LES LEÇONS D’AMOUR – ÉDITH PIAF (1915-1963)

La Une

Les plus vieux ont connu Édith Piaf, décédée à 47 ans. Cette grande chanteuse internationale chantait l’amour et aussi ses déceptions. Le texte qui suit, ravivera les mémoires et pour les autres, c’est une femme à découvrir partie trop jeune et qui ne l’a pas eu facile. Voici son histoire.


Elle est née avec le nom Edith Giovanna Gassion, fille d’une chanteuse de rue et d’un acrobate de cirque qui l’a abandonné avant même sa naissance. Sa mère, sur le point d’accoucher, n’a pas atteint la maternité : Édith est née dans la rue, sous un lampadaire, en face du 72 rue de Belleville à Paris, le 19 décembre 1915.

Sa mère était trop pauvre pour l’élever et l’a donné en garde à sa grand-mère maternelle, qui, au lieu de biberon, la nourrissait avec la bouteille de vin, avec l’excuse qu’ainsi les germes seraient éliminés.

Le père en hérita alors qu’il était sur le point de partir à la guerre de 14-18, la grand-mère en hérita de nouveau (propriétaire d’une maison close à Bernay, Normandie). Édith y fut élevée par des prostituées.

Quand elle eut à peine quatre ans, une méningite la rendit aveugle, mais bientôt elle recouvra la vue, grâce au pieux pèlerinage, expliqua sa grand-mère, fait avec sa petite-fille à l’église de Sainte-Thérèse de Lisieux, ville française, département du Calvados, région de la Basse-Normandie.

Les premières années de la vie d’Édith furent difficiles, son adolescence fut encore pire. Quand elle eut dix ans, son père tomba gravement malade. Alors, elle commença à chanter dans les rues, pour quelques pièces que les passants lui jetaient.

Dans ses premières représentations, Édith chantait seulement la Marseillaise, parce que c’était la seule chanson qu’elle connaissait.

Après la Première Guerre mondiale, son père revint du front et l’amena à vivre la vie des artistes de petits cirques itinérants, puis la misérable vie des rues des artistes indépendants. Édith révéla son talent et sa voix exceptionnelle dans des chansons populaires en chantant dans les rues avec son père, comme sa mère l’avait fait avant elle.

En 1933, à 17 ans, elle a une fille avec son amant Louis Dupont, appelée Marcelle, qui mourut de méningite à l’âge de deux ans en 1935.

Son autobiographie est intitulée « Au bal du hasard ».

SA VIE AMOUREUSE

Édith n’est pas précisément ce qu’on appelle une jolie femme, et ne mesure que 1,53 m. C’était une sorte de femme fatale dégageant un charme particulier ensorcelant beaucoup d’hommes.

Il y eut des petits voyous, des artistes de rue, puis des hommes célèbres comme Marlon Brando, Yves Montand, Charles Aznavour et George Moustaki. Elle s’amusait à les éblouir, les séduire puis les abandonner.

Il y eut aussi le célèbre champion boxeur Marcel Cerdan et l’acteur John Garfield.

Même la célèbre Marlene Dietrich, qui lui a donné un diamant d’un quart de carat pour une chaude nuit d’amour.

Édith a continué à vivre « La vie en rose » en dépit d’un terrible accident de voiture dans lequel elle eut de multiples fractures. Les médecins lui prescrivirent alors de la morphine, elle en devient très vite dépendante.

« Depuis quatre ans, je vivais presque comme un animal ou une folle : rien n’existait pour moi en dehors du moment où je me faisais mon injection et finalement sentais l’effet de la drogue. »

Piaf s’injectait la drogue à travers ses vêtements et ses bas, quelques instants avant de rentrer en scène. La seule fois où elle a chanté sans morphine, ce fut un vrai désastre, elle fut même huée par le public.

Puis, elle commença à boire de façon incontrôlée malgré l’hostilité de ses amis. Elle cachait ses bouteilles d’alcool, et rien n’y fit.

Quoi qu’il en soit, le public l’adorait : car elle était l’icône de la France d’après-guerre, une vraie diva.

Toutefois, cette vie sauvage et vide ne la rendait pas heureuse, elle l’assumait parfaitement. C’était sa nature parfaitement identifiée par sa célèbre chanson « Non, je ne regrette rien », chanson qui remplissait ses yeux de larmes.

Elle atteignit 46 ans sans trop savoir comment, quand, soudain, elle trouva le grand amour. Ce qui déboucha sur une relation qui choqua le monde entier. Il s’agissait de Théo Sarapo, un jeune Grec de 20 ans son cadet.

Édith affirma que c’était son dernier amour et le plus grand de sa vie. Elle l’épousa et tout le monde pensait que c’était un « gigolo » qui voulait profiter de sa richesse.

Il était difficile de croire à l’amour d’une femme mûre et célèbre avec un jeune adonis grec, mais Édith criait à qui voulait l’entendre que Théo était le seul homme qu’elle avait vraiment aimé.

Un an après son mariage avec Théo, le jeune Grec, en 1963, Édith Piaf mourut à son domicile, sur le boulevard Lannes à l’âge de 47 ans, victime d’une cirrhose avancée, ses fonctions vitales détruites par la morphine.

Le grand amour de sa vie n’avait duré qu’un an.

Théo Sarapo était le seul héritier d’Édith Piaf. Les droits d’enregistrement, droits d’auteur et de films sont tous allés dans son compte bancaire ! Cela confirmait les soupçons de tous !

L’image de gigolo, opportuniste et sans scrupules, était repartie dans le monde entier, tandis que le silence du Grec confirmait tous ces soupçons.

Cependant, sept ans plus tard il faisait de nouveau les manchettes des journaux, Théo Sarapo mourait dans un accident de voiture. Il avait survécu 7 ans jusqu’à épuiser le « fameux » héritage de sa femme, qui n’était, en fait, qu’une longue liste de dettes.

La maladie et la toxicomanie d’Édith Piaf l’avaient mis en faillite totale avec des dettes jusqu’au cou. Théo Sarapo paya silencieusement, comme il le pouvait, toutes les dettes de sa bien-aimée.

Après avoir remboursé jusqu’au dernier centime, il disparut dans un accident de voiture à Limoges. Accident ou suicide ? Pourquoi aurait-il voulu de la vie, sans pouvoir la partager avec son seul amour ?

Sur sa table de nuit, on a trouvé une carte disant : « Édith pour toi, mon amour. »

Théo a enseigné au monde et ses détracteurs une belle leçon d’amour. Pendant les sept années nécessaires au remboursement des dettes de sa bien-aimée Édith, jamais on ne l’a vu avec une autre femme.

Il a été enterré à côté d’elle, pour enfin être à nouveau ensemble et chanter en duo dans l’au-delà :

Non ! Je ne regrette rien.

Ni le bien qu’on m’a fait,

Ni le mal,

Tout ça m’est bien égal.

Non ! Je ne regrette rien.

J’ai payé, balayé, oublié…

Je me fous du passé !

Avec mes souvenirs

J’ai allumé le feu,

Mes chagrins, mes plaisirs,

Je n’ai plus besoin d’eux !

Balayé mes amours,

Avec tous leurs trémolos,

Balayés pour toujours,

Je recommence à zéro !

Non ! Rien de rien !

Non ! Je ne regrette rien.

Car ma vie,

Car mes joies,

Aujourd’hui,

Ça commence avec toi…

ÉPILOGUE

C’était donc son histoire.

Les gens jugent à priori toujours sévèrement, à cause des préjugés et la suspicion pour ternir souvent le véritable amour et les bonnes intentions.

Aussi parce qu’Édith nous a montré que toute une vie, qu’aimer et apprécier n’était pas nécessaire. Elle nous a enseigné qu’un an suffit pour passer « le reste de sa vie » avec quelqu’un de spécial.

D’où le titre « Les leçons d’amour. »


27 août 2021

À la douce mémoire de…

Stevie Ray Vaughan 1954-1990, musicien international de blues.


Pensée et citation du jour

Penser sans cesse à se mettre au travail ne labourera pas le champ.

Proverbe irlandais


Ça s’est passé un 27 août…

(1955) Première parution du Livre des records Guinness.

(2002) Production d’une dernière voiture à l’usine General Motors de Boisbriand en banlieue de Montréal.

(2009) Jacques Demers, ex-entraîneur de hockey, est nommé au Sénat par le premier ministre Stephen Harper.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :