Salmigondis

SalmigondisIl n’y a pas que la température qui soit maussade par les temps qui courent. Les nouvelles sont tout aussi déprimantes. On dirait qu’elles sont reliées. On ouvre le journal et si on ne se disait pas qu’après la pluie, vient le beau temps, on se gaverait d’antidépresseurs.

Le froid a le dos large
Il y a panique en la demeure chez les commerçants de produits saisonniers, comme les barbecues et chez les horticulteurs. Pourtant, les chaleurs estivales s’installent pour de bon autour du 21 mai, alors que le gel est chose du passé. Faudrait pas paniquer et attendre que la nature fasse son œuvre. C’est nous qui y gagnons au change puisque des achats de végétaux hâtifs peuvent s’avérer néfastes voire même désastreux au point de devoir tout recommencer.

Les casinos
Quand une société se fie aux recettes de ses casinos pour boucler son budget, c’est qu’on est dans une impasse, ce n’est pas très édifiant. Serait-il possible que les CONtribuables surtaxés et étouffés soient victimes d’une écoeurantite aigue ? Vient un moment où on a pas le choix que dépenser pour l’essentiel. Les casinos, comme la loterie, sont de la poudre aux yeux. Seulement à voir l’étalage immense des gratteux de plus en plus chers qui sont offert, on y revoit ses priorités.

Le gaspillage continu
Les 30 cadres du Club Med de la Ville de Montréal démontrent une fois de plus, comment le fric des CONtribuables est dépensé sans discernement. On tourne la page et on tombe sur le procès de Lise Thibault. Encore un exemple d’exagération à outrance des somptueuses dépenses de Madame. Et ce procès va coûter combien vous pensez, et pour donner quoi ? Des grenailles !

En manque de lumière
Que le soleil se manifeste parce qu’on est en manque de lumière et on cherche des bibites. Messmer se fait poursuivre par une de ses victimes, alors que Couillard et Poëti viennent de se faire confirmer que le péage sur le futur pont Champlain est là pour rester. Non, ça va pas bien Madame la marquise.

Du bonbon pour terminer sur une bonne note
Comme pour faire contrepoids aux mauvaises nouvelles, quelle belle histoire que celle d’Amélie Croteau, gravement blessée dans un accident de la circulation alors qu’elle textait au volant et qui vient de publier Fatal texto : Le fin d’un beau rêve. Un livre qui relate sa démarche ardue d’une réhabilitation exemplaire, à qui on disait qu’elle resterait dans un état végétatif et qui a surmonté cette épreuve en déjouant les pronostics des médecins.

Vouée à une brillante carrière de mannequin, elle a vu son rêve anéanti. Maintenant confinée à son fauteuil roulant, cette pétillante jeune femme, ayant retrouvé l’amour, nous a fait partager son combat à l’émission de Denis Lévesque, mardi dernier. Du bonbon, par la douceur de ses propos. Intelligente et inspirante, elle anime des conférences pour inciter la jeunesse à ne pas texter au volant. Une entrevue captivante.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s