Pratiques écoresponsables

5 CONSEILS POUR RÉDUIRE SES DÉCHETS

Chaque jour, au Québec, 17 000 tonnes de déchets sont enfouies. Comment, individuellement, rectifier le tir ? Il faut savoir que le déchet qui pollue le moins est celui qu’on ne produit pas. Voici donc cinq conseils pour réduire à la source la quantité de vos déchets.

1- ÉVITER LE GASPILLAGE

En 2017, une étude réalisée par le Conseil National Zéro Déchet indiquait que près de 2,2 millions de tonnes d’aliments comestibles sont jetées chaque année au Canada. Pour le ménage canadien moyen, cela représente 140 kilogrammes de nourriture jetée par année, soit une perte annuelle de 1100 $ ! Les légumes et les fruits représentent une forte proportion (45 %) de ce gaspillage.

Pour y remédier, il est conseillé de planifier ses repas à l’avance. Faites une liste d’épicerie et n’achetez que la quantité d’aliments nécessaire pour cuisiner vos plats. Apprenez à bien ranger vos aliments pour qu’ils se conservent plus longtemps et n’hésitez pas à congeler les surplus.

2- RECYCLER SES DÉCHETS ORGANIQUES

Une majorité de Québécois continuent d’envoyer leurs déchets de table dans les sites d’enfouissement plutôt que dans les bacs bruns. Il faut dire que seule la moitié des municipalités de la province offrent actuellement ce type de collecte. Cependant, il existe de nombreuses alternatives au bac brun ! En premier lieu, le compost conventionnel, sous l’action de micro-organismes, ou de vermicompostage, à l’aide des vers de terre.

Si ces procédés organiques ne vous attirent pas pour une raison ou pour une autre, sachez qu’il existe des petits électro-ménagers, tel que le FoodCycler de Vitamix, qui permettent de transformer vos déchets organiques en fertilisant.

Cette machine déshydrate, puis moud les déchets organiques en quelques heures, réduisant ainsi leur volume de près de 90 %. L’engrais peut ensuite être utilisé pour les plantes et potagers.

3- LIMITER L’UTILISATION DE PLASTIQUE À USAGE UNIQUE

Au Québec, on estime à environ 500 000 tonnes la quantité de plastique enfouie annuellement. D’ici la fin de l’année, le gouvernement fédéral interdira six types d’objets de plastique à usage unique, dont les sacs, les pailles ou encore les ustensiles. Pourquoi ne pas adopter dès aujourd’hui des pratiques durables ? On pense notamment aux pailles en bambou ou en inox, aux sacs réutilisables en coton, en toile ou en polyester ou encore aux bouteilles d’eau réutilisables.

Les repas à emporter ont gagné en popularité durant la pandémie. N’hésitez pas à laver et à réutiliser ces contenants en plastique. Ils sont parfaits pour stocker des aliments ou encore pour partager des biscuits avec famille et amis !

4- ACHETER SES ALIMENTS EN VRAC

Le mouvement zéro déchets prend de l’ampleur et il existe désormais de nombreuses épiceries et boutiques qui offrent leurs produits en vrac, aux quatre coins de la province. Comment cela fonctionne ? Vous devez apporter vos contenants réutilisables (sacs en tissus, bocaux, etc.). Les contenants hermétiques seront pesés avant de magasiner.

Une vaste sélection de produits frais (fruits, légumes, viandes), secs (légumineuses, épices, farines, cafés), mais aussi non alimentaires (produits ménagers et hygiéniques) sont disponibles en vrac, sans emballage, film plastique et barquette. Autant de superflus qui ne se retrouvent plus dans vos déchets ménagers.

5- UTILISER UN AUTOCOLLANT « PAS DE CIRCULAIRES »

Selon l’organisme à but non lucratif Ville en vert, 900 000 sacs publicitaires sont distribués chaque semaine à Montréal. Combien se retrouvent directement, sans avoir été lus, dans le bac de recyclage ? Pour réduire le papier qui se retrouve au recyclage, vous pouvez apposer un autocollant « Pas de circulaires » sur votre boîte aux lettres. Sachez également que ces circulaires sont disponibles numériquement, sur www.publisac.ca.

Note : Pour plus d’informations et de ressources sur la réduction des déchets, visitez Recyc-Québec (recyc-quebec.gouv.qc.ca) et Èquiterre (equiterre.org).

Source : Cahier CASA, Journal de Montréal, 27 mars 2021, p14

Jardinage du printemps

Qui dit printemps dit réchauffement des températures extérieures. Et qu’est-ce qu’on fait pour égayer notre environnement ? Fleurir notre espace de vie extérieure. On le voit, les magasins d’horticulture regorgent de somptueux spécimens que ne demandent qu’à être apportés à la maison. Quel beau moment pour installer ses jardinières,

RÉUSSIR LA CULTURE EN JARDINIÈRE

Maintenant que vous connaissez les bons assortiments selon leurs emplacements, voici comment démarrer et entretenir vos jardinières.

PLANTER

Choisissez un contenant muni de trous de drainage, puis posez un morceau de papier journal ou un filtre à café au fond du pot pour couvrir les trous. Ainsi, l’eau en surplus pourra s’évacuer, mais pas la terre.

Aucune couche de drainage n’est nécessaire : remplissez le bac de terreau pour contenants, jusqu’à 10 cm du bord. Mélangez au terreau un engrais tout usage à dégagement lent en granulés.

Sortez les plantes de leur pot d’origine et placez-les dans la jardinière, en les espaçant de manière égale. La plante la plus haute doit être placée au centre et les autres, tout autour. Remplissez l’espace entre les plants avec du terreau.

Arrosez abondamment, ce qui tassera un peu le terreau. S’il se tasse trop et que le haut des mottes de racines est exposé, ajoutez un peu de terreau.

ENTRETENIR

Au cours de l’été, environ deux fois par semaine, vérifiez l’état d’humidité du terreau en y enfonçant votre doigt. Si c’est sec au toucher, arrosez bien. Sinon, attendez.

Pour obtenir un plus grand nombre de fleurs, commencez à ajouter un engrais soluble (des algues liquides, par exemple) à l’eau d’arrosage une fois par semaine, à partir du début de juillet.

Les plantes choisies pour ces arrangements n’ont pas besoin de beaucoup de ménage. Il ne sert donc à rien de supprimer les fleurs fanées ! Par contre, si vous voyez une feuille brisée ou jaune ici et là, n’hésitez pas à l’enlever.

Bon jardinage !

Source : Revue Coup de Pouce, juin 2020