Est-ce encore possible de nos jours?

Sur les fils de presse on retrouve quelques articles de diverses provenances et qui sont insérés dans les journaux pour faire du remplissage. Souvent ils passent inaperçus, en marge ou en petits caractères, et sans trop de titres accrocheurs. Je vous en propose un, sur le cannibalisme, qui a attiré mon attention cette semaine. Cœurs sensibles s’abstenir.

NDLR: Ce dessin est l’image la plus décente et présentable provenant du WEB sur le sujet. Désolé.

Des tartes à la viande humaine

KRASNODAR, Russie | (Agence QMI)

Un couple de cannibales russe a trouvé un moyen un peu tordu d’arrondir leur fin de mois en vendant à ses voisins des tartes à la viande humaine, ont indiqué des voisins aux policiers de Krasnodar, à environ 200 km au nord de Sotchi.

30 PERSONNES

Natalia Bakshaeva et son mari Dmitri Baksheev ont avoué, lundi dernier, avoir assassiné une trentaine de personnes afin de les démembrer et de dévorer leur reste.

Pendant leur perquisition, les policiers de la ville ont découvert des restes humains hachés dans le réfrigérateur ainsi qu’un congélateur du couple de cannibales, a rapporté le Russia Today.

La femme aurait fait le tour des cafés environnant pour vendre ses tartes en disant même qu’elle pouvait être chef.

N’IMPORTE QUOI

Questionnée à savoir ce qu’elle mettait dans ses tartes, la femme déviante a répondu : « n’importe quoi ».

Elle aurait vendu de la nourriture à des stagiaires militaires et des pilotes en herbe qui fréquentaient l’académie militaire où elle travaillait.

Le couple a été arrêté à la mi-septembre après que les policiers aient mis la main sur un téléphone cellulaire dans lequel, ils ont pu voir des autoportraits des suspects avec des parties de corps démembrés.

Le monde à l’envers

Je ne sais pas quelle mouche a piqué nos décideurs mais, en ce qui concerne les bulletins, les notes chiffrées prennent le bord et on les remplacera par des mentions. Ce n’est pas beau ça? J’appelle ça du nivellement par le bas. Pour n’offusquer personne au pire provoquer une dépression de l’élève, on veut procéder de cette manière. La société est dangereusement malade.

Richard Martineau a publié un article sur la question, aujourd’hui dans le Journal de Montréal, et je partage complètement son opinion. Il pousse l’exercice vers l’absurde. C’est tellement farfelu qu’il l’impose dans plusieurs scénarios de notre belle société qui bientôt aura perdue tous ses repaires mathématiques. Pour les précisions, on repassera! Par contre, toutes les taxes que nous payons, conserveront leurs nombres, pour créer moins d’ambiguïté. Le voici dans son intégralité.

Un bulletin sans notes?

Après le chèque de 1000$ décerné à ceux qui nous ont fait l’immense bonheur d’étudier, de se cultiver et d’apprendre, voici qu’on songe maintenant à donner des bulletins sans notes.

Pas de pourcentages, pas de lettres, pas de couleur, rien. Juste des mentions indiquant si les objectifs ont été atteints partiellement, atteints complètement ou dépassés.

UN PEU DE CANCER

Mais quelle excellente idée! Quelle révolution, quelle audace, quelle inventivité! Tiens, on devrait faire la même chose en médecine : enlever les chiffres sur les thermomètres. Juste : «T’as pas de fièvre», «T’as un peu de fièvre» ou «T’as de la fièvre».

«T’as pas de problèmes avec ta pression», «T’as un peu de problèmes avec ta pression» ou «T’as des problèmes avec ta pression». «T’as pas le cancer», T’as un peu le cancer», T’as le cancer». Oui, mais il est à quel stade mon cancer?

– Tsss, tsss, pas besoin de t’énerver avec ça. Ça va juste te stresser. L’important est que tu saches que tu as un cancer, c’est tout, ça ne sert à rien de lui accoler un grade ou un niveau, c’est juste à titre indicatif…

– Et mes chances de guérir?

– Ah, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, comme on dit…

– Et il me reste combien de temps à vivre?

– Tsss, tsss, pas de stress, je te dis, relaxe, respire par le nez, c’est cool… De toute façon, on finit tous par mourir, hein?

Et pourquoi ne pas adopter cette méthode pour les élections?

– Les libéraux ont gagné!

– Oui, mais de combien?

Combien d’années vais-je aller en prison? «Un ti-boutte…»

Quelles sont les cotes d’écoute de mon émission? «Elle pourrait être plus écoutée, mettons…»

Combien je vais gagner par année? «Un bon montant…»

Surtout, ne pas mettre de chiffres. Car qui dit chiffres, dit hiérarchie. Et c’est mauvais, la hiérarchie. Il y a des gens en haut et des gens en bas, des gagnants et des perdants. Alors qu’avec le flou, ça donne l’agréable impression que tout le monde flotte sur le même petit nuage rose.

DE PURS ESPRITS

Tant qu’à faire, pourquoi on ne crève pas les yeux de tout le monde? Imaginez : plus de beaux, plus de laids, plus de jeunes, plus de vieux, plus de gros, plus de maigres, plus de gens bien habillés ou mal habillés, juste des individus sans corps, de purs esprits qu’on ne pourra ni distinguer, ni catégoriser, ni juger.

On va vivre dans un monde virtuel. Vous ne savez plus comment lutter contre l’échec scolaire? Simple : abolissez la notion d’échec, c’est tout!

Quelle triste époque…

Troublantes coïncidences

John F. Kennedy

Abraham Lincoln

Vous vous souvenez de l’assassinat du président John F. Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas au Texas? Je venais d’avoir 12 ans et je m’en souviens comme si c’était arrivé hier. J’avais suivi les obsèques à la télévision et lu tout ce qui se rapportait à l’événement. Ça m’avait vraiment frappé et chaque 22 novembre, je ne peux m’empêcher d’y penser et de revoir les images défiler dans ma tête.

Voilà que dernièrement, un ami m’a fait parvenir le texte qui suit, troublant, et qui expose des similitudes et de troublantes coïncidences avec l’assassinat du président Abraham Lincoln presque 100 ans auparavant. Avouez que c’est fascinant de découvrir ces similitudes.

Les informations qui suivent sont véridiques et vérifiables. Faut-il une cartomancienne ou un professeur d’histoire pour comprendre ce mystère?

Abraham Lincoln fut élu au congrès en 1846. – John F. Kennedy fut élu au congrès en 1946;

Abraham Lincoln fut élu président en 1860. – John F. Kennedy fut élu président en 1960;

Les noms de Lincoln et de Kennedy sont composés de 7 lettres;

Tous les deux furent très attachés à la défense des droits de l’homme;

Les deux présidents ont été assassinés d’une balle dans la tête;

Tous les deux ont perdu la vie un vendredi;

Les deux épouses des deux présidents perdirent un enfant alors qu’elles vivaient à la Maison blanche;

La secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy. – La secrétaire de Kennedy s’appelait Lincoln;

Les deux présidents furent assassinés par des Sudistes et chacun eut pour successeur un Sudiste;

Leurs successeurs respectifs portaient le même nom : tous les deux s’appelaient Johnson;

Andrew Johnson, qui a remplacé Lincoln, est né en 1808. – Lyndon Johnson, qui a remplacé Kennedy, est né en 1908;

John Wilkes Booth, qui a assassiné Lincoln, est né en 1839. – Lee Harvey Oswald, qui a assassiné Kennedy, est né en 1939;

Les deux assassins étaient connus pour porter chacun 3 noms, ce qui est rare en Amérique du Nord. Les trois noms portés par chacun totalisaient 15 lettres;

Lincoln a été tué au théâtre Ford. – Kennedy a été tué dans une Ford de marque Lincoln;

Après les assassinats, John Wilkes Booth tenta de s’échapper depuis un théâtre et fut arrêté dans un immeuble. – Lee Harvey Oswald tenta de s’échapper depuis un immeuble et fut arrêté dans un théâtre;

Lee Harvey Oswald, l’assassin de Kennedy, et John Wilkes Booth, l’assassin de Lincoln ont, tous les deux, été abattus avant leur procès;

Et maintenant, le plus surprenant…

Une semaine avant d’être assassiné, Lincoln était en vacances dans le Maryland, à Monroe. – Une semaine avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroe.

Alors… pur hasard ou signes d’une volonté supérieure?

Les apparences sont souvent trompeuses

Il semblerait que ce récit soit celui d’une histoire vraie. À tout événement, force est d’admettre qu’il ne faut pas toujours se fier aux apparences et surtout, porter un jugement complètement hors de la réalité.

Une femme prend le vol Seattle – San Francisco. Suite à un incident en cours de route, l’avion est détourné vers Sacramento. Le commandant de bord explique qu’il y aura un arrêt, et si des passagers voulaient descendre de l’avion, ils pourront remonter à bord dans 50 minutes… Tout le monde descend de l’avion, sauf une dame qui est aveugle. Un des pilotes l’avait remarquée parce que son chien-guide se reposait tranquillement sous le siège en face d’elle pendant tout le vol. Le pilote s’approcha d’elle, et l’appelant par son prénom, lui demanda :

– Kathy, nous sommes à Sacramento pendant presque une heure. Voulez-vous descendre et vous dégourdir les jambes ???

La dame aveugle répondit :

– Non merci! Mais peut-être que Fido voudrait se dégourdir les pattes.

Imaginez le tableau : Toutes les personnes dans la zone d’embarquement s’arrêtèrent subitement quand, en tournant la tête, ils virent le pilote sortir de l’avion avec un chien-guide d’aveugle… Le pire, le pilote portait des lunettes de soleil!

Les passagers se sont éparpillés. Certains ont essayé de changer d’avion, d’autres de compagnie aérienne…

La maîtresse fait une dictée

Une dictée sans fautes :

Dans la cuisine du vieux chalet.

Un ravioli, au fond d’un petit poêlon, réchauffe. Et il dore sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chalet est bien tranquille. Pour le dîner, tout sera grillé, appétissant, fondant! Le fromage est posé sur un plat ravissant. Sans doute, et d’une bouchée, il sera avalé! Le saucisson, gras et bien tendre, sera coupé en rondelles. Et, servi sur un plateau, le chocolat bout, le verser sera délicat et dangereux! D’un seul coup, il écume et gorge le chalet d’un bon et tranquille parfum.

Le petit Benoît a bien écouté. Il a écrit exactement ce qu’il a entendu. Pourtant, le résultat est inattendu!

Une dictée, 100 fautes !

Dans la cuisine du vieux chat laid.

Un rat vi au lit, au fond d’un petit poêle long. Réchauffé, il dort sous une couche de gruyère râpé. Le vieux chat laid est bien tranquille: pour le dîner, tout ce rat, gris et appétissant, fond dans le fromage. Et posé sur un plat, ravi, sans s’en douter, d’une bouchée, il sera avalé! Le sot, si son gras est bien tendre, sera coupé en rondelles et servi sur un plat. Oh! le choc! holà! Bouleversé ce rat délicat est dangereux! D’un seul coup, il écume, égorge le chat laid d’un bond et tranquille, part. Fin.

C’est aujourd’hui le Jour de la marmotte

marmotteLe jour de la marmotte (Groundhog Day en anglais) est un événement célébré en Amérique du Nord le jour de la Chandeleur, (la fête des chandelles, est une fête religieuse chrétienne qui correspond à la Présentation du Christ au Temple), soit le 2 février, 40 jours après Noël.

Selon la tradition, ce jour-là, on doit observer l’entrée du terrier d’une marmotte. Si elle émerge et ne voit pas son ombre parce que le temps est nuageux, l’hiver finira bientôt. Par contre, si elle voit son ombre parce que le temps est lumineux et clair, elle sera effrayée et se réfugiera de nouveau dans son trou, et l’hiver continuera pendant six semaines supplémentaires.

Origine
La marmotte est un rongeur de la famille des Sciuridé. Les traditions liées au réveil des animaux dits « dormeurs » à la Chandeleur, sont d’origine européenne. Selon les pays et les latitudes, l’animal attaché à ce folklore change.

Selon Paul Sébillot, c’est à l’ours que la majorité de ces traditions est attaché. Dans les Pyrénées, en Bigorre, on disait qu’à la Chandeleur l’animal sortait de la grotte où il hibernait, inspectait le ciel, et si celui-ci était dégagé, retournait dans son gîte pour quarante jours. Dans le Limousin, il s’agit du loup, en Lorraine de la loutre, en Irlande du hérisson, etc. En prenant pied sur le continent américain par les immigrants, la tradition s’est attachée à l’animal hibernant le plus répandu, la marmotte.

Une entrée du journal personnel de James Morris, commerçant du comté de Berk en Pennsylvanie, du 5 février 1841 mentionne d’ailleurs : « Mardi dernier le 2 était la Chandeleur, le jour où selon la tradition allemande la marmotte jette un coup d’œil hors de son terrier. Si elle voit son ombre, elle retourne se coucher pour six semaines de plus, mais si la journée est nuageuse elle demeure à l’extérieur car le reste de l’hiver sera doux ».

Explication possible de la légende
Dans les pays tempérés de l’hémisphère nord, le printemps débute à l’équinoxe soit le 20 ou le 21 mars selon l’année. Avant 1582, le calendrier julien s’était éloigné de cette date de telle sorte que l’équinoxe tombait le 16 mars, ce qui est exactement 6 semaines après le 2 février. Lors du passage au calendrier grégorien, pour corriger cette dérive, il y eut confusion dans l’esprit des gens sur l’arrivée du printemps : les uns croyant que le printemps restait le 16 mars et les seconds le 21. La marmotte, ou tout autre animal hibernant, devenant un arbitre.

Explication physique
Au début de février, les pays tempérés de l’hémisphère nord se retrouvent dans une circulation atmosphérique zonale. Ceci veut dire qu’il y a des poussées d’air froid du nord qui alternent avec des incursions chaudes venant du sud. Un ciel clair et dégagé veut dire que la région est recouverte par un anticyclone arctique, donc l’air est très froid et l’hiver semble bien parti pour rester. Par contre, un temps nuageux signifie le passage d’une dépression amenant de l’air doux du sud ce qui peut faire penser à une fin précoce de cette saison.

En réalité, le printemps a peu de chances d’arriver avant la date prévue et le temps qu’il fait le 2 février n’est que pure coïncidence. De plus, tout dicton provenant d’Europe a bien peu de chance de s’appliquer à un endroit qui a une climatologie différente comme l’Amérique du Nord. Finalement, une telle prédiction a très peu de chance d’être correcte sur un continent entier qui s’étend sur cinq fuseaux horaires et trente degrés de latitude.

Commercialisation
Certaines petites villes d’Amérique du Nord ont tourné la popularité de cette légende en un festival. Ceci permet d’attirer l’attention médiatique et de favoriser le tourisme dans la région, surtout en une période de l’année plutôt déprimée dans ce secteur. Voici quelques marmottes célèbres donnant la météo :

Punxsutawney Phil en Pennsylvanie (rendue célèbre par le film Un jour sans fin) ;
Wiarton Willie en Ontario ;
Sam de Shubenacadie en Nouvelle-Écosse ;
Fred de Val-d’Espoir, Québec, qui fit sa première prédiction en 2010.

Source : Wikipédia

Les «patenteux»

Il y en a pour qui, il n’y a jamais de problèmes. Un bris…? Ce n’est pas ça qui va les arrêter et ils vont rapidement effectuer la réparation avec les moyens du bord, bien évidemment. Pas besoin de payer un réparateur quand on peut très bien se débrouiller tout seul et pour presque rien. L’important c’est que ça marche.

De plus, ils sont assez ingénieux et dans certains cas, il fallait y penser. Mais bon! En ce 3 janvier de la nouvelle année, j’ai pensé vous faire sourire avec quelques perles de nos «patenteux» qui ont eu la chance de se faire remarquer par les chasseurs d’images. À vous de juger!

repare1

Un 4 roues transformé en 7 roues

repare3

Des robinets nouveau genre.

repare4

Pourquoi ne pas se servir d’un panier d’épicerie… On en trouve partout.

repare4a

Un climatiseur… à essence pour l’auto.

repare5a

Un nouvel antivol.

repare2

Monsieur le facteur… C’est ma nouvelle boîte aux lettres.

Il n’ont pas laissé leurs cartes d’affaires…

Mémoire d’éléphant

Si nous avons encore besoin de preuves pour être certains que les êtres vivants sont tous reliés, en voilà une. Quand on parle d’une mémoire d’éléphant, l’histoire qui suit est sans équivoque. Elle démontre hors de tout doute que les humains sont bien petits dans le respect de la vie.

lawrence-anthonyLawrence Anthony, était une légende en Afrique du Sud. Environnementaliste reconnu mondialement, explorateur et auteur de 3 best-sellers dont The Elephant Whisperer, a courageusement sauvé la faune contre les atrocités de l’homme, y compris le sauvetage courageux des animaux du zoo de Bagdad lors de l’invasion américaine en 2003, et a réhabilité des éléphants dans le monde entier.

Malheureusement, le 7 mars 2012, Lawrence Anthony est décédé. Il manque à son épouse, ses 2 fils, ses 2 petits-fils et à de nombreux éléphants.

Deux jours après son décès, les éléphants sauvages se sont présentés à son domicile menés par deux grandes matriarches. D’autres troupeaux sauvages sont arrivés séparément en masse pour dire au revoir à leur ami humain bien-aimé. Un total de 31 éléphants a patiemment marché plus de 20 kilomètres pour se rendre à sa maison en Afrique du Sud.

lawrence-anthony2Témoin de ce spectacle, les humains étaient de toute évidence étonnés, non seulement par l’intelligence suprême et par la précision du moment où ces éléphants ont détecté le décès de Lawrence, mais aussi par cette manifestation d’émotion profonde que les animaux bien-aimés ont montré et évoqué d’une façon organisée: Une marche lente de leur habitat jusqu’à la maison de Lawrence, pendant des jours, en file indienne et de façon solennelle.

Alors, comment après la mort d’Anthony, ces éléphants de la réserve qui vivent dans des régions éloignées du parc, ont-ils su?

« Un homme bon est mort subitement, dit le rabbin Leila Gal Berner, Ph.D., et à plusieurs kilomètres de distance, deux troupeaux d’éléphants qui ont détecté qu’ils avaient perdu un ami cher, ont commencé à se déplacer comme dans une procession solennelle, presque funèbre jusqu’à la maison du défunt pour montrer leur respect à sa famille. »

« S’il fallait avoir une preuve de la merveilleuse interdépendance de tous les êtres vivants, la voilà avec les éléphants de la réserve de Thula Thula. Le cœur d’un homme s’arrête, et le cœur de centaines d’éléphants est en deuil. Le cœur de cet homme a offert la guérison à ces éléphants, et maintenant, ils sont venus pour rendre un hommage affectueux à leur ami. »

La femme de Lawrence, Françoise, était particulièrement touchée, sachant que les éléphants n’étaient pas revenus chez lui depuis plus de 3 ans! Mais pourtant, ils savaient où ils allaient. Les éléphants de toute évidence ont voulu montrer leur profond respect, et honorer leur ami qui leur a sauvé la vie, en restant là devant la maison pendant 2 jours et 2 nuits sans rien manger.

Puis, un matin, ils sont repartis.

Le bois de Mortelune

halloween14C’était le soir d’Halloween. Plutôt que de courir les rues pour obtenir des bonbons, papa avait eu une super idée : aller faire un pique-nique en forêt avec maman, ma sœur Éloïse et mon copain Thierry. Ainsi, le soir nous avions chargé tout l’équipement dans la voiture et nous voilà partis vers le bois de Mortelune.

Pendant que maman et Éloïse préparaient le dîner, papa nous dit :

-Les garçons allez donc chercher du bois mort pour faire un bon feu, comme ça nous pourrons faire griller des guimauves.

Alors Thierry et moi nous sommes allés chercher du bois. Plus nous avancions dans la forêt, plus la végétation, nous semblait bizarre. Les arbres avaient une couleur grise et les feuilles, avec la lumière de la pleine lune, avaient de drôles reflets argentés. À force d’avancer en regardant par terre pour trouver du bois, Thierry et moi nous nous sommes perdus. Nous nous sommes mis à crier en espérant que maman et papa nous entendraient. Mais malheureusement, nous avions beau appeler personne ne répondait.

– Je crois que c’est par là, dit Thierry.

En effet, il y avait un petit chemin qui serpentait au milieu des ronces. Nous nous mîmes à marcher rapidement car nous avions peur. Au bout d’une demi-heure nous étions définitivement perdus. Quand tout à coup un hurlement retentit juste à notre droite.

– Qu’est-ce que c’est, dit Thierry en tremblant.

– Je crois que ça doit être un hibou, répondis-je sans trop y croire.

Et le cri lugubre recommença. Puis des craquements de branchages retentirent tout autour de nous. Terrifiés par ces bruits étranges, nous n’osions plus appeler nos parents. C’est alors, que sur le chemin, s’avança une drôle de silhouette. C’était un horrible monstre! Il avait deux énormes bras qui descendaient jusqu’à ses mollets, des yeux jaunes et cruels. Ses dents étaient pointues et son nez rejoignait ses lèvres. En plus, il était entièrement violet et n’arrêtait pas de sauter sur place. Tremblants de peur nous n’osions plus bouger.

– Bonsoir les enfants, nous dit-il, vous êtes là pour le jeu?

– Le jeu?

– Oui, le jeu d’Halloween.

– Sans trop savoir, nous répondîmes oui.

– Ah tant mieux, dit le monstre, je croyais que personne ne viendrait. Car c’est vraiment difficile.

– Ah bon? dit Thierry qui était blanc comme un drap.

– Oui parce que celui qui perd doit être mangé, dit le monstre. Je compte jusqu’à dix et à dix je vous recherche et si je vous trouve tant mieux, parce que cela fait trois mois que je n’ai rien mangé… UN… DEUX… TROIS… QUATRE… CINQ… SIX, SEPT, HUIT! NEUF!! DIX!!!

Avant que nous ayons eu le temps de réagir, le monstre se jeta sur Thierry. La gueule du monstre se mit à grandir, grandir, grandir encore, et il avala Thierry d’un seul coup. C’était horrible… Je me mis à courir comme un fou. Mais déjà le monstre était là, juste derrière moi. J’entendais son souffle rauque et sentais son odeur pestilentielle. À l’école, je suis le champion de la course, mais là j’avais beau courir le plus vite possible, le monstre, petit à petit, me rattrapait. Soudain je sentis ses griffes sur mon épaule et je tombais dans les feuilles mortes. Il m’attrapa le bras et se mit à me secouer…

– Réveille-toi il est l’heure de se préparer pour l’école.

Ouf! c’était un horrible cauchemar et c’était papa qui me tenait le bras pour me réveiller.

– Aujourd’hui c’est le 31 octobre, dit papa. J’ai eu une super idée. J’ai appelé les parents de Thierry, ils sont d’accord pour que ce soir nous allons pique-niquer dans le bois de Mortelune.

– NON!!!!!!

Source : http://fr.hellokids.com/c_269/lecture/contes-pour-enfant/contes-d-horreur/conte-pour-avoir-peur?pos=0#top_pageé