Belle surprise d’avril

La Une

Au saut du lit, hier matin, j’arrive au salon pour ouvrir le rideau et je tombe sur un paysage féérique.

La neige tombe. De gros flocons dansent devant ma fenêtre avant que les vents un peu plus forts se mettent à l’éparpiller partout, même jusqu’à l’horizontale. Un beau moment comme je les aime. Voilà que l’hiver a décidé de rester encore un peu.

Et là, devant ce spectacle, je me félicitais de ne pas avoir à sortir. L’avantage d’être un retraité. Je choisi mes moments pour quitter la maison. Certains dirons que je peux bien dire n’importe quoi, passant mes hivers en Floride mais un fait demeure; on est choyé au Québec avec la nature des saisons.

Celles-ci ont leurs charmes, attraits et particularités. On s’ébahit devant une belle poudreuse l’hiver. Si on a un Noël sans neige, il nous manque quelque chose. C’est dans nos mœurs même si on déteste la pluie en hiver. Dès qu’on voit virevolter les gros flocons qui tardent à joncher le sol, l’idée de se taper une belle marche vivifiante nous occupe.

Le printemps c’est le temps des bourgeons. Les végétaux ressuscitent, libèrent leur parfum et se parent de belles couleurs. C’est comme une renaissance. On rêve aux belles journées d’été qui seront annonciatrices des vacances.

Puis, arrive l’été avec toutes les activités propices à sortir. Les terrasses s’animent comme les sourires des gens. Les tenues vestimentaires légères laissent passer les chauds rayons du soleil qui nous caressent. C’est aussi le temps des vacances, les longues journées de lumière qui se prolongent jusqu’au milieu de la soirée.

Entre amis, on se balance allègrement dans le jardin. Le vélo, la natation, les longues promenades, les soirées qui s’animent autour d’un beau feu de joie. La nature offre son plein potentiel. C’est aussi le temps où la nature se donne le plus. La terre nous offre la maturité de ses fruits et légumes. Les épluchettes de blé d’Inde.

Puis, c’est l’automne. Le temps des vendanges. La saison des couleurs. On se surprend à immortaliser les décors féériques. La végétation se pare de ses plus beaux atours. On s’émerveille devant les décors flamboyants. Les journées sont plus fraiches et les vergers n’attendent que les visiteurs pour leur offrir leurs fruits directement de l’arbre.

C’est aussi le retour à l’école pour les étudiants. La rentrée nous fait passer l’entre saison. Le ramassage des feuilles mortes et les préparatifs pour affronter l’hiver qui se pointe le bout du nez assez tôt, dépendant de la région où on habite. Les pneus d’hiver qu’il faut déballer et installer. Les abris à remonter. Puis, songer à s’encabaner, comme disait ma mère.

C’est à tout ça que je pensais en regardant la neige tomber. En Floride, c’est comme l’été à l’année avec la différence que les fleurs ont leurs cycles de dormance et de floraison, mais les saisons sont beaucoup moins évidentes qu’ici.

Malgré tout cela, le cycle des saisons m’a toujours émerveillé. On est privilégié de pouvoir assister aux spectacles qu’elles nous offrent gratuitement. C’est en prenant le temps de les apprécier que je me dis, finalement, qu’on est bien chez nous.

Les voyages forment la jeunesse mais si nous aimons bien partir, ma douce et moi, nous adorons le moment du retour à la maison, dans nos affaires comme on se plait à répéter.

Le bonheur total. Le meilleur des deux mondes.


110e jour de l’année

Mercredi, 20 avril 2022

À la douce mémoire de…

PAUL HÉBERT 1924-2017, acteur et metteur en scène québécois.


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Carole D’AuteuilMichel Godin

Bon anniversaire !


Pensée et citation du jour

Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

Philippe Noiret


Ça s’est passé un 20 avril…

(1984) Un violent match Canadien-Nordiques. La bataille du Vendredi saint fut l’apogée de la rivalité Montréal-Québec au hockey. L’incident se produisit ce 20 avril 1984 au Forum de Montréal à l’occasion du sixième match de la finale de la division Adams.

(2010) Explosion et incendie d’une plate-forme pétrolières dans le Golfe du Mexique. Il s’agit de la plate-forme « Deep Water Horizon » propriété de Transocean de BP. Les fuites libèrent environ 159,000 litres de brut par jour. Cette plate-forme extrayait environ 1,27 million de litres par jour avant l’accident.

(2012) Une manifestation dégénère au centre-ville de Montréal. Jean Charest s’est moqué des manifestants tandis que se déroulaient de violents affrontements entre policiers et étudiants, à Montréal. Il a suggéré notamment d’envoyer les étudiants dans le Grand Nord, provoquant un tollé chez les politiciens, leaders étudiants et sur les médias sociaux.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :