La fête des patriotes

Aujourd’hui, ce lundi 22 mai, le Québec célèbre la journée nationale des patriotes pour « honorer la mémoire des hommes et des femmes qui, depuis l’implantation des institutions parlementaires en 1791, ont milité pour les droits de la majorité, dont celui du peuple à se gouverner lui-même. » Cette fête en est une de l’histoire et de la mémoire pour se rappeler notre devoir de vigilance pour protéger nos droits juridiques et nationaux.

Cette année, le Mouvement national des Québécoises et Québécois publie une brochure pédagogique gratuite permettant de comprendre en quoi les rébellions de 1837-1838 constituent un moment charnière de l’histoire du Québec.

Le Québec dans l’Âge des révolutions

La lutte patriote pour la démocratie se déroule durant une période particulièrement troublée de l’histoire occidentale. Cette période s’ouvre sur la Révolution américaine de 1775 et se conclut avec le Printemps des peuples de 1848, quand plusieurs nations européennes entrent simultanément en révolution. L’affrontement entre les monarchies absolues, qui se réclament un droit divin des rois, et les républicains, qui revendiquent la souveraineté du peuple, domine cet âge des révolutions. On pense bien sûr à la Révolution française de 1789, qui s’étend ensuite à travers l’Europe par les conquêtes de Napoléon. On pense aussi aux révolutions qui, partout en Amérique latine et dans les Caraïbes, font subitement chavirer tout un continent dans les régimes républicains, ne laissant guère, et jusqu’à nos jours, que l’Amérique britannique sous la coupe d’une monarchie européenne.

Si l’Âge des révolutions est aussi ponctué par des crises sociales et des grèves ouvrières en France et en Angleterre, il demeure surtout marqué par des luttes nationales contre des empires despotiques. Ces révolutions nationales sont pour la plupart animées par les milieux libéraux et progressistes, qui trouvent dans l’histoire de leur patrie et dans l’esprit romantique du temps, les motifs pour nourrir leurs rêves d’indépendance.

L’actualité internationale des années 1830 est donc dominée par la lutte du peuple grec qui se défait peu à peu de l’emprise de l’Empire ottoman, par la Belgique qui se détache des Pays-Bas, par l’Italie, secouée par des révoltes contre la domination de l’Autriche, et où on parle d’unir tous ces petits royaumes italiens en une grande république. Le sort de la malheureuse Pologne émeut alors beaucoup la communauté internationale. Le peuple polonais mène en 1830 une révolte désespérée contre l’Empire russe. Qui l’écrase brutalement sans qu’aucun autre pays ne se porte à son secours. De son côté, le peuple irlandais a entrepris une longue requête de ses droits, suite à une révolte sauvagement réprimée par le Royaume-Uni en 1798 (avec des moyens qu’on retrouvera plus tard appliqués au Bas-Canada). L’abolition du Serment du test en 1829 permet désormais aux députés catholiques irlandais de siéger au Parlement de Westminster. Partisan du compromis face à Londres, le leader irlandais Daniel O’Connell est alors sûr de faire abroger l’humiliant Acte d’Union de 1801.

Les grands empires continuent néanmoins de dominer l’échiquier mondial. Lors du congrès de Vienne en 1815, le Royaume-Uni, la Russie et l’Autriche s’entendent pour maintenir solidement les nations sous la domination de monarchies conservatrices. De son côté, la France a perdu beaucoup de son influence, elle-même secouée par une révolution en 1830 et de plus en plus à la remorque de son allié anglais. Elle tente bien de se redonner une gloire coloniale en Algérie, mais ne compte nullement se mêler des affaires du Canada, en dépit des appels pressants de Papineau.

La puissance du Royaume-Uni n’a alors pas d’égale dans le monde. Déjà carrefour international du commerce des produits coloniaux, il est aussi en passe de devenir «l’atelier du Monde», grâce à sa formidable révolution industrielle. La suprématie navale du Royaume-Uni est alors telle qu’elle lui permet d’intervenir sur n’importe quel point du globe, partout en somme où les intérêts commerciaux britanniques pourraient être menacés : dans l’Atlantique Sud (Falkland, 1833), au Proche-Orient (Aden, 1839; Beyrouth, 1840), en Extrême-Orient (Hong Kong, 1841), en Afghanistan (Gandamak, 1842) ou en mer Noire (guerre de Crimée, 1853).

C’est dire combien nos patriotes s’en prenaient à plus fort qu’eux en 1837…

Bonne fête des patriotes.

Source : Journal de Montréal, 20 mai 2017, p. 14

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s