Un premier Noël au pays des gougounes

Pour une première expérience de vivre un Noël en Floride parmi les palmiers et surtout en culotte courte, ce fut une réussite sans trop de nostalgie. Ce serait faux de prétendre que nos proches ne nous manquaient pas mais, avec les technologies modernes, dont FaceTime d’Apple, nous avons pu voir la frimousse de nos petits enfants et de leurs parents. C’est comme si nous étions à côté. Remarquez que les tout-petits avaient beaucoup plus envie de déballer et découvrir leurs nouveaux cadeaux, que d’entamer une longue conversation avec les grands-parents.

2012-12-24 005Toujours est-il que la veille de Noël une poignée de campeurs ont sillonné, en après-midi, les rues du camping, pour installer des petits sacs blancs avec un lampion à l’intérieur, pour éclairer le chemin pour le Père Noël semble-t-il, et perpétuer la tradition. Je dois dire que l’effet est saisissant et ça met une certaine ambiance en l’absence de neige. C’est d’ailleurs cette photo que j’ai choisi pour meubler cet article.

Pour bien fêter cette veille, nous nous sommes retrouvés, une vingtaines de convives, autour d’un succulent repas, au Ruby Tuesday du coin. Côtes levées, fruits de mer et bar à salade on tôt fait de combler les appétits les plus voraces et tout le monde en est sorti heureux. On se promet bien de répéter l’expérience. Cependant, la soirée n’allait pas se terminer si rapidement. Oh que non ! L’ami Mario et sa conjointe Carole nous conviaient à arroser tout ça au son de la musique sur le patio entouré de moustiquaires. Certes, il fallait une petite laine comme on dit mais, accompagné de l’ami Gérard à la guitare et votre humble serviteur au clavier, le party était pogné, comme on le dit en bon québécois. Jusqu’à 23h30, les pièces musicales se succédaient, alors que tout le monde fredonnaient ces airs connus. Jean-Guy et Francine ont pris le plancher pour danser le triple-swing.

Le matin de Noël fut réservé à téléphoner nos proches. J’ai réveillé mon frère à neuf heures trente, à ma très grande surprise, puisqu’il a l’habitude de réveiller le coq. Pour le reste cela a bien fonctionné mais malicieusement, j’insistais pour leur révéler qu’un beau et chaud 29°C nous réchauffait à l’extérieur. De la crème solaire en plein jour de Noël…, c’est loin d’être une habitude. Aussi, on en a surpris en pyjama chez mon fils dont lui-même en bedaine.C’est Noël, congé en plus, alors autant en profiter un peu.

Ici, en parcourant les rues, le Merry Christmas est à l’honneur et les américains ne sont jamais avares de leurs souhaits, toujours offerts avec le sourire. La journée s’est poursuivie avec une petite visite chez Linda et Benoît, en attendant le souper de jambon à la salle communautaire, suivi de quelques parties de billard; une table de femmes et une de gars.

Aujourd’hui, lendemain de fête, la vie reprend son cours et les travailleurs sont de retour au boulot. Pas de congé comme chez-nous, même que quelques décorations ont rapidement repris le chemin des boîtes. Nous, on poursuit la tradition de les laisser en place jusqu’au Rois. Côté température, on subit quelque peu les effets de la tempête hivernale prévue demain au Québec. L’air s’est refroidie légèrement et un fort vent du sud souffle au point de devoir rouler les auvents des véhicules récréatifs. Les nuages gris voguent au gré du vent, laissant quelques averses en fin d’après-midi. Pas si mal finalement pour ce premier Noël au pays des gougounes.