Encore une légende urbaine ?

GSPLa panique s’est emparée des automobilistes québécois qui empruntent les routes de la Géorgie aux États-Unis, depuis qu’une annonce à l’effet que les policiers émettent des contraventions de 500$ aux étrangers qui ne possèdent pas un permis de conduire rédigé en anglais, ou mieux, un permis de conduire international. Comme le malheur des uns fait le bonheur des autres, le CAA peut vous fournir ce permis international pour la modique somme de 25$ chaque année.

La paranoïa va même jusqu’à affirmer que les agents de l’ordre érigent des barrages pour attraper les malheureux contrevenants. Moi, ce qui m’agace dans ces écrits c’est que les supposées victimes de ces traquenards ne les écrivent jamais. Point de signatures et toujours anonyme. La Toile, c’est connu, est une vraie fourmilière à légendes urbaines anonymes et il ne faut prendre au pied de la lettre tout ce qui s’y raconte. L’hiver dernier, cette nouvelle était apparue sur les réseaux sociaux concernant la Floride. La précision que les journaux locaux y apportaient était à l’effet que cette disposition existait depuis cinq ans, et que dans le quotidien, les policiers ne l’appliquaient pas, étant contestée constitutionnellement. De plus, le tourisme étant une importante source de revenu pour cet état, ce n’était pas une bonne idée vis-à-vis des visiteurs. Partout, les Codes de procédures criminelles et pénales sont remplis d’articles qui ne font jamais l’objet de poursuites, pour différentes raisons. Alors pas de panique !

Cependant, si vous respectez les limites de vitesse et que votre comportement routier est exemplaire, vous avec plus de chance d’avoir une crevaison que de vous faire coller par un policier autoroutier. Ça fait vingt ans que je vais en Floride et jamais j’ai été intercepté par la police. Ceux que j’ai croisés, surveillaient la circulation et à la distance qu’ils étaient de nous, ils ne pouvaient distinguer une plaque d’immatriculation du Québec. Par expérience, sans motif, un policier n’interviendra pas, dans la très grande majorité des cas. La règle en pays étranger, c’est de marcher les fesses serrées, pour prendre une expression populaire. Leurs lois sont différentes des nôtres et c’est à nous de s’adapter et ne rien provoquer.

Avant qu’une victime véritable se manifeste en signant son histoire, je vous laisse sur l’extrait suivant, puisé sur le site Internet de la FQCC, qui fait la mise au point sur le sujet. Je partage cette conclusion et à vous d’en tirer les vôtres.

…Voici donc ce qu’il faut savoir : l’obligation de détenir un permis de conduire international pour circuler en Géorgie est bien en vigueur, que vous ne fassiez que traverser l’État ou que vous y séjourniez pour un mois. Toutefois, l’application de cette obligation est laissée à la discrétion des policiers de l’État de la Géorgie. Compte tenu de ces informations, il est impossible de garantir aux caravaniers qui se rendent en Floride en traversant la Géorgie qu’ils ne recevront pas d’amende s’ils ne possèdent pas un permis de conduire international lors d’une arrestation pour excès de vitesse, par exemple. L’achat d’un permis de conduire international est donc un choix personnel que vous faites ou non en toute connaissance de cause.