Des fautes à profusion

La Une

Inconcevable qu’une personne, de nos jours, ne puisse écrire dans un français correct. Pas impeccable, mais simple et surtout sans fautes.

Aujourd’hui, et principalement dans WORD, ou tout autre traitement de texte, les logiciels intègrent un correcteur grammatical et lexical. On a qu’à regarder le texte qu’on écrit, et observer les soulignements, sous les mots et ensemble de mots selon l’erreur détectée. En rouge, c’est une faute d’orthographe, alors qu’en vert ou en double soulignement bleu, c’est une faute grammaticale. Et il suggère la correction… par un simple clic droit sur l’erreur.

Le statut social n’est pas garant d’un français écrit correctement dans notre société et principalement pour ceux et celles qui ont connu l’enseignement du français phonétique.

Bien sûr, les corrections proposées ne sont pas justes à 100 %, mais il reste toujours le bon vieux dictionnaire, très performant, pour pousser la recherche plus loin.

SE RELIRE

Le problème qu’on rencontre souvent est l’absence de relecture de l’auteur. Fréquemment des structures de phrases, de syntaxes, pourraient être corrigées avec cette vérification supplémentaire. C’est simple !

Mieux encore, faire corriger votre texte par une personne qui s’y connaît pour bien le peaufiner et le rendre adéquat et juste.

Si je me permets ce préambule c’est que nous sommes en pleine période électorale dans les municipalités du Québec et les candidats présentent leur programme respectif par écrit pour convaincre les électeurs.

Demeurant à La Prairie, en banlieue sud de Montréal, un candidat (que je ne nommerai pas) à un poste de conseiller a laissé à ma porte un document faisant part de son expérience et de son programme qu’il entend défendre s’il est élu.

LA RÉALITÉ

Le document fait deux pages et contient 41 fautes de toutes sortes. Des fautes simples en plus. De base.

Dès les premiers mots, je n’ai pu m’empêcher de les relever. Et le monsieur est un professionnel, pas une personne qui n’a jamais dépassé le primaire. On parle d’un ingénieur.

Il me semble que le texte aurait pu être vérifié par une tierce personne, férue d’écriture française, pour ensuite le corriger avant sa distribution.

La langue française est tellement massacrée, qu’il faut prendre le temps de bien l’écrire, surtout quand on veut séduire.


298e jour de l’année

25 octobre 2021

On célèbre aujourd’hui…

LA FÊTE NATIONALE DE LA GRENADE


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Denis BoivinLine Chenard

Bon anniversaire !


On jase là…

Enfin, une écrasante victoire de 6-1 de nos Canadiens contre les Red Wings… Ça sent la coupe ! Réservez vos chaises pour la parade, on est parti !


Pensée et citation du jour

La bonté dans la parole amène la confiance, la bonté en pensée amène la profondeur, la bonté par le don amène l’Amour.

Lao-Tseu


Ça s’est passé un 25 octobre…

(1964) Les Rolling Stones font une apparition dans le « Ed Sullivan show », à New York. Une émeute éclata dans le studio et Sullivan déclara « I promise you they’ll never be back on our show again ». Sullivan promet que le groupe ne se représentera plus jamais à son émission, pourtant il y sera de retour l’année suivante.

(1995) Suite au retour au pouvoir du Parti québécois, son chef Jacques Parizeau entreprend la tenue d’un référendum (le deuxième tenu par la Parti québécois), concernant la souveraineté du Québec. La date est fixée pour octobre 1995. C’est dans le cadre de la campagne référendaire que le premier ministre du Canada de l’époque, Jean Chrétien, fait son appel à la population québécoise pour qu’elle rejette le projet nationaliste proposé par le Parti québécois.

(2005) Dans une lettre qu’il a fait parvenir à des quotidiens montréalais, Raymond Lévesque fait savoir qu’il refuse le prix du Gouverneur général qui devait lui être remis. L’auteur de Bozo les culottes reproche à Michaëlle Jean d’avoir renié dans son discours inaugural le principe des deux nations au Canada, et de s’être présentée aux Québécois comme la commandante en chef de l’armée canadienne.

L’auteur et compositeur affirme également que le référendum de 1995 a été volé, que le gouvernement du Canada a violé les lois du Québec et le droit du peuple québécois à disposer de lui-même.

Raymond Lévesque n’aura qu’à se féliciter de sa décision ; au lieu des 15 000 dollars qui auraient accompagné le prix, il aura plutôt droit à plus de 33 000 dollars recueillis lors d’une collecte de solidarité organisée par une députée bloquiste et la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.


Merci de votre assiduité – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :