Nos Canadiens de Montréal

La Une

J’ai tellement apprécié le texte de Michel Beaudry dans les pages sportives du Journal de Montréal de dimanche dernier, et que j’endosse à 110 %, je ne peux m’empêcher de vous le refiler. Un bijou criant de vérité.

DE L’ÉMOTION SVP !

Kent Hugues inspire confiance. Les commentaires des ceux qui l’ont côtoyé, de ceux qui ont travaillé avec lui sont éloquents. Son parcours est aussi très intéressant.

Ce que je n’ai pas entendu jusqu’ici, toutefois – et ça m’inquiète –, c’est l’identité même qui a marqué et qui devrait caractériser le Canadien depuis sa fondation.

Ce particularisme qui explique tellement les 24 Coupes Stanley remportées par Montréal représentant presque deux fois plus que ses plus proches rivaux, les Leafs de Toronto, qui en ont gagné 13.

Kent Hugues n’est pas francophone, mais il est Québécois et il a bien dit que le Canadien était l’équipe de son enfance.

Magnifique, il devrait comprendre.

Son enfance, c’était il y a entre 35 et 45 ans et c’est lorsque son club d’amour était principalement bâti avec des gars d’ici. Des Québécois comme vous, comme moi et comme les Lemaire, Savard, Lafleur, Lapointe, Bouchard, Cournoyer, Tremblay, Lambert, Larouche, Houle, Larocque, Mondou, et plus tard les Roy, Richer, Lemieux, Damphousse, Carbonneau, Carbonneau, Deblois, Momesso, Boisvert, Brunet, Roberge, Dionne, Desjardins, Brisebois, Daigneault, Dufresne, Gingras, Lebeau.

Si Kent Hugues n’a pas compris ça, il a beau être gentil, poli, il va piocher comme ceux qui n’ont pas entendu Serge Savard, le dernier directeur général gagnant, le dernier qui a levé la Coupe deux fois.

Savard ne l’a pas que dit, il l’a fait. Il a démontré en sélectionnant, en transigeant, en donnant une chance à des non-repêchés afin de réunir le plus de Québécois possible… et il a gagné.

L’idée n’est pas d’aligner trois ou quatre Québécois, mais un clan, une gang de p’tits gars d’ici. Et si on ne gagne pas, au moins, il y aura de l’émotion.

Si Kent Hugues n’a pas compris, son club restera dans la moyenne et sera parmi tant d’autres. Il n’aura pas ce caractère singulier qui a longtemps caractérisé Montréal et sa belle histoire de hockey.

Cette identité qui a été jusqu’à influencer et intégrer ceux qui venaient d’ailleurs comme les Robinson, Nilan, Gainey, Smith, Ludwig, McPhee, Keane, Bellows. Muller… devenus des Montréalais d’adoption qui ont bien saisi la fierté de gagner ici et la honte de l’inverse.

LES NÔTRES D’ABORD

Kent Hugues a le beau jeu. Son nouveau club ne fera pas les séries et il a la chance de commencer à rebâtir tout de suite. Une chance inouïe d’imprégner l’identité, la vraie.

Oui, il a bien fait de prendre l’avion vers l’ouest afin de rejoindre son club et comprendre au plus vite qui veut jouer pour Montréal et qui ne mérite pas cet honneur.

Maintenant, il faut bâtir avec des vrais et il faut éviter que des David Perron, Pierre-Luc Dubois, Anthony Beauvillier, Samuel Girard, Jonathan Marchessault, Samuel Blais, Marc-Édouard Vlasic, Anthony Duclair, ou Mike Matheson nous passent entre les doigts.

Présentement, il y a près de 50 joueurs dans la LNH qui sont des p’tits gars d’ici qui rêvent de porter les couleurs bleu-blanc-rouge.

L’an dernier, j’ai trouvé déchirant qu’on ait tout de suite redirigé Marco Scandella vers Saint-Louis après l’avoir obtenu de Buffalo pour un choix de quatrième ronde. Un super défenseur, un gars de Montréal, le neveu de Sergio Momesso qui est débarqué ici en disant qu’il réalisait son rêve.

Les Blues l’ont tout de suite resigné pour quatre ans. Son rêve tricolore a duré 20 matches.

Il ne faut plus jamais que le Canadien dispute un match sans aucun Québécois dans l’alignement comme c’est arrivé il n’y a pas si longtemps.

N’oubliez jamais qu’il y a plus de cent ans, cette équipe a été fondée pour les Canadiens français et on a même fait le choix de lui donner les couleurs de la France. Quand on sait d’où on vient, habituellement, on sait où on s’en va.


25e jour de l’année

25 janvier 2022

Pensée et citation du jour

L’art d’être parent consiste à dormir quand le bébé ne regarde pas.

Proverbe américain


Ça s’est passé un 25 janvier…

(1947) Le célèbre gangster Al Capone qui a terrorisé Chicago au cours des années 20 et 30, succombe à la syphilis. Libéré après avoir purgé une peine d’emprisonnement pour évasion fiscale, il s’est retiré en 1939 à Miami où il a vécu ses dernières années en reclus.

(1979) Deux ans après sa création, la Commission Pépin-Robarts sur l’unité canadienne dépose son rapport. Celui-ci recommande, entre autres, l’autonomie de chaque province dans le traitement des droits linguistiques des minorités. Les deux problèmes les plus urgents pris en considération dans l’analyse de l’unité canadienne sont la dualité linguistique et le régionalisme.

(2021) Les démocrates ont transmis au Sénat américain l’acte d’accusation de Donald Trump, marquant l’ouverture officielle de son procès historique en destitution pour « incitation à l’insurrection » dans les violences meurtrières perpétrées par ses partisans sous ce même dôme du Capitole, le 6 janvier.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Un commentaire sur “Nos Canadiens de Montréal

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :