous aussi vous direz « Maudit qu’c’est bon des bonbons ! »


108e jour de l’année

Lundi, 18 avril 2022

On célèbre aujourd’hui…

La FÊTE NATIONALE DU ZIMBABWE

LE LUNDI DE PÂQUES


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Michel FlowersSylvie Arseneault

Bon anniversaire !


On jase là…

Paolo Noël qui nous quitte à 93 ans. Une belle carrière et Flip, Flop, Fly continue toujours de remplir les planchers de danse. Condoléances à sa conjointe Diane et ses proches.


Pensée et citation du jour

L’humanité, qui devrait avoir six mille ans de sagesse, retombe en enfance à chaque génération.

Tristan Bernard


Ça s’est passé un 18 avril…

(1999) À New York, Wayne Gretzky des Rangers obtient une mention de passe face aux Penguins de Pittsburgh lors de son dernier match dans la Ligue nationale. Au cours d’une exceptionnelle carrière de 20 ans avec les Oilers, les Kings, les Blues et les Rangers, celui qu’on qualifie de plus grand joueur de tous les temps a fracassé 61 records du circuit majeur, marquant 1 016 buts, dont 894 en saisons régulières, y compris les 92 de la saison 1981-82 à Edmonton. Il a pris part à quatre conquêtes de la coupe Stanley avec les Oilers au cours des années 80.

(2000) Les forces armées canadiennes annoncent la retraite anticipée du lieutenant-général Roméo Dallaire. M. Dallaire se dit encore ébranlé par les horreurs qu’il a vues lors du génocide au Rwanda en 1994. Depuis son retour de ce pays où il avait dirigé les forces de l’ONU du maintien de la paix, Roméo Dallaire souffre de troubles psychologiques post-traumatiques. Il est hanté par des cauchemars et des souvenirs difficiles à oublier.

Il décide donc de se retirer à l’âge de 53 ans. Étant donné qu’il a occupé un poste important au Rwanda avant, pendant et après le génocide, il pourrait être appelé à témoigner contre une trentaine de suspects accusés de crimes contre l’humanité devant un tribunal en Tanzanie.

(2007) En 2004, Yolande James a été la première femme noire élue à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, elle devient la première personne de race noire à accéder au Conseil des ministres du Québec. À 29 ans, la jeune avocate de l’ouest de l’île de Montréal assume de très grandes responsabilités en prenant la tête du ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles.

Yolande James a tenu son premier point de presse. Il était toutefois trop tôt pour se prononcer sur les dossiers chauds de l’heure. Mme James aurait bien pu ne jamais devenir députée, encore moins ministre. À la fin de ses études, il y a trois ans, elle aurait pu aller faire carrière aux États-Unis. Elle a plutôt choisi de tenter sa chance chez elle, au Québec.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :