Une tempête dans un verre d’eau

2012-10-28 001AMême à des milliers de kilomètres du Québec, les conflits linguistiques ne connaissent pas de frontière. Ici, à Pioneer Village, pour une question de mauvaise volonté évidente, une petite et infime demande légitime venant de la clientèle francophone a pris des proportions insoupçonnées. Ce genre de conflit qui se règle en un tournemain mais qui dégénère. Pour danser le tango il faut être deux mais voilà, l’autre danseur refuse de suivre les pas.

Je vous mets en contexte; Au fil des années, la population francophone s’est considérablement développée dans le parc au point de dépasser les 40%. Un comité social gère les nombreuses activités et celles-ci se déroulent dans l’harmonie. La cohabitation n’a jamais posé problème et j’irais jusqu’à dire que la franche camaraderie entre les communautés est apparente. Cependant, tous les francophones ne sont pas bilingues et il devient difficile de bien comprendre certaines consignes ou même de suivre les instructions qui sont émises dans le déroulement d’événements.

Ce qui a amené nos représentants francophones désignés, l’an dernier, à demander au comité social, la possibilité que ces activités soient bilingues, en ce sens qu’une personne du groupe des francophones se porterait volontaire pour traduire directement, les instructions ou allocutions durant le cours de ces activités. L’ouverture était créée et l’expérience fut tentée lors d’une activité subséquente, couronnée de succès. Il faut ajouter que la Direction du parc avait déjà offert à tous ses clients, les formulaires administratifs bilingues, selon nos représentations.

Mais voilà que dernièrement, le comité social a fait volte-face au point d’interdire une telle pratique, sans justification aucune. La décision a provoqué un malaise dans la communauté francophone qui a porté écho jusqu’à l’administration générale du parc qui a menacé de dissoudre le comité social actuel à la mi-avril et de procéder à l’élection d’une nouvelle instance, bilingue cette fois, chapeautée à un directeur administratif qui verrait au bon fonctionnement des activités. La tempête venait de prendre forme.

De partout, les commentaires allaient bon train dans les chaumières. Les représentants des différentes communautés et les administrateurs se sont rencontrés pour régler le conflit, sans succès et d’où la proposition de dissoudre le comité social actuel.

Aujourd’hui, se tenait à la salle communautaire, une assemblée générale extraordinaire du comité social, afin d’informer les résidents et campeurs des derniers développements et surtout d’obtenir leur support dans l’imbroglio. Le visage sombre du comité était annonciateur de mauvaises nouvelles. Premier malaise lorsque le président demandait, par un vote à main levée, ceux et celles qui donnaient leur support au comité. Drôle de façon pour créer de l’animosité, heureusement sans conséquence. Puis, les propos qu’il tenait étaient négatifs, voire sombres envers l’avenir du comité. Curieusement, le président était disposé à entendre les commentaires de la salle, mais refusait toute question.

Tour à tour, des intervenants à grande majorité anglophone, ont défilé au micro pour louanger l’excellent travail du comité social dans son implication et l’organisation des différentes activités, sous des applaudissements nourris et reconnaissants de l’assistance. En contrepartie, ils comprenaient mal que la requête des francophones n’ait pas reçu l’approbation des membres du comité social. Trois intervenants francophones ont discouru dans le même sens, démontrant que leur demande était légitime et que le respect des personnes devrait primer. Après une heure de discussions, le président clôturait l’assemblée, sans donner de réponse.

Je suis d’avis que cette tempête dans un verre d’eau n’aurait jamais dû se rendre si loin. C’est tellement banal comme problématique que c’est à n’y rien comprendre. Des cours d’anglais sont offert à la communauté francophone et connaissent un réel succès. Même si certains francophones ont de la difficulté à s’exprimer en anglais, l’effort est là. On ne demande pas au comité social d’apprendre le français, on demande simplement de permettre à nos ressources de franciser les propos lors d’activités. Acquiescer à cette demande est un signe de respect envers une clientèle francophone importante qui contribue au maintien d’une vie trépidante à Pioneer Village.

Tous s’entendent pour dire que le comité social accomplit de façon admirable son travail colossal de divertir la communauté. La décision finale pour trouver une solution au conflit actuel leur appartient maintenant. Ce serait tout à leur honneur, à la lumière des commentaires entendus cet après-midi et dans l’intérêt de la communauté toute entière, qu’ils acceptent la solution des francophones et ne plus regarder en arrière.

5 réflexions au sujet de « Une tempête dans un verre d’eau »

  1. Bravo Normand pour ton article; je crois que tu as su traduire de façon exacte le conflit actuel.
    Ton texte devrait paraître dans le Village dans les 2 langues.
    Gilles

  2. Bonjour aux francophones de la Floride, je suis présentement à Casa Grande,Arizona et je demeure dans un RV Resort(Foothills west) Nous sommes seulement deux québécois sur place et lorsque nous parlons français entre nous deux….ils nous mentionnent que nous sommes aux USA et que l’anglais s’applique….Étant près de la frontière mexicaine, et sachant que plusieurs américains y séjournent(afin d’obtenir des lunettes et du Viagra!!!) je discute avec eux à savoir si ils parlent espagnol au Mexique….ils me répondent non…donc,selon leur résonnement,mon français s’appliquerait chez eux….depuis ce temps,ils pratiquent quelques mots de français avec moi et nous avons beaucoup de plaisir ensemble, Michel…

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s