Vous dites chanceux…? Ça s’peut pas!

Je me considère très chanceux et très heureux dans la vie. Elle se déroule très bien, malgré ses aléas. Mais les tirages… c’est pas pour moi. Des prix de présences, de participations, des encans chinois des moitié-moitié, la chance m’a souri une ou deux fois et c’est tout.

Généralement pour ne pas dire tout le temps, si mon numéro est tiré, c’est pour un cadeau qui ne m’est d’aucune utilité… des peccadilles. Malgré tout, j’en achète quand même pour encourager les organisations qui dépendent souvent de ces sources de financement.

Et je ne blâme pas les commanditaires qui ne sont pas obligés d’y souscrire. Ils n’ont pas à donner leur marchandise, mais le font eux aussi de bon cœur pour supporter les organisations majoritairement sans but lucratif. Évidemment, on se ramasse avec toute une gamme de cadeaux, allant de la carte ou certificat cadeau au téléviseur dernier cri, en passant pas des gadgets et cadeaux utilitaires intéressants pour certains et inutiles pour d’autres.

L’encan chinois a réglé ce problème parce que chaque cadeau possède sa propre boîte à billets; tu déposes tes billets de tirage dans cette boite associée à un cadeau qui t’intéresse. En somme, si tu es chanceux, tu risques de gagner un cadeau que tu as choisi de recevoir. Je suis très rarement gagnant dans ce genre de tirage.

Ici, à Pioneer Village en Floride, c’est différent. On regroupe tous les cadeaux dans trois boîtes et quand tu mets tes billets dans ces boîtes tu cours la « chance », si je peux m’exprimer ainsi, de gagner un des prix du groupe. Ça peut être n’importe quoi. À ce genre de tirage je suis excellent… pour mettre la main sur un présent qui ne m’intéresse absolument pas. Ce fut le cas en fin de semaine.

Tout ce préambule pour vous raconter ma dernière aventure ou la « chance » m’a souri en fin de semaine dernière durant les Pioneer Day’s. De tous les cadeaux offerts, un seul m’intéressait; le barbecue au gaz Weber. J’en avais besoin parce que je n’en possède pas… bonne raison. Le tirage a eu lieu en mon absence samedi après-midi et plus tard en soirée je prends connaissance des numéros gagnants non-réclamés. J’ai gagné! Hourra! Mais gagné quoi? Je ne sais pas, il n’y a rien d’inscrit sur le tableau.

Est-ce le barbecue? J’aimerais bien, mais Louise est un peu sceptique… elle pense que ce sera un certificat cadeau… une enveloppe, comme on les appelle. La routine quoi! Après une heure trente d’attente, le responsable des cadeaux s’amène. Je lui présente fièrement mon billet gagnant et sa conjointe sort alors la pile d’enveloppes de son sac à main. L’appréhension de Louise venait de se concrétiser; c’était l’enveloppe qui accompagne cet article.

Un certificat cadeau de 19$ chez le coiffeur du coin. J’ai si peu de poils sur le caillou qu’il sera périmé avant de l’utiliser. Le genre de cadeau que tu mets de côté en attendant le moment propice pour t’en servir… et tu l’oublies. En tout cas, une enveloppe comme ça c’est loin de te griller un bon steak.

C’est le type de cadeau que je gagne facilement. Il y a quelques années, lors d’un tournoi de golf, un des prix de présence était un magnifique sac de golf à l’effigie des Canadiens de Montréal. En conversation avec une autre personne, j’entends qu’on procède à ce tirage et c’est mon numéro qui sort. Je me dirige rapidement vers l’estrade pour me faire dire qu’il y avait erreur et que le sac devait être tiré à la fin du tirage. J’ai dû piger un autre cadeau; une douzaine de balles de golf. Chanceux comme ça s’peut pas !

Comme vous pouvez le remarquer sur la photo j’ai souligné les mots Pass it on. C’est ce que j’ai décidé de faire; le donner à quelqu’un d’autre. Si ça vous intéresse, passez me voir après 10h, au D2-18 et je le remettrai au premier arrivé. Promis!

2 réflexions au sujet de « Vous dites chanceux…? Ça s’peut pas! »

  1. Je ne gagne pas souvent, mais je ne participe pas souvent non plus.
    Le plus gros cadeau que j’ai gagné, j’avais 12 ans, j’étais dans les guides. Pour Pâques, nous avions vendu des billets pour financer nos activités annuelles. Je n’ai pas gagné le cadeau pour la meilleure vendeuse, je déteste vendre quoique ce soit. Mais j’ai gagné le gros gros gros groslot: Un énorme lapin en chocolat, 4 gros lapins, 8 moyens et des dizaines de cocos en chololat.

    Mais, comme vous dites, la vraie chance n’est pas là, n’est-ce pas?

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s