Trouble de dysmorphie corporelle

La Une

Mes bras sont trop flasques. Mes cuisses sont trop épaisses. Mes seins sont trop petits. Mon nez est trop gros. Des reproches courants que l’on entend ou que l’on exprime soi-même. Le fait est que la plupart d’entre nous ont des complexes concernant leur corps et des caractéristiques qu’ils aimeraient changer.

Mais si vous faites partie des 2,4 % de la population qui souffrent d’un trouble de dysmorphie corporelle ou dysmorphophobie, ces soi-disant défauts peuvent être plus que de simples complexes. Une personne souffrant de dysmorphophobie est obsédée par un défaut physique mineur, voire imaginaire.

Ce trouble mental, classé dans la catégorie des troubles obsessionnels compulsifs, touche les personnes de tout sexe, mais il a tendance à apparaître à l’adolescence et s’aggraver avec l’âge. La dysmorphophobie peut se manifester chez des personnes souffrant de troubles de l’alimentation comme l’anorexie ou la boulimie, mais il s’agit d’un trouble distinct.

Les caractéristiques du corps qui préoccupent le plus souvent les personnes atteintes de dysmorphophobie sont les suivantes :

– Visage (nez, teint, rides, acné)

– Cheveux (amincissement ou calvitie)

– Seins (taille ou forme)

– Muscles (taille et tonus, plus fréquent chez les hommes)

– Organes génitaux

SIGNES ET SYMPTÔMES

Les personnes souffrant de dysmorphophobie croient fermement qu’elles sont laides ou difformes et développent des comportements répétitifs où elles font une fixation compulsive sur le ou les défauts qu’elles perçoivent.

Une personne peut se regarder constamment dans le miroir ou, au contraire, les éviter à tout prix. Pour atténuer l’apparence du défaut perçu, la personne peut essayer de le cacher avec du maquillage ou des vêtements, ou s’adonner à des exercices ou des soins de beauté excessifs.

Les personnes atteintes ont tendance à chercher constamment à être rassurée par les autres et ne croit pas ceux qui leur disent qu’elles ont une belle apparence. Certaines personnes ont même recours à la chirurgie plastique.

Ces procédures cosmétiques inutiles apportent souvent une satisfaction légère et temporaire. La honte, la gêne et l’anxiété que ressentent souvent les personnes atteintes de dysmorphophobie peuvent les amener à manquer le travail ou l’école, à éviter de passer du temps avec leurs amis et leur famille et, dans certains cas, à refuser de quitter la maison, surtout durant la journée.

CAUSES

Bien que la cause exacte de la dysmorphophobie ne soit pas connue, on pense qu’il s’agit d’une combinaison de facteurs biologiques, neurologiques, environnementaux et génétiques. La dysmorphophobie se manifeste souvent chez des personnes souffrant d’autres troubles mentaux comme la dépression et l’anxiété.

Des recherches ont démontré que des antécédents d’événements traumatiques, une faible estime de soi, des parents trop critiques, des taquineries, de l’intimidation ou des pressions sociales peuvent être des facteurs contribuants à l’apparition de la dysmorphophobie.

TRAITEMENT

La bonne nouvelle est que la dysmorphophobie peut être traitée, souvent par une psychothérapie, des médicaments ou une combinaison des deux. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) s’est avérée être l’intervention thérapeutique la plus efficace, car elle s’attaque aux pensées négatives et aux schémas de pensée irrationnelle, qui sont à l’origine de ce trouble.

Des antidépresseurs peuvent également être prescrits aux personnes souffrant de dysmorphophobie étant donné que l’une de ses causes présumées est un problème lié à la chimie du cerveau. L’hospitalisation en psychiatrie peut être recommandé dans les cas graves.

Si elle n’est pas traitée, la dysmorphophobie peut conduire à une dépression grave et même au suicide. Si vous ou votre enfant présentez des symptômes du trouble de dysmorphie corporelle, il est important d’en parler à un professionnel de la santé ou de la santé mentale.

Demander du soutien est le premier pas vers le diagnostic et le traitement. Tout le monde mérite de vivre une vie sans autocritique ni insatisfaction, une vie qui privilégie la positivité, l’acceptation et les relations agréables avec les autres.

Source : Arielle Ben-Zaken, travailleuse sociale clinicienne, revue Montréal en santé, printemps 2022, p134


233e jour de l’année

Dimanche, 21 août 2022

Une semaine de plus sur le chemin de la vie pour…

Rénald BonenfantIsabelle Drapeau

Bon anniversaire !


On jase la…

Quelle émotion d’apprendre le décès atroce de ce bébé de deux ans, laissé seul dans la voiture par une chaleur suffocante, il y a deux jours, à Vaudreuil-Dorion. Comment une telle chose peut se produire ? Sans porter un jugement sur un des parents, les questions sont pour le moment sans réponses. Je me revois quand mon fils avait cet âge… Il avait toute notre attention, il meublait nos pensées dès qu’il était hors de notre vue. Comment on peut se remettre d’un tel drame et combien le sentiment de culpabilité peut être insoutenable ? Ils auront assurément besoin d’une aide psychologique, et même plus. Je leur souhaite beaucoup de courage pour traverser cette tragédie sans nom.


Pensée et citation du jour

Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de la tristesse de voler au-dessus de votre tête, mais vous pouvez les empêcher de faire leur nid dans vos cheveux.

Proverbe chinois


Ça s’est passé un 21 août…

(1944) Le major canadien David Currie fut décoré de la Croix de Victoria pour sa participation à la bataille de Falaise où la 7e Armée allemande fut écrasée. Malgré un petit nombre de soldats à sa disposition, il a réussi à encercler l’ennemi.

(1959) L’archipel polynésien d’Hawaï devient au terme d’un référendum le 50ème Etat des Etats-Unis. Ces îles, découvertes par l’explorateur anglais James Cook en 1778, ont été annexées par les Américains en 1898. Elles joueront un rôle essentiel de la défense américaine dans le Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui, l’Etat d’Hawaï compte 1,2 million d’habitants (et 5 millions de touristes) contre 600 000 en 1959.

(2008) C’est le cœur rempli d’émotions que Céline Dion a reçu son doctorat honoris causa des mains de Denis Brière, le recteur de l’Université Laval. La chanteuse vient ainsi rejoindre les rangs d’une longue liste de récipiendaires aussi célèbres les uns que les autres.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :