Le saccage ne règlera rien

Projet de loi 3Assez peu édifiantes, les images que les réseaux de télévision ont diffusés hier et aujourd’hui, dans le cadre des manifestations sur le projet de loi 3 du gouvernement. Les policiers qui n’interviennent pas ou très peu, des syndiqués qui saccagent tout ce qui leur tombe sous la main, qu’on appelle du vandalisme ou méfait. Bref, des événements qui ne font que le plaisir des démagogues et de bonnes raisons pour nous priver de l’appui de la population.

Chahuter et faire du vacarme ahurissant auraient suffi pour déranger la séance du conseil et montrer que la bataille ne fait que commencer, qu’on veille au grain ! Comme la chanson Malbrough s’en va en guerre… Coderre s’en va en guerre et veut congédier tout le monde. Probablement pour flatter son égo et entendre sa voix tonitruante, il repasse en boucle, son interview télévisée.

Étant retraité de la fonction publique municipale, je suis directement concerné par le cynique projet de loi 3, par le retrait de mon indexation annuelle qui risque de tomber pour toujours. Un contrat adopté par les parties depuis des lunes et qu’un gouvernement s’apprête à hachurer sans discernement.

Des élus qui se gardent bien de toucher à leurs propres fonds de pension qu’on compare à une Ferrari, mais qui comptent mâter des syndiqués en reniant leurs engagements fermes signés dans des conventions collectives. Les dés sont pipés et Couillard s’entête à répéter que sur le fond du projet, c’est-à-dire tout sauf quelques petites virgules, tout est coulé dans le béton. Allo négo ! À cet égard, le projet de loi du dernier gouvernement Marois était plus réaliste et juste.

Qu’on se comprenne bien ! Je ne suis pas contre l’idée du partage des coûts pour financer les régimes de retraites des actuels salariés, mais ça doit se faire dans le cadre d’une négociation, comme cela s’est toujours fait. On ne doit pas réécrire le passé, mais prévoir l’avenir. Ce que les actuaires, rémunérés à grands frais, n’ont jamais vu venir. Quand j’entends les démagogues véhiculer que nous soyons gras durs au frais des contribuables et que ceux-ci ne peuvent souscrire à des fonds de retraite, je leur réponds que mon régime de retraite a été financé à parts égales entre moi et mon employeur, négocié dans le cadre d’une convention collective, d’un contrat de gré à gré.

Durant mes 36 années de services, je me suis privé d’une partie importante de mon salaire chaque semaine, pour profiter de la retraite que je vis présentement. Je n’ai pas à avoir honte devant des travailleurs autonomes ou des employés du secteur privé qui n’ont pu ou pas voulu appliquer la même rigueur en épargnant. La société est ainsi faite de pauvres, de riches, de très riches et d’immensément fortunés.

Demain, 20 août, débute la commission parlementaire sur ce projet de loi qui s’annonce palpitante et je compte bien ne rien manquer des mémoires qui y seront présentés. C’est la meilleure façon de se faire une opinion et espérons que le débat sera civilisé.

Je retiens cependant que quelques maires ont déjà exprimés leur dissension au sombre projet de loi des Labeaume et Coderre, démagogues-vedettes, qui prennent la part de leurs CONtribuables seulement quand ça fait leur affaire, mais les ignorent quand vient le temps de promouvoir des projets grandioses et démesurés ou de jouer simplement les globe-trotteurs autour de la planète pour quoi au juste… Après tout, sauf l’envergure, ce ne sont que de simples maires, au même titre que le maire de St-Clin-Clin.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s