La FQCC célèbre son cinquantenaire (3 de 5)

Cinquante ans, c’est un bon bout de chemin pour une organisation, et 2017 marque le cinquantenaire de la Fédération Québécoise de Camping et Caravaning (FQCC). Ma conjointe et moi en sommes membres depuis 2002 et tous les rassemblements qu’on a vécu depuis, nous ont toujours laissé d’impérissables souvenirs. Pour faire revivre le chemin parcouru, la FQCC a eu l’idée de publier 5 brochures qui décrivent sa riche histoire, une pour chaque décennie. Voici la troisième que je me permets de partager avec vous.

La décennie 1987-1997

Le virage « service aux membres »

Sous la présidence de Renald Ouellet (1987-1989), la FQCC entreprend la troisième décennie de son histoire, stimulée par la création d’ententes de partenariat importantes. La FQCC enregistre en 1988 son 1000e membre et compte cinq employés à temps plein.

La FQCC rêvait depuis longtemps d’offrir à ses membres des avantages financiers attrayants. Portée par l’exceptionnel coup d’envoi donné par l’entente conclue en novembre 1985 avec CGU, Compagnie d’assurance du Canada, aujourd’hui Aviva, la FQCC continue de bonifier son offre de produits et services, ce qui devient un élément déterminant pour fidéliser ses membres. La FQCC s’oriente donc vers un nouveau créneau qui fait toujours sa force aujourd’hui : le service aux membres.

Toutefois, tout ne se passe pas sans embûches et certaines sont menaçantes. En 1990, la FQCC subit un coup dur. Elle perd 30 % de ses revenus à la suite de la décision du ministère du Loisir, de la Chasse et de la Pêche de couper une partie des subventions accordées aux fédérations sportives et de loisir, dont celle de la FQCC. Le président de l’époque, Jean Taillon (1989-1993), manifeste ouvertement son désaccord et se fait le porte-parole de l’insatisfaction de toutes les fédérations de loisir auprès du gouvernement. Recevant peu d’écoute de ce dernier et après mûre réflexion, M. Taillon et son conseil d’administration mettent tout en œuvre pour que l’organisme devienne financièrement indépendant. Il faut souligner que le soutien financier de Jean-Claude Leclerc Assurances, aujourd’hui Leclerc Assurances, a grandement aidé la FQCC à poursuivre sa mission. La sagesse et la prévoyance du conseil d’administration associées au soutien d’un partenaire fidèle ont permis d’atténuer considérablement l’impact de cette crise.

Bien sûr, cette crise entraîne aussi l’application de mesures de redressement, dont la hausse de 12 % du tarif d’adhésion. Mais les membres restent quand même fidèles à la FQCC. Tout le monde se retrousse les manches et la fédération oriente son développement en mode entrepreneuriat en multipliant les projets.

Création de nouveaux services

Déterminée à constamment ajouter une plus-value à sa carte de membre en y incluant davantage de rabais et en améliorant de plus en plus l’accès à l’information sur le camping et le caravaning, la FQCC décide en 1988 de compartimenter ses activités et de revoir ses façons de faire. Afin de gagner en efficacité, elle crée différents services sous la responsabilité de la direction générale. Évidemment, le premier service à être créé est le Service aux membres qui gère les adhésions et les renouvellements. Vient ensuite la création du service du tourisme et des communications. La mise en place de ces deux services permet à la direction générale de se concentrer sur le développement et la vie démocratique.

Le service du tourisme et des communications a rapidement été scindé. Le service du tourisme devient alors Service Voyages et offre en 1988 un nouveau produit touristique appelé forfait voyage. Dans le sillon de ces forfaits, sept familles partent en 1992 pour le Mexique, accompagnées d’un chef de caravane. C’est le premier circuit-voyage à se rendre à cette destination.

Vers la fin des années 1990, la direction générale transforme le poste de directeur général adjoint en Service aux membres et développement régional, aujourd’hui le service de la Vie associative. Avec ces trois services bien dirigés, la direction générale consacre désormais tous ses efforts à la gestion et au développement des affaires.

Un élan de transformation et de créativité

La FQCC rajeunit considérablement sa signature visuelle en 1992 en adoptant un nouveau logo. Elle se dote d’une pochette d’information, informatise sa comptabilité et le Programme des découvertes devient Activités et Services. Elle met également sur pied le Club des gouverneurs qui regroupe tous les anciens présidents de la FQCC.

En 1990, l’Association des terrains de camping du Québec (Camping Québec) et la FQCC unissent leur savoir-faire et mettent sur pied du Conseil de Développement du Camping au Québec (CDCQ). En 1996, le gouvernement du Québec mandate ce nouvel organisme pour procéder à la classification des terrains de camping. Le CDCQ a également comme objectif de produire le Guide du camping au Québec. Le tirage de ce guide atteint les 150 000 exemplaires.

Quatre ans plus tard, Communications Camping Caravaning, organisme à but lucratif, est créé. Cette maison d’édition a pour principal mandat de publier, en français, un magazine spécialisé sur la pratique du camping et du caravaning. Le projet d’éditer un magazine est porté à bout de bras par Robert Aubin, vice-président de la FQCC et par André V. Langevin, dont les conseils ont été très précieux. Ce dernier est nommé rédacteur en chef du futur magazine et occupe ce poste jusqu’en 2004.

C’est en 1995 que paraît le premier numéro du magazine Camping Caravaning. Publié par la maison d’édition créée l’année précédente et inclus dans l’adhésion à la FQCC, il succède avec brio au bulletin d’information Bonjour Campeur. « À ses débuts, Camping Caravaning comptait 48 pages », se rappelle la directrice de la publication, Louise Gagnon. Aujourd’hui, il compte en moyenne 100 pages et chacun de ses huit numéros par année est tiré en moyenne à 40 000 exemplaires. Depuis toujours, Camping Caravaning présente des essais routiers de véhicules récréatifs, des destinations, des portraits de terrains de camping, des dossiers d’actualité et une foule de renseignements sur les VR et la pratique du camping et du caravaning.

De longues représentations

En 1990, débutent les représentations de la FQCC après de la SAAQ pour abolir la vérification mécanique pour les véhicules récréatifs et pour que les coûts d’immatriculation de ces véhicules soient révisés. La SAAQ fait marche arrière à la fin 1993 et abolit la vérification mécanique pour les VR. Quant au coût d’immatriculation, la saga se poursuit dans la décennie suivante.

À ces deux dossiers importants, s’ajoute celui de l’implantation d’un terrain de camping sur l’île de Montréal. Malgré tout le travail investi dans ce projet, il ne se concrétise pas.

C’est également en 1990 que la FQCC collabore avec l’Office de la langue française pour établir une terminologie propre au camping et au caravaning, particulièrement en ce qui a trait aux types de véhicules récréatifs.

Objectif : le monde

Cette décennie est également marquée par l’ouverture sur le monde. Les présidents Ouellet et Taillon y voyaient un potentiel de développement intéressant et ils suivent de près les activités de la Fédération internationale de camping et de caravanning (FICC). Cet organisme, fondé en 1933, rassemble des fédérations et des clubs de camping d’une trentaine de pays. Chaque année, la FICC invite les campeurs et les caravaniers du monde entier à participer à un rallye international, un évènement très couru.

Afin de prendre le pouls de l’organisation d’un rallye international, le directeur général, Irman Bolduc, est délégué en 1986 à prendre part à un tel rallye qui se tient en Hongrie. Il y est chaleureusement accueilli et les organisateurs lui permettent même d’assister à l’assemblée générale annuelle de la FICC à titre d’observateur. Il revient de Hongrie avec une longue liste de contacts et une foule d’informations recueillies au fil de ses rencontres avec les organisateurs. De plus, sa rencontre avec le président de la FICC confirme la pertinence de se tourner vers l’international pour que la FQCC puisse rayonner dans le monde entier. Et c’est en 1987 que la FQCC devient officiellement membre de la FICC à titre de représentant du Canada et qu’elle participe au rallye qui se tient au Danemark.

Depuis longtemps, germe dans la tête des dirigeants de la FQCC le grand projet d’organiser un rallye international de camping et de caravaning en territoire nord-américain, ce qui serait une première pour la FICC. Lors de sa participation au rallye international de 1988 en Irlande, la FQCC met la FICC au courant de son projet. La candidature du Canada est accueillie favorablement, mais l’Espagne fait aussi son entrée dans la course. Motivés, le conseil d’administration et la direction générale se mettent aussitôt au boulot et montent un dossier très bien documenté. À Bromont, ils trouvent un site pouvant recevoir des milliers de véhicules récréatifs et sollicitent le soutien financier de plusieurs instances, dont celui de la ville hôte du rallye. Au rallye international de 1989 à Taïwan, la FQCC pose officiellement sa candidature qui est acceptée, au grand soulagement du président Jean Taillon qui avait consacré énormément de temps et d’énergie à ce projet. Un beau travail d’équipe et une saga qui se termine bien !

