27% des diplômés universitaires sont des analphabètes fonctionnels

analphabeteUn désastre! Comment, en 2016, en est-on arrivé à une pareille statistique? Et on parle de personnes qui ont un bagage académique important. Le ministère de l’éducation a manqué à sa mission depuis longtemps et le problème perdure. Lorsque je me promène sur les réseaux sociaux, j’ai bien remarqué à regret la piètre qualité du français écrit, mais constater que des universitaires peuvent lire un texte sans arriver à le comprendre… Je tombe en bas de ma chaise. 27%, c’est légèrement plus élevé que 1 sur 4. Qu’est-ce que ça donne comme société?

Hier, Richard Martineau en a fait l’objet de sa chronique, dans les pages du Journal de Montréal et il a très bien vulgarisé le sujet. Je le rejoins dans son analyse et je me permets de le partager avec vous.

Patiner sur la bottine

Le chiffre est hallucinant; 27% des diplômés universitaires sont des analphabètes fonctionnels. Ces individus pourraient lire cette chronique, mais ne comprendraient pas grand-chose. Plus d’un sur quatre!

REPOUSSER LE PROBLÈME
Les gens qui vont à l’université sont censés représenter la crème de la crème, l’élite. Si ça, c’est la crème, vous imaginez les fromages qu’on retrouve au cégep et au secondaire? Comment des universités peuvent-elles accepter des analphabètes dans leurs rangs? Une équipe de la LNH accepterait-elle un joueur qui patine sur la bottine? Une firme de comptables accepterait-elle des employés qui ne connaissent pas leurs règles de multiplication?

C’est quoi, ce laisser-aller? Comment en sommes-nous arrivés là? «Il est en sixième année et ne sait pas lire, mais ça ne fait rien, on va le récupérer au secondaire.»

«Il est en secondaire 5 et ne sait pas lire, mais ça ne fait rien, on va le récupérer au cégep.» «Il est en dernière année de cégep et ne sait pas lire, mais ça ne fait rien, on va le récupérer à l’université.» Et c’est ainsi que les cancres passent à travers les mailles du filet et se retrouvent à faire partie de «l’élite». Un bac en poche, et c’est tout juste s’ils peuvent lire une recette de Ricardo.

FULL GENRE
L’autre jour, j’écoutais deux universitaires parler.

– Ouan, il était fru, genre full fru, t’sé, comme, genre, fru à l’os, tsé…

Ces filles ne se parlaient pas, elles se textaient en utilisant leur bouche. Mais que ces analphabètes se rassurent: même si elles massacrent leur langue, elles n’ont rien à craindre. En effet, au lieu de les encourager à se dépasser pour rejoindre le niveau qu’elles sont censées atteindre à l’université, on va baisser le niveau pour qu’elles puissent passer et, ainsi, se sentir valorisées.

C’est ce qu’on a fait avec l’orthographe. Les gens ont de la difficulté à écrire «oignon»? on va accepter «ognon». Et si le niveau continue de baisser au cours des prochaines années (ce qu’il fera, soyez-en sûrs), on va accepter «onion».

Verrait-on ce genre de nivellement par le bas en mathématiques? «6 X 7 = 42 est trop dur? OK, on va accepter 6 X 7 = un nombre entre 40 et 50.» Bien sûr que non! Mais le français, bof, on s’en fout, l’important est qu’on se comprenne, non?

LES INTELLOS
Pendant ce temps-là, on dit que nous sommes à l’ère de l’économie du savoir. Quel savoirs? Savoir écrire «Wikipédia» dans son moteur de recherche? Nos jeunes peinent à lire et à écrire, mais on prend 10 ans de leur précieux temps pour leur enseigner le récit de Glouskap et la naissance du Guru Nanak.

Pourquoi mieux enseigner le français quand on peut donner des cours d’Éthique et de culture religieuse? C’est tellement important, le vivre-ensemble! La situation est telle que nous tombons en pâmoison quand nous voyons un jeune lire Harry Potter. Un gros livre! Sans image! Qui a été écrit en Angleterre! Ça doit être un intellectuel…

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s