La conciliation études-travail chez les jeunes

La Une

Travailler et étudier ? C’est possible à certaines conditions.

Votre enfant souhaite travailler tout en allant à l’école ?

Même en pénurie de main-d’œuvre et sans âge légal minimum pour travailler, il y a des conditions à respecter.

PRIORITÉ À L’ÉCOLE

Au Québec, l’école est obligatoire jusqu’à la fin de l’année scolaire où votre enfant a 16 ans. Son employeur doit s’assurer qu’elle reste une priorité.

Il n’existe pas d’âge minimal pour commencer à travailler, cependant, si votre enfant à moins de 14 ans, il doit obtenir votre autorisation écrite pour obtenir un emploi, sauf s’il s’agit de gardiennage.

HORAIRE DE TRAVAIL ADÉQUAT

Votre enfant ne doit pas manquer l’école pour travailler. Son employeur doit donc s’en assurer lors de la planification des horaires de travail.

L’employeur devra aussi planifier ses horaires pour que votre enfant puisse être à la maison de 23h le soir à 6h le matin, en tenant compte de la distance entre le domicile de votre enfant et celle du lieu de travail.

Attention : certaines exceptions s’appliquent pour les emplois aux horaires atypiques, par exemple si votre enfant livre des journaux ou garde des enfants.

SON TRAVAIL, SA PAIE

Si votre enfant a moins de 18 ans, vous avez un mot à dire sur la façon dont son argent est dépensé ou épargné.

Toutefois, votre enfant peut utiliser ou épargner sa paie selon ses envies et besoins.

En effet, votre enfant peut dépenser seul, sans votre autorisation, ses économies ou son argent de poche pour combler ses besoins de base.

Toutefois, si votre enfant gagne beaucoup d’argent, vous pourriez être autorisé par le tribunal à l’aider à gérer son argent.

Source : Éducaloi, Journal de Montréal, 27 octobre 2022, section argent, p44


296e jour de l’année

Dimanche, 23 octobre 2022

On célèbre aujourd’hui…

LA FÊTE NATIONALE DE LA HONGRIE


Pensée et citation du jour

Un peu de folie est nécessaire pour faire un pas de plus.

Paulo Coelho


Ça s’est passé un 23 octobre…

(1837) Début de la rébellion du Bas Canada par les patriotes. Louis-Joseph Papineau s’adresse à près de 5000 personnes réunies à St-Charles. Au cours de cette assemblée, les Patriotes déclarent plus ou moins l’indépendance des Six-Comtés et leur volonté de recourir aux armes si nécessaire.

(1966) Réélection de Jean Drapeau à la mairie de Montréal. Le nom de Drapeau sera de plus en plus connu grâce à la présentation de l’Exposition universelle de 1967 qui fera de lui une figure d’envergure nationale. À la suite de la construction du métro et de l’aménagement des îles sur le fleuve Saint-Laurent pour accueillir l’exposition, la Ville de Montréal contractera toutefois une dette de 28 millions de dollars. Pour remédier à la situation, Drapeau mettra sur pied une loterie municipale en 1968, la « taxe volontaire ».

(2008) La jeune gardienne de but Kim St-Pierre a vécu une merveilleuse expérience. La jeune femme a été appelée en renfort lors de l’entraînement du Canadien; elle a remplacé le gardien Carey Price, aux prises avec une grippe. Kim St-Pierre se rendait à une séance d’entraînement de son équipe féminine, les Stars de Montréal, lorsqu’elle a reçu l’appel. Elle a bien fait devant les puissants tirs des joueurs comme Alex Kovalev ou Francis Bouillon. Kim St-Pierre devient ainsi la première femme dans l’histoire du Canadien a participer à une séance d’entraînement. La double médaillée olympique a aussi remporté, avec ses coéquipières, cinq fois, le Championnat canadien.


Merci de votre fidélité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :