L’arrogance dans sa plus simple expression

La Une

Les réseaux sociaux sont un endroit où on peut échanger des opinions sur tout.

S’il y en a qui usent de retenue dans leur langage, d’autres se défoulent en agressivité. Certains ont des pseudonymes pour se cacher et mieux cracher leur venin.

Vous vous souvenez sûrement de l’histoire d’Elaine Harris qui a dénoncé le fait de s’être fait demander de réchauffer son sandwich, en français, par le propriétaire de La Brioche Dorée, une boulangerie dans l’arrondissement de Westmount, cette semaine.

Horripilée et froissée par cet « affront », elle a décidé d’encourager les internautes à boycotter ce commerce. Ça va un peu loin.

D’autant plus que cette dame se dit parfaitement bilingue. Sa réaction en est une de provocation, rien de moins. Évidemment, le marchand a reçu quelques commentaires négatifs, supplantés heureusement par plus de positifs.

Voyez-vous, c’est ça le problème du bilinguisme. Quand tu es bilingue, ta langue d’usage et privilégiée est l’anglais. Tu écoutes parler les gens et on se rend compte que leurs habitudes tournent toujours au tour de l’anglais.

Depuis que la loi 96 est adoptée, la bataille commence. Elle vient de la communauté anglophone majoritairement et l’ami Justin comme fer de lance avec le ROC. Les hypocrites qui renient les deux langues officielles, selon eux, du pays.

Pourtant, la communauté anglophone du Québec n’a aucune raison de se sentir comme une collectivité opprimée. Au contraire. Trouvez-moi un pays qui dorlote autant sa minorité ? Il n’y en a pas !

On n’entend jamais les minorités francophones au Canada. Comment elles sont traitées, versus les anglophones du Québec ? C’est le silence total ! Mais les anglos veulent nous faire la morale.

Aujourd’hui, on vit les conséquences des défaites de 1980 et 1995. Des échecs provoqués par des gouvernements dirigés par des francophones, des Judas pour qui la parole ne valait rien.

On s’en rend encore plus compte aujourd’hui, devant l’immigration qui n’en a que faire de notre passé.

Quand on apprend que 200 illégaux circulent au Canada, alors que l’immigration ne peut les retracer, on peut se poser de sérieuses questions sur leur travail.

Pourtant, la souveraineté était à nos portes. Maintenant la minorité remet en question notre importance qui malheureusement s’effrite.


150e jour de l’année

Lundi, 30 mai 2022

Du 29 mai au 4 juin, joignez-vous à nous pour la Semaine nationale de l’accessibilité (SNA) afin de :
Célébrer les précieuses contributions et le leadership des personnes en situation de handicap au Canada;
Souligner les réalisations des personnes, organismes et collectivités qui travaillent pour éliminer les barrières;
Considérer nos actions afin de devenir un meilleur Canada;
plus accessible;
Plus inclusif envers les personnes en situation de handicap.

À la douce mémoire de…

MICHEL GAUTHIER 1950-2020, Ex-chef du Bloc québécois 1996-1997.


Comportement de la langue française au Québec…

Raisons sociales : HUBU BECAUSE WE ARE (Invention de jeu de société)

Anglicismes : RIM (Jante)


On jase…

La loi 21 sur la laïcité continue d’être contestée par l’ami Justin et ses acolytes. La loi 96 aussi. Bref, tout ce que le Québec décide, c’est contesté. À quel moment les Québécois vont décider d’être maître chez eux ? On perd un temps fou à se décider.


Pensée et citation du jour

La confiance en soi est le fondement de l’héroïsme.

Ralph Waldo Emerson


Ça s’est passé un 30 mai…

(1911) Première édition des 500 milles d’Indianapolis. Gagné par Ray Harroun à la vitesse moyenne de 74,6 mph (119,5 km/h). Harroun avait un truc : il avait inventé le rétroviseur.

(1961) Par 34 voix contre 16, l’Assemblée législative a voté le 30 mai 1961, en troisième lecture, le bill #74, légalisant mais réglementant la fabrication et la vente des succédanés du beurre. M. Alcide Courcy, ministre de l’Agriculture, assure qu’en vertu du projet de loi, la margarine ayant la couleur du beurre sera bannie du marché québécois; il ne pourra donc pas y avoir de confusion possible.

(2005) Une page d’histoire est tournée à la station de radio CKAC. La plus vieille station de langue française au monde présente son dernier bulletin de nouvelles. Avec la fermeture de sa salle des nouvelles de 83 ans, CKAC est dorénavant spécialisée dans le sport et la santé et entraîne la mise à pied de la majorité des journalistes de la chaîne. Fondée en 1922, CKAC est la pionnière des radios francophones en Amérique du Nord.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :