Lâchés lousses

Avec l’arrivée du printemps et surtout des chaudes températures hâtives, certains en profitent pour se lâcher lousses.

LES MOTOCYCLISTES

On le voit par le tragique bilan des accidents mortels impliquant les motos, pour la plupart, des modèles sports. On se sent soudainement libre et téméraire malgré la chaussée souvent rendue glissante par certains résidus abrasifs laissés par l’hiver.

On ouvre les gaz, sans se soucier des autres usagers de la route et d’avoir pris le temps de revoir ses réflexes endormis depuis plusieurs mois.

LES CYCLISTES

Par ailleurs, un autre groupe délinquant est celui des cyclistes en général et particulièrement de haut niveau. Du moins, tel qu’ils se perçoivent.

Souliers spéciaux solidement ancrés aux pédales et costumes de plus en plus moulant, sans oublier les casques profilés, on croirait qu’ils s’entraînent pour le Tour de France.

Le Code de sécurité routière ne s’applique pas à eux.

Malheureusement et souvent ils partagent la route à grande vitesse et si la voie est libre à une intersection, le signal d’arrêt ou le feu de circulation devient un ornement sans grande importance.

Saviez-vous que seulement 2 pouces de leur bécane sont en contact avec la route ? Il n’en faut pas beaucoup pour se retrouver parmi les pissenlits.

Ils fréquentent souvent des petits chemins de campagne, sans accotement, donc dans la voie carrossable, augmentant les risques d’accidents, de chutes voire de blessures graves. De tels comportements, ne pardonnent pas.

AU PARC

Récemment, je passais du temps dans le parc de la Commune à Varennes. Alors que je marchais sur l’étroit sentier pédestre asphalté qui sert également aux trottinettes, planches à roulettes et vélos, je me suis fait doubler par ces « coureurs de compétition » roulant à vive allure. Sans son, sans cri, sans parole, sans clochette, sans avertissements.

Ce parc affiche une vitesse maximale de de 20 km/h (que je considère exagérée) largement dépassé par « l’élite ». Les cyclistes du dimanche et les familles à vélo eux, sont plus disciplinés.

Imaginez la scène : vous marchez lentement avec vos enfants et soudainement, un des petits décide de se déplacer d’un côté ou de l’autre, pendant qu’un cycliste de « haute performance » s’amène rapidement sans prévenir… Ce comportement n’a pas sa place dans un environnement familial.

Le parc a aussi une responsabilité. Celle d’engager du personnel de surveillance pour rappeler à l’ordre ceux et celles qui ne respectent pas les règles.

DÉCONFINEMENT PRÉCIPITÉ

Finalement, le dernier groupe de contrevenants laissé à lui-même se trouvait à la plage d’Oka mercredi dernier. Dans leur « sagesse », ils n’ont rien ménagé. Le gouvernement Legault, quelques heures auparavant faisait part de son plan de déconfinement et dès le lendemain voilà que ces spécimens préhistoriques ont décidé qu’ils n’en avaient rien à foutre.

On se lâche lousse ! Vive la libaaaarté ! Fini la COVID-19 ! Le masque ? C’est quoi ça ? On se saoule comme des cochons !

Édifiant !

Beuveries, fesses à l’air, non-respect de la distanciation physique et du port du masque, ils ont laissé leurs déchets en plan comme des sauvages… non, des humains de Néandertal. Ils ont dû être sortis du parc non sans injurier le personnel surveillant. La Sûreté du Québec a dû prêter main forte

Résultat de leurs conneries : le nombre de personnes admises à fréquenter cette plage sera dorénavant réduit considérablement.

Plus lousse que ça, tu meurs !

Un commentaire sur “Lâchés lousses

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :