Questions de « Snowbirds »

Les frontières américaines tardent à rouvrir, contrairement aux nôtres qui sont ouvertes depuis le 9 août. Il nous faudra attendre au 21 août pour savoir ce que Joe Biden réserve aux « snowbirds ». Autre mauvaise nouvelle de la Floride, le variant delta fait des siennes et la quatrième vague de COVID-19 s’est installée et fait de plus en plus de victimes.

L’entêtement de Ron DeSantis, leur gouverneur, y est pour beaucoup. C’est à espérer que l’hiver qui vient ne sera pas une réplique de la dernière.

Quoi qu’il en soit, voici deux pertinentes questions-réponses, tirées de la section « Le jaseur » de la revue trimestrielle de l’Association canadienne des snowbirds, été 2021.


Q-1 Je vous écris pour obtenir des explications sur le passage qui suit, tiré du formulaire 8840 de 2020. Voici ce qui est stipulé à la page 3 : (traduction : « …vous ne serez pas traité comme un résident américain pour l’année 2020 si : vous étiez présent aux États-Unis moins de 183 jours en 2020.) Donc, comment un « snowbird » risque-t-il alors d’être imposé aux États-Unis sur la base d’une période « consécutive » de 12 mois, comme mentionné dans la même section d’un numéro précédent de ce magazine ?

Le formulaire 8840 énonce clairement qu’on peut rester aux États-Unis 182 jours dans toute année civile, donc n’est-ce pas tout ce qu’un « snowbird » doit documenter et s’efforcer de respecter ? (traduction : Exception à la règle du lien le plus étroit – Même si vous satisferiez normalement au critère de présence importante, vous ne serez pas traité comme un résident américain pour l’année 2020 si : vous étiez présent aux États-Unis moins de 183 jours en 2020; vous établissez que durant l’année 2020, vous aviez une résidence à des fins fiscales dans un pays étranger; et vous établissez que durant l’année 2020, vous aviez un lien plus étroit avec un pays étranger où vous aviez une résidence à des fins fiscales qu’avec les États-Unis, sauf si vous aviez un lien plus étroit avec deux pays étrangers.)

R-1 C’est une des questions les plus fréquentes. Deux agences américaines surveillent les « snowbirds »; l’une est la U.S. Customs and Border Protection (douanes), qui vérifie le temps que nous passons aux États-Unis et notre droit d’y séjourner. Selon cette agence, une personne ne peut séjourner aux États-Unis plus de six mois dans toute période de 12 mois. Ceci n’a rien à voir avec une année civile.

Par exemple, si vous allez normalement aux États-Unis séjourner six mois chaque année à partir du 1er octobre et rentrez au Canada à la fin de mars, aucun problème, étant donné qu’il s’agit d’une période de six mois.

Mais supposons que vous ayez à assister à un mariage au Canada et que vous n’êtes pas parti avant le 1er novembre. Vous avez quand même décidé de séjourner six mois, et êtes reparti fin avril. Ça va encore. Mais l’année suivante, si vous décidez de reprendre vos dates habituelles, alors là, ça NE VA PLUS. Vous compteriez les trois premiers mois habituels –, mais à cause du mariage, vous avez passé quatre mois aux États-Unis au début de l’année, donc sept mois en tout, ce qui est illégal.

Les sanctions peuvent être sévères, comme une interdiction de séjour aux États-Unis, alors attention à ces jours en trop.

Q-2 Je viens de rentrer du Texas après avoir passé 3 mois et demi dans la vallée du Rio Grande et je me dis que l’Association doit avoir accès à certaines données. À combien estimez-vous le nombre de « snowbirds » qui ont séjourné dans le sud des États-Unis l’hiver dernier ?

Je me demande combien de réclamations liées à la COVID les « snowbirds » assurés avec Medipac ont-ils soumis ?

J’imagine que la plupart sont rentrés au Canada pleinement vaccinés. Étant donné que le gouvernement suit de près chaque « snowbird » qui rentre au pays, je serais curieux de savoir combien de « snowbirds » vaccinés ont eu un test positif à la COVID ?

Le gouvernement fédéral devrait avoir ce genre de données. À notre retour, on nous a bien demandé si nous avions été vaccinés. J’apprécierais beaucoup que vous fassiez la lumière sur la question.

R-2 D’après nos statistiques et estimations, nous croyons qu’environ 500 000 « snowbirds » sont allés aux États-Unis l’hiver dernier. Selon le Conference Board du Canada, durant les 5 premiers mois de la saison hivernale de voyage (novembre à mars), 824 000 Canadiens ont fait un voyage au départ du Canada (toutes destinations confondues), comparativement à 12,8 millions à l’hiver 2019-2020. Medipac a reçu 16 réclamations en lien avec la COVID pendant cette période, dont seulement une s’élevait à plus d’un million de dollars, mais nous avons seulement assuré environ 25 000 de ces « snowbirds ».

J’aimerais bien avoir les vraies statistiques du gouvernement touchant tout aspect de la COVID. Ce que je sais, c’est que chaque « snowbird » qui est rentré par avion avait un test négatif AVANT de pouvoir monter dans l’avion. Ils ont ensuite été tenus de passer deux autres tests COVID dans les huit jours suivants. J’imagine que ces tests ont tous été négatifs, comme les nôtres. Trois tests en 10 jours, c’est bien entendu ridicule.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :