La crise de la douleur chronique

La Une

C’est alarmant quand on y pense. Selon Santé Canada, environ huit millions de Canadiens, soit un sur cinq, vivent avec une douleur chronique, et vous ou un proche en faites peut-être partie. De plus, la douleur ne fait pas de discrimination : un enfant ou un jeune sur cinq est également touché. Sachant que les douleurs chroniques sont plus fréquentes avec l’âge, il faut s’attendes à ce que le problème s’aggrave.

La douleur chronique est si grave qu’elle est considérée comme une urgence de santé publique. L’organisation mondiale de la santé a récemment défini la douleur comme une maladie, la qualifiant de trouble du système de messagerie de la douleur dans l’organisme.

Quelle que soit sa définition, nous savons que la douleur chronique affecte les Canadiens, leur famille, le système de santé et l’ensemble de notre société.

Le problème de la douleur est de savoir comment la faire disparaître. La plupart d’entre nous sont prêts à tout essayer. Les médicaments en vente libre comme l’ibuprofène et l’acétaminophène sont des analgésiques efficaces, mais leur utilisation sur une longue période peut entraîner des effets secondaires néfastes.

Il existe également des analgésiques d’ordonnance, mais beaucoup d’entre eux peuvent créer une dépendance, un phénomène qui contribue à la crise mortelle des opioïdes au Canada.

En conséquence, de plus en plus de gens cherchent des moyens naturels et sans médicaments pour soulager la douleur, une approche tout à fait logique. Un bain apaisant, l’aromathérapie, les massages, la méditation et les produits de santé naturels approuvés par Santé Canada sont tous des moyens naturels de réduire ou d’éliminer la douleur.

N’IGNOREZ PAS VOTRE DOULEUR

Lorsque la douleur dure plus de trois mois, elle est qualifiée de chronique et peut avoir des effets physiques, sociaux et psychologiques persistants tout au long de la vie. Vivre avec une douleur chronique peut perturber le sommeil, le bien-être mental, la capacité à se concentrer sur son travail et les relations sociales.

Bien qu’il y ait encore beaucoup à apprendre sur la douleur, nous savons qu’elle peut conduire à la toxicomanie, un phénomène qui peut se produire innocemment, mais qui peut se transformer ensuite en abus d’analgésiques d’ordonnance.

Le meilleur conseil est de trouver un équilibre entre la douleur et la sécurité. Il existe de nombreuses solutions de soulagement de la douleur naturelles et sans dépendance, y compris les crèmes topiques. L’intensité de la douleur aidera à déterminer la meilleure solution pour vous. C’est à ce niveau que les cliniques de la douleur ainsi que les professionnels de la santé comme votre pharmacien, peuvent vous aider.

DES CONSEILS POUR AIDER À GÉRER LA DOULEUR

Connaître sa douleur. Le type de douleurs dont vous souffrez, par exemple une douleur tissulaire ou nerveuse, répondra à certains types d’analgésiques. Il n’existe pas de solution universelle.

Ne pas abandonner. Vous devrez peut-être essayer plusieurs options jusqu’à ce que vous trouviez celle qui vous convient. Cette situation est fréquente.

Travailler ensemble. Votre médecin de famille, pharmacien, physiothérapeute, naturopathe, ostéopathe ou un autre professionnel de la santé peut vous guider et vous éviter de consacrer du temps et de l’argent aux mauvaises solutions.

Faites attention avec Dr Google. Il est important d’être informé et de jouer un rôle actif dans votre santé, mais méfiez-vous des fausses allégations que vous trouvez en ligne. Assurez-vous de toujours utiliser des produits approuvés par Santé canada.

Explorer des solutions non pharmaceutiques. En plus des produits de santé naturels et des médicaments sur ordonnance autorisés, il existe de nombreuses solutions non pharmaceutiques qui peuvent aider, notamment le yoga, la pleine conscience, la méditation et même certains programmes d’exercices. Ces solutions méritent d’être explorées dans le cadre d’une approche holistique de la réduction de la douleur.

Source : Jean-Yves Dionne, pharmacien, Revue Montréal en santé, printemps 2022, p86


230e jour de l’année

Jeudi, 18 août 2022

À la douce mémoire de…

FERNAND GIGNAC 1934-2006, chanteur et comédien québécois.


Une journée de plus sur le chemin de la vie pour…

André Constantineau

Bon anniversaire !


On jase là…

Avec les dernières allégations concernant le cardinal Ouellet, c’est une autre preuve que l’Église catholique doit se moderniser et permettent enfin a ses ecclésiastiques de vivre une vraie vie de famille, avec femme et enfants. Dès mon jeune âge je me suis toujours demandé pourquoi ce n’était pas le cas. Et les quelques mois précédant notre mariage, j’étais sceptique sur le fait que notre curé me dictait ma conduite découlant du mariage, ce que je devais faire et ne pas faire. Comment peux-tu guider quelqu’un quand tu n’en n’as aucune expérience conjugale, aucun vécu ?


Pensée et citation du jour

La tolérance ne devrait être qu’un état transitoire. Elle doit mener au respect. Tolérer, c’est offenser.

Goethe


Ça s’est passé un 18 août…

(1868) L’astronome français Jules Janssen, en observant une éclipse de soleil, découvre dans l’atmosphère de cet astre un gaz jusque-là inconnu. Il sera appelé hélium par référence au grec helios (soleil). En 1895, on découvrira que ce gaz est également présent en faible quantité dans l’atmosphère terrestre. Ce gaz léger sera utilisé pour gonfler les ballons, dans les bouteilles de plongée ou encore en anesthésie.

(1940) Les États-Unis et le Canada signent un accord de défense mutuelle. Lors de son discours, le président Franklin Roosevelt dit à la foule que l’Amérique ne resterait pas à ne rien faire si le Canada était envahi.

(1954) La Voie maritime du Saint-Laurent, dans son acception la plus étendue, est un cours d’eau profond, long de quelque 3 700 km (2 340 milles), qui va de l’océan Atlantique jusqu’à la tête des Grands Lacs, au centre de l’Amérique du Nord. Toutefois, selon les termes de la loi qui en a prévu l’aménagement et l’entretien, la Voie maritime du Saint-Laurent proprement dite s’étend de Montréal au lac Érié. Elle comprend le canal Welland et la section Montréal – lac Ontario, qui va de l’écluse de Saint-Lambert, embouchure de la Voie, jusqu’au lac Ontario, au-delà de l’écluse d’Iroquois.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :