Un autre fleuron québécois, sous la gouverne d’un unilingue anglophone

La Une

Sans aucune gêne Brian Hannasch fait comme Michael Rousseau, Il se fout de la langue française comme PDG de Couche-Tard. Un homme sans parole qui ne tient pas ses promesses. Un PDG étranger, chez-nous, qui nous considère comme des minables. Le gouvernement aussi est à blâmer en n’exigeant pas le français comme promesse d’ivrogne.

Voici l’article parue dans le Journal de Montréal d’hier.

Québec solidaire et le Parti Québécois dénoncent le PDG de Couche-Tard qui ne parle toujours pas français et blâment au passage l’inaction de la CAQ.

« François Legault veut convaincre les PDG d’entreprises d’apprendre le français comme il veut convaincre le fédéral d’accéder aux demandes du Québec, a déclaré le chef du PQ Paul St-Pierre Plamondon. Un moment donné, les demandes sympathiques, de toute évidence, ne donnent aucun résultat.

GRAND PATRON DEPUIS 2014

Il réagissait à un article du Journal publié hier sur le PDG d’Alimentation Couche-Tard, Brian Hannasch, qui s’était engagé en 2014 à déménager à Montréal et à apprendre le français. Or, il habite toujours aux États-Unis et ne parle pas la langue de Molière.

« ARROGANDE DES BIG BOSS »

Gabriel Nadeau-Dubois de QS s’est dit, pour sa part, « tanné de l’arrogance des ces big boss ».

« QS avait proposé d’inclure à la loi 96 des mesures pour que les grands patrons des entreprises au Québec parlent français. Ces propositions-là ont été refusées », dit-il au sujet de la récente réforme de la loi 101.

La cheffe libérale Dominique Anglade estime que le dirigeant de Couche-Tard aurait dû apprendre le français, car il s’agit d’une « question de respect » pour le Québec.

« Ce n’est pas normal. Non, ce n’est pas normal. Il avait pris cet engagement-là n’a pas été respecté », a-t-elle affirmé.

Le chef caquiste François Legault a minimisé la portée de cette affaire, en rappelant que Brian Hannasch ne vit pas au Québec.


TROIS IRRITANTS LIÉS À LA LOI 96 POURLES PAUVRES MILIEUX D’AFFAIRES

– Le fait que, en vertu de la loi 96, la période pendant laquelle un immigrant peut communiquer avec le gouvernement du Québec dans une langue autre que le français est de seulement six mois.

« Apprendre la langue française, pour bien se débrouiller, ça prend plus de six mois. Je crois que cette exigence ne tient pas la route », croit Pierre-Philippe Lortie, directeur de la section Québec du Conseil canadien des innovateurs (CCD) qui a publié la lettre des entrepreneurs.

– Le service Francisation Québec qui offrira des outils au secteur privé n’est pas encore disponible.

On n’a rien vu encore, quelles sont les ressources, quel sera le financement, le budget ? J’ose croire que le gouvernement va parler avec nos universités. Ils ont des programmes d’éducation en continu, ils pourraient collaborer avec le gouvernement pour offrir du tutorat en français », explique M. Lortie.

– Les exigences légales qui obligent les entreprises à opérer principalement en français impose un fardeau supplémentaire.

La grande majorité des entreprises technologiques québécoises sont présentes sur les marchés internationaux et travaillent avec des équipes très souvent non francophones, avec des clients et partenaires partout dans le monde, souligne la lettre.


246e jour de l’année

Samedi, 3 septembre 2022

On célèbre aujourd’hui…

LA FÊTE NATIONALE DU QATAR


À la douce mémoire de…

STÉPHANE LIZOTTE 1968-2001, famille.

PAULINE GEOFFRION 1951-2001, famille.

PIERRE NADEAU 1936-2019, animateur de télévision et journaliste québécois.


Une année de plus sur le chemin de la vie pour…

Jean-Marc Malenfant

Bon anniversaire !


On jase là…

Quand on prend connaissance de toutes ces embûches pour parler français, on se rend bien compte que ceux qui nous font le plus de torts, ce sont des Canadiens-français pure laine. Et si, demain matin, le mandarin était imposé partout sur la planète, qu’en diraient les anglophones ?


Pensée et citation du jour

L’optimiste est l’homme qui regarde vos yeux. Le pessimiste est l’homme qui regarde vos pieds.

Gilbert K. Chesterton


Ça s’est passé un 3 septembre…

(1928) La pénicilline est découverte par hasard par le savant écossais, Alexander Fleming (1881-1955). Le professeur la découvre dans une culture de champignons oubliée plusieurs jours dans son laboratoire. La pénicilline est produite par une moisissure, le « Penicillium notatum », et est une substance antibactérienne d’une grande activité, efficace dans le traitement de certaines infections dangereuses. En effet, Fleming remarque qu’autour des champignons, les bactéries du genre « Staphylococcus » ont disparu. Ainsi la pénicilline a la faculté de tuer des bactéries tout aussi dangereuses que les « Staphylococcus », responsables de certains abcès et de la pneumonie chez l’homme.

(1959) Après avoir visité des mines de fer de la Côte-Nord, Maurice Duplessis, qui avait été premier ministre durant plus de 15 années consécutives, subi une hémorragie cérébrale et il mourut dans la première heure du 7 septembre, jour de la fête du Travail.

(1975) La Quebec Association of Protestant School Boards (QAPSB) entreprend des démarches devant les tribunaux pour faire invalider certaines dispositions de la Loi 22 qui fait du français la seule langue officielle du Québec. En juillet, la QAPSB avait d’abord demandé au premier ministre du Canada, Pierre Elliott Trudeau, un désaveu de la part du gouvernement fédéral à l’endroit de la Loi 22. Devant le refus du premier ministre, le groupe porte alors la cause devant les tribunaux en demandant à la Cour supérieure d’émettre des brefs dans sept districts judiciaires à la fois.

Dans un communiqué de l’association, on lit « tout le Canada est conscient de la gravité des implications de l’application de la Loi 22 et du tort irréparable que cela pourrait causer non seulement au bien-être de 1 200 000 personnes de langue anglaise au Québec, mais aussi au progrès croissant d’un bilinguisme de fait dans les autres provinces du Canada ». Le 10 septembre, le premier ministre du Québec, Robert Bourassa, affirmera lors d’une conférence de presse qu’il n’est pas question d’amender la Loi 22. Selon ses dires, elle aurait toute la flexibilité nécessaire pour faire face à des problèmes temporaires.


Merci de votre assiduité. – Passez une excellente journée !

Vous en pensez quoi ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :