On est vite sur la gâchette

Intervention policièreIci au Québec, l’opinion publique est très rapide à condamner sur une simple constatation hors contexte. Et quand c’est un policier qui est visé, c’est sans équivoque ! Une chance que la lapidation n’existe pas ici, parce que c’est le sort qu’il aurait probablement reçu. Ça démarre bien l’année !

Bien sûr, je veux parler de l’incident de ce policier de Montréal, face à un sans-abri, sous un froid sibérien. Quelques artistes et des bien-pensants ont sauté sur l’occasion pour dénoncer avec véhémence les paroles de menaces du policier. Même Monsieur le Maire s’est payé une once de démagogie, celle qu’on lui connaît, pour sauter sur l’occasion de faire bonne figure. Et que dire du vidéaste, adepte de l’espionnage policier, qui a vécu son moment de gloire. Sans compter les propos d’Ian Lafrenière, lui-même policier, avec ses airs de justicier; – Il va y avoir une suite ! Une salade indigeste !

Ça me fait vraiment rire une manchette comme celle-là, alors que les médias n’ont d’autres choses à se mettre sous la dent que la température. Dans le reportage, on signale que ce sans abri était vérifié justement parce qu’il intimidait et agressait verbalement des passants en leur quémandant de l’argent, qu’il ne voulait obtempérer à l’aide que lui suggérait les policiers… Mais ça, on n’insiste pas plus sur cet aspect de l’intervention. C’est moins percutant que ce qu’a dit le policier; – Si j’ai un autre appel pour toi, je t’attache une heure après le poteau, et je te le jure, regarde-moi dans les yeux… Ça c’est du punch, de la sensation, c’est percutant ! L’occasion était trop belle.

Qui n’a pas menacé son enfant ou un proche de cette façon, dans une situation hors de contrôle, pour calmer le jeu ? Sans arrière-pensée aucune, mais pour mettre un terme à un conflit. Devant un enfant, on va prendre un ton ou une parole vide de sens pour nous, mais persuasive pour lui. C’est exactement comme ça que j’ai interprété cette intervention du policier. Il était face à un individu avec des problèmes de santé mentale, que notre société a décidé de retourner à la rue et laisser le problème aux autres. Point à la ligne ! La conséquence est que ce policier subira probablement des sanctions disciplinaires. Ça fait taire l’opinion publique et ça permettra à d’autres adeptes de la vidéo instantanée d’épier le travail des policiers. Malheureusement pour lui, un espion était là avec son téléphone mobile. Pour le show !

Mais justement, ces policiers sont des humains comme tout le monde et sont constamment plongés dans des problèmes à résoudre, même s’ils ont reçu une solide formation. Rarement ont fait appel à eux pour les féliciter et les remercier de leur présence et de leur travail. Dans son job de première ligne, il doit exercer toutes les professions; ambulancier, avocat, psychologue et interpréter la déontologie policière et les différentes lois sous sa juridictions à la vitesse de l’éclair. Tout ce facteur humain à travers leurs propres vies personnelles. Est-ce qu’on ne leur en demande pas un peu trop ?

Finalement, je vous invite à lire l’article de Michel Oligny, expert en interventions policières, en page 36 de l’édition du Journal de Montréal d’aujourd’hui, qui y va d’une excellente analyse du travail policier dans ce genre d’intervention et que je partage entièrement.

6 réflexions au sujet de « On est vite sur la gâchette »

  1. C’est plate en titi de lire ton blogue mais à partir de l’aéroport!
    Finalement tout est beau, je devrais partir aux heures prévues au début, je me suis inquiétée pour rien!
    A la prochaine!

    Bisous à vous deux!

    Linda xxx

    >

  2. Je partage entièrement votre opinion sur ce triste événement. D’ailleurs, voici ce que Pierrôt a répondu à une amie FB:

    A bien y penser ! On sait tous qu’il ne va pas réellement l’attacher à un poteau. C’est comme lorsqu’on dit à un enfant  » si tu dors pas dans deux minutes, le bonhomme sept heures va venir te manger les orteils » On appelle pas la DPJ pour ça !

    Ce qu’il y a d’inexcusable par contre, c’est de mettre ces vidéos en ligne sans savoir ce qu’est la job de police avec tous ces pauvres fuckés de la société.

    Avant de pouvoir mettre en ligne de tel vidéo, le cinéaste devrait devoir passer un shift complet dans une auto-patrouille pour vraiment pouvoir informer son auditoire.

  3. Tout à fait d’accord avec toi Normand, dans tout ce que tu dis; dans tous ces cas il s’agit toujours d’un con en manque de jugement. Je pense que ce sont des coups bas envers les policiers qui tentent de faire leur travail correctement. Le résultat pourrait être très néfaste; si les policiers se sentent pourchassés par de telles situations ils pourraient peut-être s’en tenir au strict nécessaire dans de tel cas et ne pas tenter d’user de ruse quelles qu’elles soient. Le pauvre itinérant n’y gagnera pas.

  4. A reblogué ceci sur ENTRE VOUS ET MOIet a ajouté:
    En totale accord avec l’auteur de ce billet. Les policiers, chaque jour, voient à notre sécurité en interpellant et en bloquant les gens qui sont nuisibles pour la société. Qu’ils aient un instant de colère ou de perte de contrôle verbal, est tellement rien par rapport à tout ce qu’ils nous apportent.

  5. Où sont les travailleurs dit spécialisés ? En vacances et dans leurs bureaux de 9 à 5 hrs. Les policiers au travail qui ne sont pas formés pour ça et en voient de toutes les couleurs, des personnes que les gouvernements se sont débarrassés en les mettent dans le rues par milliers.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s