Salmigondis

La SAQ revient sur sa décision
Décidément, l’opinion publique aura eu raison de la décision de la Société des Alcool du Québec de retirer le drapeau québécois de la façade de ses succursales. Elle a fait volteface et continuera d’observer la loi et de continuer l’entretien de ses fleurdelisés en les exposant bien en évidence à l’extérieur de ses magasins. Preuve qu’il ne faut pas plier devant de telles décisions arbitraires et continuer de dénoncer des actions insensées de la part d’administrations d’État.

Le ministre Barrette essaie de se justifier
Assez choquant le reportage de J.E. de cette semaine sur le gaspillage d’équipement médical, jeté directement aux ordures ou envoyé au Honduras. Et qui paie pour cette mauvaise gestion? Le CONtribuable! On ne contrôle rien et le gouvernement abuse de nos bontés. Quand il nous dit qu’il y a des machines tellement vieilles qu’on ne peut plus trouver de pièces, à quoi ça peut servir ailleurs si les pièces n’existent plus. Pour les seringues et aiguilles si la péremption protège la stérilité, pourquoi on doit en jeter des quantités industrielles. Peut-être qu’à quelque part, on en commande trop! Parce que c’est du matériel périssable, on devrait en commander moins à la fois et être plus rationnel. Finalement, les chaises roulantes et les marchettes pourraient trouver preneurs chez-nous, dans notre propre cour, avant de se retrouver à l’autre bout du monde. Comme on dit, « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

L’éducation sexuelle de retour à l’école bientôt?
(AGENCE QMI) La fédération autonome de l’enseignement (FAE), un regroupement syndical qui représente 34 000 enseignants, demande à Québec le retour des cours d’éducation à la sexualité dans les écoles afin de contrer la violence sexuelle. La FAE a choisi de faire cette demande le 8 mars dernier, Journée internationale des femmes. « L’éducation nous apparaît comme la solution durable » à ce « fléau en amont », a expliqué Joanne Bertrand, responsable de la condition des femmes à la FAE. Même si le regroupement reconnaît l’effort gouvernemental à certains égards, il croit qu’il faut maintenant « faire plus que se donner bonne conscience ». « Une fois l’attention médiatique passée, il existe une banalisation des délits sexuels à l’égard des femmes », affirme également Madame Bertrand.

Agressions sexuelles par des personnes ayant autorité
Que se passe-t-il avec certains enseignants et personnes ayant autorité qui abusent sexuellement de leurs élèves et protégés. Au Québec on apprend les «déguelasseries» de Bertrand Charest, entraîneur de ski, qui subit actuellement son procès pour des agressions sexuelles envers les skieuses qu’il entraînait au milieu des années 1990. Il avait tellement d’emprises sur elles, que certaines en étaient devenues amoureuses. Les gestes obscènes qu’il a posé sur ses victimes, dont quelques-unes mineures, sont indignes de son travail. Il fait face à 57 chefs de contacts sexuels et d’agressions sexuelles sur 12 jeunes skieuses âgées de 12 à 19 ans.

Pendant ce temps-là, en Ontario, une enseignante, Jaclyn McLaren, plaidait coupable à plusieurs chefs d’accusations en lien avec des agressions sexuelles sur certains de ses élèves. L’enseignante en français langue seconde était accusée d’avoir échangé des messages à caractère sexuel avec huit adolescents dont six ont été ses élèves. En plus du sexe oral qu’elle pratiquait avec certains d’entre-eux, elle a aussi plaidé coupable à des chefs d’exploitation sexuelle, de leurre d’enfants, de possession de pornographie juvénile, d’agression sexuelle, et d’avoir rendu disponible du matériel explicite.

Et on en entend parler de plus en plus de ce genre de cas.

Il fera clair plus tard
N’oubliez pas d’avancer montres et horloges avant d’aller au lit ce soir, À exactement 2h00 dans la prochaine nuit, on passera officiellement à l’heure d’été. Plus de luminosité en fin de journée nous rappellera que le printemps sera officiellement à nos portes dans une dizaine de jours. Ne l’oubliez pas!

Et pour la fin…
En lisant l’article de Michel Beaudry dans l’édition du Journal de Montréal du 9 mars, j’ai découvert deux petites phrases courtes mais pleines de sens profond. J’ai alors pris la peine de les noter dans mon calepin pour les conserver précieusement, et je m’empresse de les partager avec vous. N’hésitez pas à vous en servir lorsque vos proches et amis accusent le poids des années pour se morfondre de vieillir; « Ne regrettez pas de vieillir. C’est un privilège refusé à plusieurs ».

Une réflexion au sujet de « Salmigondis »

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s