L’impuissante fatalité

Tragédie Isle-VerteAprès Lac-Mégantic, une autre catastrophe en six mois, vient décimer une petite communauté tissée serrée. La tragédie de L’Isle-Verte vient, une fois de plus, démontrer notre impuissance face à la fatalité. Il y en a toujours eu et malheureusement, il y en aura d’autres. On aura beau prendre toutes les précautions inimaginables, rien n’y fera et on ne peut tout prévoir. Quoi faire devant la vulnérabilité de nos aînés ? Probablement que l’enquête qui s’en suivra apportera quelques réponses mais en bout de ligne notre implacable destin aura le dernier mot.

Au-delà du drame humain qui secoue tout le Québec, on peut quand même s’interroger et essayer de trouver des améliorations qui pourraient faire la différence. Richard Martineau, ce matin dans son billet, expose brutalement notre comportement à prioriser nos actions dans la vie de tous les jours. Principalement l’argent, lorsque vient le moment d’agir. Tout a son prix, qu’on n’est pas nécessairement prêt à payer, se disant que ces drames-là n’arrivent qu’aux autres. Je partage entièrement son analyse.

Tout a été dit depuis ce mercredi apocalyptique. Comme tout le monde, je dévorais les commentaires et les opinions diffusés partout et il y en a un, plein de sens à mon humble avis, qui est venu me chercher et qui m’a fait prendre conscience qu’il était possible de réorganiser l’assignation des locataires selon leur mobilité. C’est un fait qu’avec l’âge la mobilité soit affectée. L’intervenante qui œuvrait dans ce milieu, faisait le constat que souvent, les personnes ayant des problèmes de mobilité graves, étaient logées aux étages de ces résidences et qu’en cas d’incendie, il était très difficile de secourir ces personnes. Selon elle, on devrait obligatoirement déplacer ces gens pour les reloger au rez-de-chaussée. L’évacuation en cas de sinistre, devient moins problématique. J’ai trouvé l’idée simple et extrêmement brillante.

On n’a qu’à regarder autour de nous dans le centres commerciaux, les cliniques et la plupart des centre de services aux citoyens, pour voir des espaces de stationnement aménagées tout près de la porte d’entrée afin de réduire au maximum le déplacement des personnes à mobilité réduite, de minimiser les entraves à leur mobilité. On devrait faire la même chose pour la localisation physique des aînés en résidence dès que leur mobilité devient défaillante. Je trouve que cette idée vaut la peine d’être étudiée.

Quand on sait que les premières minutes d’intervention dans d’un incendie, commandent l’évacuation massive des personnes prisonnières de l’élément destructeur, on mettrait plus de chance de notre côté en agissant de la sorte. Devant l’ampleur et la vitesse de propagation du brasier de L’Isle-Verte, peut-être que ça n’aurait pas fait de différence, mais si cette configuration aurait eu pour effet de sauver quelques vies, pourquoi pas ? Poser la question, c’est y répondre. La seule mince consolation dans cette tragédie, si consolation il y peut y avoir, est d’espérer que leurs souffrances n’aient été de très courte durée, ou totalement absentes.

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s