Organisation d’un premier rassemblement international

C’est en 1992 que la FQCC organise le 53e Rallye international de camping et de caravaning qui se tient à Bromont. Ce grand rassemblement accueille 4 500 campeurs venus de 26 pays, tous prêts à découvrir le mode de camping nord-américain, le Québec et la programmation sans pareille élaborée par la FQCC. Le tout se passe sous une pluie torrentielle ! Ce rallye est qualifié de « rallye de la solidarité » par les Européens qui y ont participé. Les délégués de la FQCC aux rallyes internationaux des années suivantes ont entendu une foule de commentaires de la part des campeurs qui avaient participé au rallye à Bromont. Ils se souviennent d’avoir été très touchés par l’accueil chaleureux qu’ils ont reçu. Ils ont oublié la pluie, mais n’oublieront jamais le caractère amical et le sens de l’entraide des Québécois.

Le succès de ce rallye a sûrement grandement contribué à l’élection du Canada au conseil d’administration de la FICC en 1996. En siégeant à ce conseil, la FQCC devient une voix importante sur la scène internationale et observe comment le camping est pratiqué, encadré, promu et soutenu dans d’autres pays, plus particulièrement en Europe.

Deux autres grands projets

En 1993, la FQCC franchit le cap des 10 000 familles membres grâce, entre autres, au succès remporté par un avantage exclusif aux membres, en l’occurrence la réduction sur la prime d’assurance de véhicule récréatif. Sous la présidence de Clarence Boutin (1993-1999) et encouragée par la croissance de son nombre de membres, la fédération va de l’avant avec deux autres grands projets qui lui tiennent à cœur : la création d’une agence de voyages spécialisée en tourisme caravanier et l’organisation d’un grand rassemblement d’ouverture de saison.

Ayant pris goût à l’organisation d’évènements d’envergure et grâce au soutien du président Clarence Boutin qui croit fermement au projet, la FQCC propose à ses membres en 1996 de participer à un grand rassemblement d’ouverture de saison à Saint-Jean-sur-Richelieu. Plus de 1 000 familles membres acceptent le rendez-vous.

En 1997, le Service Voyages est converti en agence de voyages accréditée par l’Office de la protection du consommateur, portant le nom de Service Voyages FQCC. L’agence propose aux membres une offre touristique diversifiée. Les itinéraires empruntés par les circuits-caravanes se multiplient sur tout le continent nord-américain. Les caravaniers se déplacent du nord au sud rassurés par la formule de groupe unique qui laisse beaucoup de place aux temps libres. Dès sa première année, Service Voyages FQCC organise et offre vingt circuits-caravanes aux campeurs.

Effervescence dans les régions

La vie régionale se développe au même rythme que la fédération. L’association régionale de camping et de caravaning (ARCC) Côte-Nord reprend du service, car elle peut dorénavant compter sur un nombre suffisant de membres pour former un conseil d’administration. Les ARCC Beauce-Appalaches et Outaouais sont créées et l’ARCC Rive-Sud métropolitaine est scindée pour former les ARCC Montérégie-Nord et Montérégie-Sud. Pour soutenir tout ce mouvement, la FQCC fournit et tient à jour plusieurs outils de gestion destinés aux administrateurs régionaux.

Au cours de toute la décennie, la popularité de Lotomatique, programme d’abonnement par dépliant à différentes loteries de Loto Québec ne cesse de s’accroître. Ce programme est une source de financement efficace pour la FQCC qui en redistribue annuellement la ristourne aux ARCC. L’intérêt des membres est si grand que la FQCC se classe parmi les meilleurs organismes vendeurs de Lotomatique.

C’est un peu étourdie par toutes ses réalisations que la FQCC termine la décennie 1987-1997. Elle compte à ce moment 16 000 familles membres, ce qui donne du poids à ses actions et ce qui incite les principaux intervenants du camping et du caravaning à écouter ce qu’elle a dire.

Une réflexion au sujet de « La FQCC célèbre son cinquantenaire (3 de 5) »

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s