Sainte-Anne-Des-Monts : l’éboulis désastreux du 11 décembre 1963

La Une

Pour trois frères des quatre victimes, les images de ce qu’ils appellent « le déboulis » sont toujours bien vives dans leur mémoire.

– Ça ne s’oubliera jamais, laisse tomber Roland Therrien, le benjamin de la famille aujourd’hui âgé de 69 ans.

– Ça a été un déchirement toute notre vie, ajoute son frère Jacques, 72 ans. (Entrevue accordée en 2013).

– Après le souper, l’électricité s’est mise à manquer, raconte le septuagénaire. Je voyais le feu dans les poteaux. J’ai entendu du monde parler qu’un « déboulis » venait d’arriver. Je suis allé voir. Il y avait un précipice. Je suis allé sur le bord. On m’a dit qu’il y avait un camion de tombé. J’ai tout de suite pensé à mes frères. Je les ai cherchés, mais je ne les trouvais pas.

Quelques minutes plus tard, la maison de la famille de Gérard Vallée bascule dans le gouffre.

– Le poêle à bois était allumé, relate Jacques. Le feu a pris dans la maison en tombant.

La dizaine de personnes qui se trouvaient à l’intérieur ont pu sortir à temps.

Presque simultanément, c’est au tour de la maison de Norbert St–Laurent de glisser dans le Saint–Laurent.

– Il dormait dans sa maison, se rappelle Fernand. Ils sont venus le chercher dans le fleuve.

Il en a été tout autant pour la résidence de Georges Pelletier qui a été poussée dans la mer par le torrent de boue.

– La glaise est rentrée dans le Café La Tourelle, propriété d’Alfred Ross, continue Jacques. Tout le monde a eu le temps de sortir. Le camion qui était à côté est tombé dans le cratère.

Un couple, Sylvert Miville et Ghislaine Ross, circulait lorsque le sol argileux s’est dérobé sous les roues de leur véhicule.

– Ils sont tombés, puis ont versé avec le tapon de terre, décrit Jacques. L’auto a arrêté quand le terrain a cessé de glisser.

Les quatre frères Therrien ont eu moins de chance.

– Mes frères ont piqué du nez dans le cratère, puis ensuite, ils ont versé sur le top, explique Roland. Ils sont morts sous l’impact. Ce n’est que le lendemain matin que les corps de Jean–Baptiste, Raymond, Onésime et Benoit Therrien, âgés de 20 à 32 ans, ont pu être récupérés. Raymond était marié et père de trois filles.

Outre les quatre décès et les neuf maisons envasées, renversées sur le toit ou déplacées de leur fondation, au total, vingt-et-une maisons ont dû être démolies ou déménagées.

Selon Jacques, Roland et Fernand Therrien, deux comités de soutien avaient été mis sur pied, l’un pour les pertes matérielles, l’autre pour les pertes de vie.

– Ma famille n’a jamais eu un cent pour le décès de mes frères, déplore Jacques Therrien. On a communiqué avec le curé de l’époque, Thomas Chouinard, puis avec le diocèse, qui nous ont répondu qu’ils n’avaient jamais eu d’argent. C’est pas vrai !

Les trois frères attribuent d’ailleurs la faillite de l’entreprise de leur père, quatre ans plus tard, au fait qu’il n’avait reçu aucune indemnité pour le décès de ses quatre fils, qui étaient aussi ses employés, tout comme pour la perte de son camion-benne.

Source : Les éphémérides d’Alcide


345e jour de l’année

11 décembre 2021

On célèbre aujourd’hui…

LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA MONTAGNE


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Sylvain RaymondLouis-François PaquinPierrette Lapointe

Bon anniversaire !


Pensée et citation du jour

Les gens qui savent faire des efforts, qui s’accrochent à quelque chose de plus grand qu’eux ou qui veulent se dépasser, se sentent plus heureux.

Lise Daignault


Ça s’est passé un 11 décembre…

(1946) L’UNICEF a été fondée en 1946 pour faire face aux besoins d’urgence des enfants au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Elle est la seule organisation des Nations Unies consacrée exclusivement à l’enfance.

(1958) La Société Saint-Jean-Baptiste remet son prix Duvernay à l’écrivaine Anne Hébert.
Après avoir écrit plusieurs recueils depuis 1942, Hébert a fait publier son premier roman, « Les chambres de bois », en 1958.

(2004) Un petit garçon de sept ans a eu la vie sauve grâce à l’implantation d’un cœur mécanique à l’Hôpital Sainte-Justine de Montréal. Le petit Richard avait été admis à l’urgence de l’institution à la mi-octobre souffrant d’essoufflement et de fatigue, situation d’autant plus inquiétante que son petit frère de 10 mois était décédé d’une atteinte cardiaque en juin dernier.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :